Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SYDENHAM THOMAS (1624-1689)

Médecin anglais, Sydenham restaura les principes hippocratiques de la médecine. Fidèle soldat de Cromwell, la défaite des royalistes le rend à la vie civile en 1646. Il étudie alors la médecine à Oxford et, après une interruption due à la reprise de la guerre civile, il obtient ses grades de docteur. Pour sa brillante conduite à la bataille de Worcester (1651), il reçoit une gratification qui lui permet de s'installer à Londres où sa situation est un moment compromise lors du retour de la monarchie ; mais sa réputation d'excellent clinicien le sauve et lui vaut une importante clientèle et le surnom d'Hippocrate d'Angleterre, car, durant toute sa vie, il luttera contre la mode ou les systèmes qui en médecine éloignent la clinique de l'observation et de l'expérience. Son œuvre, rédigée en anglais, mais traduite et publiée en latin, a considérablement enrichi la nosologie. Il a magistralement décrit la goutte, dont il souffrait lui-même (De podagra et hydrope, 1683), la danse de Saint-Guy (ou chorée de Sydenham), et donné du catharre un tableau souvent cité jusqu'à nos jours. Plusieurs épidémies survenues à Londres, et dont il note les relations avec les conditions atmosphériques, lui permettent d'individualiser la variole, la rougeole, la scarlatine (à laquelle il donne ce nom), la coqueluche (qu'il baptise pertussis, désignation encore usitée dans de nombreux pays). Ses travaux sur les fièvres éruptives en font le plus grand épidémiologiste du xviie siècle comme le révèlent Methodus curandi febres propriis observationibus superstructa (1666), et certaines parties des Opera medica publiées après sa mort.

Partisan des remèdes simples, il a mis au point en 1669 une préparation à base d'opium, le laudanum de Sydenham, dont il se sert lui-même lors de ses accès de goutte et que l'on emploie actuellement dans le traitement des diarrhées. Il a été probablement le premier à prescrire l'administration d'écorce de quinquina dans l'intervalle, et non durant les accès de fièvre intermittente, et il préféra toujours la diète à la saignée. On lui a reproché d'avoir quitté Londres durant la grande peste de 1665, mais il avait l'illustre exemple de Galien.

Fervent admirateur d'Hippocrate, il fut célèbre par ses boutades (dont certaines, tirées de ses Observationes medicae (1676) ont été réunies en 1843 sous le titre de Sydenham aphorismi de variolis), qui traduisent son attention passionnée pour l'observation de la nature dont il considérait la maladie comme l'un des « dérangements ».

— Jacqueline BROSSOLLET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CHORÉES

    • Écrit par Jean-Pierre ABOULKER
    • 822 mots

    On appelle « mouvement choréique » un mouvement spontané, obéissant aux synergies musculaires normales, mais échappant au contrôle de la volonté. Le caractère « gratuit » de cet acte moteur, qui se produit brusquement et de manière incohérente chez le sujet éveillé, rend le comportement de celui-ci...

  • PAVOT

    • Écrit par Pierre LIEUTAGHI
    • 320 mots

    Plante cultivée pour ses graines alimentaires, oléagineuses, plusieurs millénaires avant notre ère dans l'Est méditerranéen, d'où elle est vraisemblablement originaire (le type primitif est le pavot à feuilles velues, Papaver setigerum L., à capsule munie d'orifices sous le...

  • SCARLATINE

    • Écrit par P. CAYEUX
    • 855 mots

    Au xvie siècle, Ingrassias (Naples) et Coyttar (Poitiers) décrivent pour la première fois la scarlatine et en 1685, le médecin anglais T. Sydenham individualise parfaitement la maladie sous le nom de fevris scarlatinae. Ce n'est qu'au début du xxe siècle que l'hypothèse de l'origine...

Voir aussi