TONDO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mot italien signifiant « forme ronde » et désignant un tableau de forme circulaire très en vogue au xve siècle en Italie. Le tondo est généralement constitué par un panneau de bois entouré d'un cadre d'assez large dimension qui évoque les guirlandes « à l'antique » entourant la même forme circulaire en sculpture : peinture de la Vierge du Magnificat de Botticelli (1485 env., Offices, Florence) et sculpture de la Vierge à l'Enfant d'Antonio Rossellino pour la tombe du cardinal de Portugal à San Miniato al Monte, à Florence (1460-1466 env.). Le genre est annoncé par la sculpture de figures placées dans un oculus, comme dans les nombreux monuments funéraires d'humanistes, à Florence surtout.

Tombeau du cardinal de Portugal, A. Rossellino

Tombeau du cardinal de Portugal, A. Rossellino

photographie

Antonio ROSSELLINO, tombeau du cardinal de Portugal, 1460-1465, marbre, San Miniato al Monte, Florence, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Avec le tondo, la Renaissance reprend à son compte un type antique qu'elle redécouvre parmi les plus vieux monuments romains, qu'il s'agisse de l'oculus ou du clipeus des sarcophages païens et paléo-chrétiens ou encore des portraits des stèles funéraires, comme la stèle du musée régional d'Alba Julia. Dans la peinture romaine, les exemples de portraits ou de représentations mythologiques sous forme circulaire abondent (mosaïques, peintures sur verre, etc.). Dans l'art byzantin, la figure en clipeus, parfois insérée comme motif décoratif dans les frises de feuillage, est peinte sur les iconostases et sur les piliers au revers des arcs ou sculptée dans les ivoires. Le motif apparaît au Moyen Âge dans les fresques (Berzé-la-Ville), dans les manuscrits, où la petite vignette ronde (bible moralisée de la Bibliothèque nationale, Paris, ms. lat. 11560, env. 1250) accompagne la représentation en oculus ou en mandorle ramenée à la double forme circulaire. La Renaissance italienne a donc hérité d'une double tradition de même origine antique.

Le tondo aura des destinées bien différentes. Tantôt il sera associé à de grands et lourds encadrements décoratifs de plafonds ou soffites, dès la seconde moitié du xvie siècle (salle des Quatre Portes du palais ducal à Venise, 1574-1581, où se rencontrent les motifs ronds et ornés), tantôt il réapparaît sous la forme d'un tableau amovible destiné à accueillir des sujets mythologiques et des portraits, le plus souvent féminins, surtout au xviiie siècle, pratique qui n'est pas sans rapport avec la mode des miniatures et des camées portatifs.

—  Jean RUDEL

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres et sciences humaines, professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, peintre et écrivain

Classification


Autres références

«  TONDO  » est également traité dans :

BOTTICELLI SANDRO (1445-1510)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 441 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Vers l'irréalisme »  : […] Dans les grands retables qu'il peint à la même époque, l'acuité d'observation, le souci d'un certain réalisme dans l'individualisation des personnages ont cédé peu à peu la place à une stylisation presque maniériste qui vise, semble-t-il, à libérer la représentation de références terrestres trop précises pour la hausser au niveau idéal de la vision mystique. Sur le tableau de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sandro-botticelli/#i_8128

MICHEL-ANGE (1475-1564)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 12 223 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le peintre et le dessinateur »  : […] Michel-Ange ne s'est jamais reconnu comme peintre, bien que ce soit dans ce domaine seulement qu'il ait pu mener à terme et seul ses entreprises. Il a accepté à contrecœur les commandes de décors peints que lui ont passées trois papes et a souffert physiquement de la dureté du travail à fresque, la technique « noble » selon l'idéal florentin mais aussi celle exigeant la plus grande maîtrise techn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-ange/#i_8128

RAPHAËL (1483-1520)

  • Écrit par 
  • Vincenzo GOLZIO
  •  • 3 573 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La période romaine (1509-1520) »  : […] À Rome, l'activité de Raphaël se déroule sous les pontificats de Jules II (1503-1513) et de Léon X (1513-1521). Comme il n'avait exécuté qu'une seule fresque, celle de San Severo, le projet de lui confier les stanze était sans conteste audacieux. Raphaël commence son travail par la chambre du milieu, dite chambre de la Signature, à laquelle il se consacre certainement dès ja […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raphael/#i_8128

Pour citer l’article

Jean RUDEL, « TONDO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tondo/