THYSANOPTÈRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ordre des Thysanoptères (ou Thrips) regroupe de minuscules insectes (de la taille du millimètre environ) qui vivent le plus souvent aux dépens des végétaux, qu'ils sucent ; certaines espèces cependant sont prédatrices. Leur pullulement au cours des journées ensoleillées d'été les rend parfois gênants, mais ils sont parfaitement inoffensifs pour l'homme.

Ces insectes sont extrêmement intéressants. Leurs pièces buccales piqueuses sont asymétriques par disparition de la mandibule droite. Leurs ailes, longues et minces, sont bordées d'une longue frange ciliaire qui leur confère un aspect unique parmi les insectes. Les pattes sont terminées par une vésicule exsertile qui leur avait autrefois valu le nom de Physapodes. Leur développement est progressif (type hétérométabole), mais l'existence, à la fin de la vie larvaire, de deux stades immobiles (prénymphe et nymphe) les rapproche du type holométabole et leur assigne une place intermédiaire entre ces deux modes fondamentaux de développement des insectes. Enfin, les Thysanoptères présentent dans leur reproduction les cas de parthénogenèse les plus divers.

Morphologie

Le corps des Thysanoptères est généralement très allongé ; tête, thorax et abdomen sont largement coalescents mais bien distincts. La tête est en position hypognathe. Le complexe buccal forme un cône dont l'extrémité s'insinue à la face ventrale, entre les hanches antérieures. On reconnaît extérieurement une lèvre supérieure, une paire de lobes maxillaires portant chacun un palpe maxillaire, et un labium terminé par deux courts palpes labiaux. On ne voit donc extérieurement aucune pièce correspondant à des mandibules. Mais les pièces buccales fonctionnelles sont en fait des stylets piqueurs, à racines internes profondes, correspondant aux stylets mandibulaires et maxillaires. Cependant, ces stylets sont seulement au nombre de trois, et de grandes divergences d'opinion se sont manifestées dans leur interprétation. Certains auteurs considèrent que les stylets pairs correspon [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  THYSANOPTÈRES  » est également traité dans :

VIROSES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves TEYCHENEY
  •  • 4 018 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Transmission et dissémination »  : […] Les virus étant obligatoirement des parasites, leur transmission se fait essentiellement par des vecteurs biologiques (insectes, nématodes, champignons) qui provoquent les blessures nécessaires à la pénétration des particules virales dans les cellules hôtes. Elle est plus rarement assurée par la graine ou le pollen, et, dans le cas des plantes cultivées, par certaines pratiques culturales (greffag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/viroses-vegetales/#i_43684

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « THYSANOPTÈRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thysanopteres/