PYNCHON THOMAS (1937- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un théâtre des voix

La puissance simulatrice déployée dans les œuvres de Thomas Pynchon est aussi une énergie comique. La farce, la parodie et l'auto-parodie, les mauvais jeux de mots comme l'excellent humour créent ce mélange reconnaissable de grâce et de mauvais goût appuyé qui récuse ou suspend la gravité. Écrivain de l'allégresse qui survient malgré tout, Pynchon donne à ses lecteurs une légèreté précieuse, et un peu idiote, comme le sont les chansonnettes incluses dans ses narrations. Une « idiotie » parcourt en effet cette œuvre, qu'elle soit principe de dépense et de dérèglement des échanges, parti pris de singerie, ou encore suspension bienvenue du sens dans des textes si savants et allusifs qu'ils semblent en être saturés. L'écriture ménage de tels échanges entre surproduction et déperdition de sens, à commencer par l'usage du lexique, qui semble activer les différentes acceptions et les ramifications étymologiques de bien des mots. Mais le style de Pynchon se caractérise d'abord par un phrasé singulier : une syntaxe en fréquent déséquilibre, qui esquive longuement la chute de phrases alliant excès et lacunes, et où l'élan le dispute à l'enlisement ou au coup d'arrêt. Il y a là une manière de dire oblique et fuyante, qui sert un lyrisme volontiers élégiaque côtoyant la veine grotesque et l'auto-parodie. Quelque chose se dérobe alors au regard du lecteur, se rendant insaisissable et bouleversant. Ainsi, toutes les ressources expressives de l'anglais sont rassemblées dans L'Arc-en-ciel de la gravité, dans une richesse analogique qui constitue aussi l'un des thèmes du livre. Mais c'est dès V. que commence la méditation sur le langage, sur les signes, et singulièrement sur les pouvoirs et les leurres de la métaphore, à laquelle l'auteur n'a jamais renoncé.

L'écriture de Pynchon, c'est enfin un grand théâtre de l'imitation des voix et des discours, dans les dialogues mais aussi dans des narrations ventriloques où se croisent et se contaminent voix de l'auteur et voix d'autrui. Essentiellement conduits à la troisième personne, les récits peuvent accueillir d'autr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en littérature américaine à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  PYNCHON THOMAS (1937- )  » est également traité dans :

MASON & DIXON (T. Pynchon)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 934 mots

Il garde jalousement son incognito. On n'a pas vu depuis une éternité la moindre photo de lui. On ne parle que de cela. On en oublierait presque que si Thomas Pynchon est un si illustre inconnu, c'est d'abord parce qu'à vingt-six ans, en 1963, il a publié le livre qui lui a valu sa première bande d'aficionados : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mason-et-dixon/#i_80356

V., Thomas Pynchon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 856 mots

Publié en 1963, ce premier roman de l'écrivain américain Thomas Pynchon déconcerta par ses implications et la place qu'il faisait à la métafiction. Par son recours à l'autoparodie, Pynchon élabore ce qui est à la fois une comédie délirante, une énigme à résoudre, un panorama spectaculaire du passé occidental et un commentaire mélancolique sur ce qu'est devenu le monde. En bref, un roman échevelé q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/v/#i_80356

Pour citer l’article

Anne BATTESTI, « PYNCHON THOMAS (1937- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-pynchon/