CURTIS TONY (1925-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tony Curtis, de son vrai nom Bernard Schwartz, naît le 3 juin 1925 dans une famille juive d'origine hongroise qui habite le quartier new-yorkais du Bronx. Son enfance tourmentée, marquée par la pauvreté, la schizophrénie de sa mère et de son frère, et l'antisémitisme ambiant, l'entraînera un temps dans la délinquance. Après avoir servi dans la marine au cours de la Seconde Guerre mondiale, il étudie l'art dramatique et fait quelques apparitions à Broadway avant de partir s'installer à Hollywood en 1949. Le jeune homme se voit dans un premier temps confier des rôles dans divers films d'aventure, tels que The Prince Who Was a Thief (1951, Le Voleur de Tanger) et sa suite, Son of Ali Baba (1952, Le Fils d'Ali Baba). S'il se fait connaître grâce à son physique avantageux et à son accent du Bronx, qui lui sera pourtant reproché, il parvient rapidement à affirmer son talent et à figurer en tête d'affiche pour ses seuls dons d'acteur. Il obtient les louanges de la critique en interprétant notamment le rôle-titre de Houdini (1953, Houdini le grand magicien), un acrobate dans Trapeze (1956, Trapèze), un attaché de presse sans scrupules dans Sweet Smell of Success (1957, Le Grand Chantage), un esclave évadé dans Spartacus (1960, Spartacus), ou encore un prisonnier raciste en cavale enchaîné à un détenu noir (Sidney Poitier) dans The Defiant Ones (1958, La Chaîne), prestation qui lui vaudra sa seule nomination aux oscars. Le nom de Tony Curtis demeure évidemment attaché à sa performance dans la comédie Some Like It Hot (1959, Certains l'aiment chaud) de Billy Wilder. Dans ce film culte, où Marilyn Monroe interprète une étincelante Sugar, lui et son acolyte Jack Lemmon se travestissent et intègrent un orchestre féminin en partance pour la Floride afin d'échapper à des gangsters qu'ils peuvent identifier comme étant les auteurs du massacre de la Saint-Valentin. À la suite de ce succès, Curtis interprète d'autres rôles comiques durant les années 1960. Par [...]

Certains l'aiment chaud, B. Wilder

Certains l'aiment chaud, B. Wilder

Photographie

Certains l'aiment chaud (1959), de Billy Wilder, avec Marilyn Monroe, Jack Lemmon et Tony Curtis. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  CURTIS TONY (1925-2010)  » est également traité dans :

CERTAINS L'AIMENT CHAUD, film de Billy Wilder

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 050 mots
  •  • 1 média

Certains l'aiment chaud ( Some Like it Hot ) est un sommet de la comédie américaine parodique, construite sur le thème du travestissement. C'est la seconde collaboration entre Billy Wilder et Marilyn Monroe, devenue le sex-symbol du cinéma hollywoodien des années 1950, dans les dernières années du code d'autocensure de William Hays. Ensemble, Bil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/certains-l-aiment-chaud/#i_38343

Pour citer l’article

« CURTIS TONY - (1925-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tony-curtis/