JIVKOV TODOR (1911-1998)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Soviétophile convaincu, Todor Jivkov a battu tous les records de longévité dans les démocraties populaires puisqu'il a gouverné la Bulgarie de 1954 à 1989, flattant tour à tour Khrouchtchev, Brejnev, Andropov et Tchernenko. C'est finalement Gorbatchev qui le fera trébucher.

Discours de Todor Jivkov

Discours de Todor Jivkov

Photographie

Todor Jivkov (1911-1998) lors de l'une de ses dernières apparitions en public. Numéro un du Parti communiste bulgare dès 1954, président du Conseil des ministres de 1962 à 1971, puis du Conseil d'État, il sut anticiper toutes les évolutions du communisme international jusqu'à son limogeage... 

Crédits : PA Photos

Afficher

Né le 7 septembre 1911 dans le village de Pravets près de Sofia, il devient ouvrier typographe et entre aux Jeunesses communistes clandestines à l'âge de dix-neuf ans. En 1932, il adhère au Parti communiste bulgare (P.C.B.). Durant la Seconde Guerre mondiale, il rejoint les partisans qui combattent l'armée royale bulgare, alliée de l'Allemagne nazie. À l'automne de 1944, il est le commandant en chef adjoint pour la région de Sofia. À la libération, il commence son ascension dans le parti, prenant garde de ne pas se compromettre dans les dossiers délicats de l'époque. En 1945, il entre au comité central du P.C.B. comme suppléant et trois ans plus tard, lors du Ve congrès, il devient titulaire, assurant la charge importante de premier secrétaire du parti pour la ville de Sofia ainsi que de secrétaire du comité municipal de la capitale, l'équivalent de maire.

Dimitrov disparu, Jivkov grandit dans l'ombre de Valko Tchervenkov, le nouvel homme fort de la Bulgarie. En 1950, il entre au bureau politique comme suppléant et accède au poste clé de secrétaire du comité central, contrôlant ainsi l'intérieur de l'organisation. L'année suivante, il est membre titulaire du bureau politique.

Avec les débuts de la déstalinisation, les dirigeants des partis communistes au pouvoir ne peuvent plus cumuler leurs fonctions et celle de chef de l'État. En 1954, Valko Tchervenkov choisit donc de céder sa fonction de premier secrétaire du parti à son jeune protégé, Todor Jivkov, pensant que ce dernier ne lui porterait pas ombrage. Mais Jivkov va devenir le grand patron, poussant Tchervenkov, puis son successeur, Yougov, vers des postes honorifi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification


Autres références

«  JIVKOV TODOR (1911-1998)  » est également traité dans :

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 975 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Un nationalisme utile »  : […] Malgré une soumission totale à l'Union soviétique, les dirigeants communistes bulgares ont souvent été tentés par le nationalisme ; lorsque Moscou lâchait la bride, le « national-communisme » bulgare reprenait de la vigueur. De 1945 à 1948, Tito est le modèle de l'Europe de l'Est. Ce dernier ayant des visées sur la Macédoine bulgare (Macédoine du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bulgarie/#i_31742

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 416 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Bulgarie »  : […] La Bulgarie connaît une transition démocratique peu heurtée mais influencée par les Soviétiques. Installé à la tête de l'État depuis 1954, le responsable du Parti communiste Todor Jivkov (1911-1998), est écarté le 10 novembre 1989, au profit de Petar Mladenov, ministre des Affaires étrangères depuis 1971, proche de Mikhaïl Gorbatchev. En décembre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democraties-populaires/#i_31742

Les derniers événements

4 septembre 1992 • BulgarieCondamnation de Todor Jivkov.

Au terme de dix-huit mois de procès, la Cour suprême de Sofia condamne Todor Jivkov, numéro un communiste et chef de l'État pendant plus de trente ans, évincé du pouvoir le 10 novembre 1989, à sept ans de prison pour abus de pouvoir et détournement de fonds d'une valeur de 1 million de dollars [...] Lire la suite

3-29 novembre 1990 • BulgarieDémission du Premier ministre Andreï Loukanov.

bulgare, un an après la chute de Todor Jivkov. Les jours suivants, de nouvelles manifestations, rassemblant chaque fois plusieurs dizaines de milliers de personnes à Sofia, réclament la démission du gouvernement d'Andreï Loukanov. Le 26, le syndicat indépendant Podkrepa lance un mot d'ordre de grève [...] Lire la suite

6 juillet - 5 août 1990 • BulgarieDémission du président de la République Petar Mladenov.

de rue incessante de la part des étudiants, rejoints, la veille, par deux partis d'opposition pour réclamer son départ. Âgé de cinquante-trois ans, Petar Mladenov est l'ancien ministre des Affaires étrangères du dirigeant communiste Todor Jivkov, qu'il a chassé du pouvoir le 10 novembre 1989. Le 1 [...] Lire la suite

3 avril 1990 • BulgarieÉlection du président de la République et changement de nom du Parti communiste.

Le Parlement bulgare, où le Parti communiste est encore majoritaire, élit à l'unanimité Petûr Mladenov au nouveau poste de président de la République. Âgé de cinquante-trois ans, cet ancien ministre des Affaires étrangères a remplacé en novembre 1989 Todor Jivkov à la tête du Parti communiste [...] Lire la suite

12-20 janvier 1990 • BulgarieAbolition du rôle dirigeant du Parti communiste et inculpation de Todor Jivkov.

Le 12, un compromis sur le rétablissement des droits des Bulgares musulmans de langue turque est trouvé. D'importantes manifestations nationalistes avaient suivi la décision, prise le 29 décembre, d'abandonner la politique d'assimilation forcée prônée par l'ancien dirigeant Todor Jivkov. Le 15 [...] Lire la suite

10-29 décembre 1989 • BulgarieDes réformes annoncées sous la pression populaire.

Le 10, près de cent mille personnes manifestent dans les rues de Sofia pour réclamer l'abolition du rôle dirigeant du Parti communiste (P.C.B.) ainsi que l'organisation d'élections libres. Le 11, Petûr Mladenov, qui a succédé en novembre à Todor Jivkov, annonce la tenue d'élections libres [...] Lire la suite

10-18 novembre 1989 • BulgarieDémission de Todor Jivkov et début de libéralisation.

Le 10, Todor Jivkov, soixante-dix-huit ans, doyen des dirigeants des pays socialistes, démissionne du poste de secrétaire général du Parti communiste bulgare (P.C.B.), qu'il occupait depuis 1954, ainsi que de celui de chef de l'État. Il est remplacé à la tête du parti par Petûr Mladenov, cinquante [...] Lire la suite

17-24 juin 1989 • TurquieAfflux de réfugiés bulgares.

Le 17, Turgut Özal, Premier ministre turc, se rend à la frontière bulgare pour y accueillir les réfugiés de souche turque venant de Bulgarie. Ils sont des milliers à franchir la frontière depuis que, à la fin de mai, Todor Jivkov a sommé Ankara de prendre en charge ceux qui refuseraient [...] Lire la suite

18-19 janvier 1989 • France - BulgarieVisite officielle du président François Mitterrand en Bulgarie.

les deux Europe. Sitôt après son arrivée, il déjeune avec Todor Jivkov, secrétaire général du Parti communiste et chef de l'État, qui, prônant une « restructuration » de l'économie, n'entend pas étendre celle-ci à la vie politique. Au cours du dîner qui termine la journée, le chef de l'État français [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « JIVKOV TODOR - (1911-1998) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/todor-jivkov/