THYSANOPTÈRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parthénogenèse

Un grand nombre d'espèces de Thysanoptères se reproduisent selon le type bisexuel normal. De nombreuses espèces présentent pourtant les cas de parthénogenèse les plus variés.

Parthénogenèse thélytoque

Certaines espèces, comme Heliothrips haemorrhoidalis qui vit dans les serres, se reproduisent par parthénogenèse thélytoque constante et les mâles sont inconnus.

D'autres, comme Parthenothrips dracaena, se présentent, ainsi que l'a montré E. Pussard-Radulesco (1931), soit sous la forme d'une race bisexuée, soit sous la forme d'une race parthénogénétique. Dans une troisième catégorie d'espèce enfin, comme Anaphothrips striatus des États-Unis, les insectes présentent des cas de parthénogenèse géographique.

Parthénogenèse arrhénotoque

A. F. Shull (1915-1917) a montré chez Anthothrips verbasci que les femelles vierges n'engendrent que des mâles, tandis que les femelles fécondées donnent les deux sexes. Cependant, même fécondées, les femelles pondent un certain nombre d'œufs non fécondés qui sont à l'origine des mâles. Il s'agit donc d'une parthénogenèse arrhénotoque typique (par haploïdie des mâles) comparable à celle des Hyménoptères. Cependant, A. Bournier (1956), qui en a étudié la cytologie, a montré que cette parthénogenèse arrhénotoque (sans doute plus répandue qu'on ne le croyait) présente des particularités cytologiques notablement différentes de celles qui sont bien connues chez les Hyménoptères.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  THYSANOPTÈRES  » est également traité dans :

VIROSES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves TEYCHENEY
  •  • 4 019 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Transmission et dissémination »  : […] Les virus étant obligatoirement des parasites, leur transmission se fait essentiellement par des vecteurs biologiques (insectes, nématodes, champignons) qui provoquent les blessures nécessaires à la pénétration des particules virales dans les cellules hôtes. Elle est plus rarement assurée par la graine ou le pollen, et, dans le cas des plantes cultivées, par certaines pratiques culturales (greffag […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert GAUMONT, « THYSANOPTÈRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thysanopteres/