TLALOC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dieu aztèque de la pluie : son nom, Tlaloc, signifie « celui qui fait ruisseler les choses ». Il existe des figurations d'un dieu de la pluie — portant un masque particulier, avec de grands yeux ronds et de longs crocs — qui remontent au moins à la culture de Teotihuacán des hauts plateaux (iiie-viiie s.). Les traits de ce dieu sont curieusement semblables à ceux de Chac, dieu maya de la pluie.

Tlaloc

Dessin : Tlaloc

Dieu de l'eau et de la pluie, il habite au sommet des montagnes, où il amoncelle les nuages porteurs des pluies fécondantes. Dieu suprême des paysans, il est associé à l'Est et à la fécondité végétale. Sur le plateau central, il fédère de multiples dieux des montagnes appelés... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Pendant l'époque aztèque (xive-xvie s.), le culte de Tlaloc, qui s'était répandu dans tout le Mexique, prit une grande importance. Dans les calendriers divinatoires, Tlaloc était le huitième maître des jours et le neuvième seigneur des nuits. Cinq mois de l'année rituelle de dix-huit mois étaient consacrés à Tlaloc et à ses compagnons divins, les Tlaloque, qui, pensait-on, demeuraient au sommet des montagnes. On sacrifiait des enfants à Tlaloc au cours du premier mois de l'année, atlcaualo, et du troisième, tozoztontli. Pendant le sixième mois, etzalqualiztli, les prêtres de la pluie se baignaient selon les rites dans le lac ; ils imitaient les cris des oiseaux aquatiques et utilisaient des « cloches à brouillard » (ayauhchicauaztli) pour obtenir la pluie. Le treizième mois, tepeilhuitl, était consacré à la montagne tlaloque ; des petites idoles faites de pâte d'amarante étaient rituellement tuées et mangées. On observait un rite semblable au cours du seizième mois, atemoztli.

Tlaloc avait été l'une des principales divinités des tribus agricoles du Mexique central pendant des siècles, jusqu'à l'époque où les tribus guerrières du Nord envahirent cette partie du pays, apportant avec elles les cultes astraux du Soleil (Huitzilopochtli) et du ciel nocturne étoilé (Tezcatlipoca).

Le syncrétisme aztèque plaçait conjointement Huitzilopochtli et Tlaloc au sommet du panthéon. Le grand temple (Teocalli) de Tenochtitlán, la capitale aztèque, supportait, sur sa haute pyramide, deux sanctuaires de taille égale : l'un, consacré à Huitzilopochtli, était peint en rouge et blanc, et l'autre, voué à Tlaloc, en bleu et blanc. Le grand prêtre du dieu de la pluie, le Quetzalcóatl Tlaloc Tlamacazqui (le Serpent à plumes, prêtre de Tlaloc), avait une autorité, un titre et un rang égaux à ceux du grand prêtre du dieu du Soleil.

Temple de Tlaloc

Photographie : Temple de Tlaloc

Le temple de Tlaloc et l'autel des Crânes. Vestiges de l'Empire aztèque. Mexico. 

Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

Tlaloc

Photographie : Tlaloc

Pendentif représentant Tlaloc, le dieu aztèque de la pluie, XIVe ou XVe siècle. Bois incrusté d'une mosaïque en turquoise et en coquillages rouges et blancs. British Museum, Londres. 

Crédits : W. Forman/ AKG

Afficher

Hautement vénéré, Tlaloc était fort redouté. Il pouvait envoyer la pluie aussi bien que la sécheresse et la famine. Il lançait la foudre et déchaînait des tempêtes dévastatrices. Tlaloc, pensait-on, pouvait faire tomber sur la terre différentes sortes de pluie, la pluie bienfaisante, ou celle qui détruit les récoltes. Certaines maladies, telle l'hydropisie, étaient, disait-on, causées par Tlaloc et ses compagnons divins. Bien que les morts fussent généralement incinérés, ceux qui avaient succombé à la suite d'une de ces maladies, qui s'étaient noyés ou avaient été frappés par la foudre étaient enterrés. Tlaloc leur accordait une vie éternelle et heureuse dans son paradis, le Tlalocan.

À Tlaloc on associait Chalchiuhtlicue, sa compagne (Celle qui porte une jupe de jade), appelée aussi Matlalcueye (Celle qui porte une jupe verte) ; elle était la déesse des lacs d'eau douce et des torrents.

Chalchiuhtlicue

Dessin : Chalchiuhtlicue

Compagne de Tlaloc, « celle qui a une jupe de pierre verte », ou « celle qui a une jupe de jade » est tout comme lui déesse de l'eau, de la végétation, protectrice des lacs et des rivières. C'est l'une des figures féminines liées à la fécondité. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Tlaloc

Tlaloc
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Temple de Tlaloc

Temple de Tlaloc
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Tlaloc

Tlaloc
Crédits : W. Forman/ AKG

photographie

Chalchiuhtlicue

Chalchiuhtlicue
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article


Classification

Autres références

«  TLALOC  » est également traité dans :

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La navigation chez les Aztèques »  : […] Dans la continuité de ces découvertes archéologiques, Alexandra Biar s’est spécifiquement intéressée aux embarcations et installations lacustres aztèques sur les lacs du bassin de Mexico. L’utilisation de documents historiques et archéologiques réunissant les données provenant à la fois de l’eau et de la terre lui a permis de « dynamiser » un paysage décrit par ses prédécesseurs, et de démontrer q […] Lire la suite

AZTÈQUES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 531 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les divinités du plateau central »  : […] Le panthéon mexicain apparut aux Espagnols comme une cohorte d'innombrables démons : en effet, le polythéisme aztèque est illimité. À l'époque de la Conquista, le panthéon s'ordonne autour de deux traditions principales : d'un côté, les anciens dieux telluriques autochtones, divinités d’agriculteurs vouant un culte à la fécondité et à la fertilité de la Terre ; de l'autre, les dieux essentielleme […] Lire la suite

Pour citer l’article

« TLALOC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tlaloc/