PYNCHON THOMAS (1937- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Thomas Pynchon, né le 8 mai 1937 à Long Island, s'est rendu célèbre aux États-Unis, sans jamais paraître sur la scène publique, avec un livre d'une beauté et d'une richesse éblouissantes, L'Arc-en-ciel de la gravité (1973). L'attention portée à son œuvre ultérieure a bénéficié de la légende depuis lors construite autour de l'introuvable écrivain, mais elle en a également pâti : l'on commente souvent chaque nouveau livre de Pynchon, au risque d'un enthousiasme de commande un peu évasif. Or l'apparition et la disparition, le questionnement ou la contestation du spectacle sont des enjeux à la fois esthétiques, politiques et épistémologiques, que l'on retrouve dans les six romans parus entre 1963 et 2006 : l'absence de Pynchon est bien une fidélité à l'œuvre, laquelle ne dévoile jamais ses sources intimes bien que l'auteur concède, dans une préface tardive à ses nouvelles de jeunesse (L'Homme qui apprenait lentement, 1984), que toute fiction est autobiographique. Mais cela passe par un art de la fuite et du travestissement qu'il a porté à un suprême degré de complexité.

Le souci historique

L'histoire familiale de Thomas Pynchon, du reste, se rattache à l'histoire nationale et littéraire. Son ancêtre puritain émigra en Amérique dès 1630 et fut un notable indocile de la Nouvelle-Angleterre, auteur d'un traité religieux controversé qui lui fit reprendre le chemin de l'Angleterre en laissant à son fils le soin de ses affaires ; l'on trouve trace de cette généalogie dans L'Arc-en-ciel de la gravité, où l'hérésie tient lieu de métaphore d'une dissension plus générale. Par ailleurs, ce nom de famille figure dans La Maison aux sept pignons (1851), où Nathaniel Hawthorne imaginait une usurpation d'héritage par un certain « Pyncheon », et ses conséquences sur plusieurs générations, de la malédiction des coupables jusqu'à la réparation du tort. Cette métaphore possible d'une Amérique confisquée, Pynchon, après d'autres, l'a relayée et réinventée dans la foule obscure des déshérités qui traverse ses récits, à la « marge hantée du [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences en littérature américaine à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  PYNCHON THOMAS (1937- )  » est également traité dans :

MASON & DIXON (T. Pynchon)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 934 mots

Il garde jalousement son incognito. On n'a pas vu depuis une éternité la moindre photo de lui. On ne parle que de cela. On en oublierait presque que si Thomas Pynchon est un si illustre inconnu, c'est d'abord parce qu'à vingt-six ans, en 1963, il a publié le livre qui lui a valu sa première bande d'aficionados : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mason-et-dixon/#i_80356

V., Thomas Pynchon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 856 mots

Publié en 1963, ce premier roman de l'écrivain américain Thomas Pynchon déconcerta par ses implications et la place qu'il faisait à la métafiction. Par son recours à l'autoparodie, Pynchon élabore ce qui est à la fois une comédie délirante, une énigme à résoudre, un panorama spectaculaire du passé occidental et un commentaire mélancolique sur ce qu'est devenu le monde. En bref, un roman échevelé q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/v/#i_80356

Pour citer l’article

Anne BATTESTI, « PYNCHON THOMAS (1937- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-pynchon/