THOMSON GEORGE PAGET (1892-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 3 mai 1892 à Cambridge (Grande-Bretagne), George Paget Thomson était le fils de John Joseph Thomson, le découvreur de l'électron. Professeur à l'université de Cambridge de 1914 à 1922, il occupa ensuite la chaire de philosophie naturelle de l'université d'Aberdeen (Écosse). De 1930 à 1952, il fut professeur à l'Imperial College de Londres puis retourna à Cambridge pour y diriger le Corpus Christi College jusqu'à sa retraite, en 1962. Thomson est mort à Cambridge le 10 septembre 1975.

Les premières recherches de Thomson portèrent sur la détermination par spectrographie de masse des compositions isotopiques des éléments naturels. En 1927, il démontra la nature duale des électrons en réalisant sur une plaque photographique la figure de diffraction – formée de cercles concentriques intercalant interférences constructives et destructives – d'un faisceau d'électrons ayant traversé une fine couche d'or : les électrons se révélèrent ainsi, comme l'avait supposé Louis de Broglie, de nature particulaire et ondulatoire. Cette expérience historique lui valut le prix Nobel de physique en 1937, qu'il partagea avec Clinton Davisson, physicien américain qui avait, indépendamment, réalisé une expérience semblable la même année. Pendant la Seconde Guerre mondiale, George Paget Thomson fut porte-parole de la commission chargée de conseiller le gouvernement britannique en matière de bombe atomique.

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « THOMSON GEORGE PAGET - (1892-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-paget-thomson/