TOTALITARISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Apogée, déclin et renaissance

Dans les années 1950, la notion de « totalitarisme » devient paradigmatique, portée en même temps par la guerre froide et sa formulation théorique proposée par Hannah Arendt. Mais le terme s'applique dès lors presque exclusivement au système soviétique. Le modèle structurel d'analyse élaboré dès 1953 par Carl Joachim Friedrich et son assistant Zbigniew Brzezinski établit six critères pour définir un système totalitaire : une idéologie officielle, un parti de masse unique, des mesures de terreur policière, le monopole des médias, celui des armes et une économie planifiée. Il servira de référence à la politique américaine et de cadre conceptuel à toute une génération de chercheurs en sciences politiques et en histoire pour l'étude de l'U.R.S.S. (Robert Conquest, Merle Fainsod). Dès la fin des années 1960, cependant, cette théorie s'éclipsera, pour des raisons politiques d'abord, scientifiques ensuite, notamment avec le renouvellement des approches et méthodes en histoire sociale. Cette discipline critique ainsi la théorie du totalitarisme comme positiviste, descriptive et anhistorique, située sur une échelle trop générale, conduisant à une vision statique et faussement homogène de l'U.R.S.S. Certains objectent que le statut méthodologique des critères définis par Friedrich et Brzezinski reste flou : leur fonction est-elle de l'ordre de la définition ou de l'idéal-type ? De même, on lui reproche le jugement de valeur inhérent à la thèse du basically alike entre nazisme et communisme.

Dans les années 1990, il y a véritablement renaissance du concept pour l'histoire des idées du xxe siècle, où le totalitarisme devient clé de lecture, et pour l'histoire politique de l'U.R.S.S., où l'idée d'interdépendance entre les systèmes détermine la grille d'interprétation. Pour l'une et l'autre approche, des travaux plus anciens servent de référence, Karl Dietrich Bracher et Hannah Arendt, d'un côté, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TOTALITARISME  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Adhésion et résistance au nazisme »  : […] À l'égard d'un régime totalitaire où un seul parti est autorisé – tous les autres se sont dissous ou ont été supprimés en 1933 – il ne peut exister, semble-t-il, qu'une adhésion ou une opposition totales. En fait, la question est plus complexe et les difficultés en sont apparues après 1945 lorsque les occupants, puis les Allemands eux-mêmes, s'attelèrent à la « dénazification ». Si l'on admet que […] Lire la suite

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 031 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'inspiration nazie »  : […] À cette conception chrétienne et paternaliste de la séparation des races, appelée parfois « apartheid honorable » ( eerbare apartheid ), s'est surimposée, à partir des années 1930, une philosophie politique autoritaire, exclusive et agressive, directement inspirée du nazisme. La presse nationaliste (notamment Die Transvaler , dont le rédacteur en chef est en 1940 le futur Premier ministre Verwoerd […] Lire la suite

ARENDT HANNAH (1906-1975)

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Il importe d'être pleinement présent » »  : […] À partir de 1924, Hannah Arendt étudie la philosophie, la théologie et la philologie classique aux universités de Margbourg, Fribourg et Heidelberg. Elle est l'élève des plus grands maîtres de l'époque : Rudolf Bultmann, Edmund Husserl, Martin Heidegger – avec qui elle aura une liaison – et Karl Jaspers, sous la direction duquel elle soutient son doctorat sur Le Concept d'amour chez saint Augusti […] Lire la suite

L'ÉTAT DE SIÈGE (mise en scène E. Demarcy-Mota)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 903 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une fable politique »  : […] L’action de L’ É tat de siège se situe à Cadix, à une période indéterminée. Un phénomène cosmique annonce l’arrivée de la Peste dans la ville, jusqu’alors paisible, un homme accompagné de sa secrétaire, la Mort, qui s’est substitué au gouverneur en place en arrachant l’accord officiel de ce dernier. Le nouveau régime applique une réglementation arbitraire et absurde, multipliant les interdictions […] Lire la suite

COCHIN AUGUSTIN (1876-1916)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 109 mots

