TIDJĀNIYYA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Confrérie musulmane fondée par Aḥmad b. Muḥammad b. al-Mukhtār b. Sālim al-Tidjānī, né près de Laghouat en 1737, mort en 1815. Elle est considérée comme une branche des Khalwatiyya, que son fondateur avait connus en Égypte. La doctrine d'al-Tidjānī est exposée par son disciple ‘Alī Harāzim, dans son livre : Djawāhir al-ma‘ānī (Les Joyaux des idées). Al-Tidjānī voyage beaucoup, mais Fez reste le centre de son activité. Le plus jeune de ses fils oriente l'action de propagande vers le Sahara et le Soudan. Les chefs de la confrérie refusent de s'engager dans la guerre sainte au moment de l'invasion française de l'Algérie. En 1836, ils répondent à ‘Abd al-Qādir (Abd-el-Kader) que le but de leur confrérie est la vie dans le recueillement. Ils continuent à avoir de bons rapports avec les autorités françaises. Cette confrérie s'est tout particulièrement répandue dans l'Afrique noire et s'est propagée par al-Ḥādjdj ‘Umar jusqu'en Guinée. Elle reste florissante en particulier au Sénégal, où le souvenir d'al-Ḥādjdj Malik Si, qui a travaillé à l'y installer, est encore bien vivant.

—  Roger ARNALDEZ

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  TIDJANIYYA  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La guerre sainte des Peul et des Toucouleur (XVIIIe-XIXe s.) »  : […] Les conquêtes musulmanes recommenceront seulement au xviii e  siècle. Dans le Fouta-Toro, les Toucouleur, liés aux confréries Qadriya et Tidjaniya du Maghreb et de Mauritanie, propagent activement la religion et convertissent les Wolof du Sénégal. Leurs voisins, les Peul, fondent à leur tour une confédération religieuse dans le Fouta-Djalon, et leur royaume du Macina échappe à la domination bam […] Lire la suite

CONFRÉRIES MUSULMANES

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 1 563 mots

Dans le chapitre « La décadence ? »  : […] De nos jours, l'influence des confréries est partout en baisse et tend à disparaître dans certains États musulmans. Le rationalisme et le matérialisme contemporains ont déprécié le mysticisme çoufi ; les ‘ ulamā réformateurs et les modernistes ont dénoncé avec une vigueur accrue les confréries, accusées d'avoir encouragé l'ignorance, entretenu les superstitions, abusé de la crédulité de leurs ade […] Lire la suite

GAMBIE

  • Écrit par 
  • Christian COULON, 
  • Universalis
  •  • 3 881 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'administration britannique »  : […] En 1821, la Gambie devint colonie de la Couronne ; mais, jusqu'en 1843, celle-ci fut administrée par le gouverneur de Freetown en Sierra Leone. En 1857, la France céda aux Anglais le comptoir d'Albréda, contre celui de Portendick en Mauritanie. Dans la seconde moitié du xix e  siècle, l'histoire de la Gambie fut traversée par un important renouveau religieux islamique qui prit les autorités tra […] Lire la suite

ISLAM (Histoire) - Le monde musulman contemporain

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Nathalie CLAYER, 
  • Andrée FEILLARD, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Altan GOKALP, 
  • Denys LOMBARD, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Alexandre POPOVIC, 
  • Catherine POUJOL, 
  • Jean-Louis TRIAUD
  • , Universalis
  •  • 31 435 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le temps de la colonisation »  : […] Paradoxalement, la colonisation européenne contribue à un renforcement des positions musulmanes. Les transformations (réquisitions de main-d'œuvre, routes, chemins de fer) ébranlent alors les cultes du terroir et fraient la voie à une adhésion plus large à l'islam, vécu comme une religion d'Africains, comme une fraternité pour les déracinés et comme une foi mondiale capable de supporter la compara […] Lire la suite

‘UMAR ou OMAR SAÏDOU TALL dit EL HADJ ‘UMAR (1797 env.-1864)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 418 mots

Né dans le Fouta-Toro, en pays toucouleur, el Hadj Omar (al-Ḥādjdj ‘Umar) se signale très tôt par son intelligence et par sa ferveur religieuse. À vingt-trois ans, il entreprend le pèlerinage de La Mecque, où il est nommé par ses coreligionnaires calife de la Tidjāniyya pour le Soudan occidental. La confrérie de la Tidjāniyya insiste sur l'adhésion religieuse individuelle, sur les vertus de frater […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger ARNALDEZ, « TIDJĀNIYYA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tidjaniyya/