Après de solides études en lettres et en philosophie, et un brillant passage à l'École des chartes (il y entre et en sort premier), Augustin Cochin s'est, de bonne heure, intéressé à un événement fondateur — la Révolution française — que le legs d'une culture familiale, chrétienne et nationale a conduit à examiner d'une façon originale. Tandis que l'histoire de défense républicaine, dominée par Al […] Lire la suite

CONQUEST ROBERT (1917-2015)

  • Écrit par 
  • Alexandre SUMPF
  •  • 995 mots

Conservateur assumé et anticommuniste notoire, l’historien britannique Robert Conquest a inlassablement dénoncé pendant cinquante ans la nature violente du régime soviétique. Si ceux qui le voulaient étaient informés depuis les écrits des déçus exilés Boris Souvarine ou Victor Serge dans les années 1930, sans oublier Trotski ou l’affaire Kravtchenko en 1946-1950, Robert Conquest a le premier démo […] Lire la suite

CONSENSUS

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 2 712 mots

Dans le chapitre « Consensus et démocratie »  : […] Dans la société démocratique moderne, le besoin d'un consensus est ressenti plus fortement que dans n'importe quel autre type d'organisation sociale, précisément parce qu'une telle société entretient un rapport paradoxal avec ce problème fondamental. Elle repose effectivement sur le principe de l'individualisme et la représentation qu'elle a d'elle-même est celle d'une association entre sujets or […] Lire la suite

CORÉE DU NORD

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jin-Mieung LI
  • , Universalis
  •  • 8 956 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Économie et société »  : […] L'économie nord-coréenne est fondée sur la nationalisation et la collectivisation à 100 p. 100, achevées en 1958. Elle est centralisée, planifiée et dirigée par le Parti du travail. Dans ce « paradis socialiste », l'individu est pris en charge par l'État, de la naissance à la mort. La scolarisation et les soins médicaux sont gratuits ; il n'y a pas d'impôt. L'habillement et l'alimentation sont ra […] Lire la suite

FANATISME

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 351 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fanatisme et esprit religieux »  : […] Outre qu'elle s'accorde avec le sens originel du mot, l'idée qu'il n'y a de fanatisme que religieux trouverait aisément à se confirmer dans le fait que la religion est partout présente où règne le pouvoir de l'esprit sur le corps et l'autorité d'un homme sur ses semblables. Tant que les hommes, persuadés de leur impuissance native, persisteront à s'agenouiller à la promesse d'un réconfort que leur […] Lire la suite

FASCISME

  • Écrit par 
  • Raoul GIRARDET
  • , Universalis
  •  • 3 104 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les structures d'organisation »  : […] Les mouvements fascistes présentent des caractères originaux, nettement différenciés par rapport aux partis politiques traditionnels liés au fonctionnement normal des régimes de démocratie parlementaire. Il s'agit de partis fortement centralisés, dotés d'une structure très hiérarchisée et où toute l'autorité, toutes les responsabilités émanent d'un chef unique. Ce sont aussi des partis militarisés […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Entrée des ténors politiques dans la campagne pour les élections de mars. 6-29 janvier 1986

dans le Rhône. À cette occasion, il critique « cette forme de totalitarisme microcosmique, c'est-à-dire l'union, où tout le monde doit marcher du même pas ». Le 29 également, Valéry Giscard d'Estaing, invité de L'Heure de vérité sur Antenne 2, donne son tiercé gagnant pour 1986 : « l'union de l'opposition, le respect de la Constitution et l'économie libérale ». Il propose de réunir à Clermont-Ferrand un sommet des grands leaders de l'opposition. […] Lire la suite

France. Impact des événements polonais sur la vie politique française. 6-12 janvier 1982

, qu'il fallait saisir l'« horrible occasion » polonaise pour « démontrer la nature véritable » du « totalitarisme » en Europe de l'Est ; Charles Fiterman, qui avait engagé la veille une polémique avec Jean Poperen, numéro deux du P.S., qui avait critiqué la position du P.C.F. sur l'affaire polonaise. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Brigitte STUDER, « TOTALITARISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/totalitarisme/