PYNCHON THOMAS (1937- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Thomas Pynchon, né le 8 mai 1937 à Long Island, s'est rendu célèbre aux États-Unis, sans jamais paraître sur la scène publique, avec un livre d'une beauté et d'une richesse éblouissantes, L'Arc-en-ciel de la gravité (1973). L'attention portée à son œuvre ultérieure a bénéficié de la légende depuis lors construite autour de l'introuvable écrivain, mais elle en a également pâti : l'on commente souvent chaque nouveau livre de Pynchon, au risque d'un enthousiasme de commande un peu évasif. Or l'apparition et la disparition, le questionnement ou la contestation du spectacle sont des enjeux à la fois esthétiques, politiques et épistémologiques, que l'on retrouve dans les six romans parus entre 1963 et 2006 : l'absence de Pynchon est bien une fidélité à l'œuvre, laquelle ne dévoile jamais ses sources intimes bien que l'auteur concède, dans une préface tardive à ses nouvelles de jeunesse (L'Homme qui apprenait lentement, 1984), que toute fiction est autobiographique. Mais cela passe par un art de la fuite et du travestissement qu'il a porté à un suprême degré de complexité.

Le souci historique

L'histoire familiale de Thomas Pynchon, du reste, se rattache à l'histoire nationale et littéraire. Son ancêtre puritain émigra en Amérique dès 1630 et fut un notable indocile de la Nouvelle-Angleterre, auteur d'un traité religieux controversé qui lui fit reprendre le chemin de l'Angleterre en laissant à son fils le soin de ses affaires ; l'on trouve trace de cette généalogie dans L'Arc-en-ciel de la gravité, où l'hérésie tient lieu de métaphore d'une dissension plus générale. Par ailleurs, ce nom de famille figure dans La Maison aux sept pignons (1851), où Nathaniel Hawthorne imaginait une usurpation d'héritage par un certain « Pyncheon », et ses conséquences sur plusieurs générations, de la malédiction des coupables jusqu'à la réparation du tort. Cette métaphore possible d'une Amérique confisquée, Pynchon, après d'autres, l'a relayée et réinventée dans la foule obscure des déshérités qui traverse ses récits, à la « marge hantée du miroir » qu'explorait Hawthorne dans La Lettre écarlate.

Fils de bonne famille, Pynchon s'engage dans la marine à dix-huit ans, avant d'étudier la physique et la littérature à l'université Cornell ; c'est là qu'il publie, en 1958, sa première nouvelle. Mais il a déjà écrit, dès 1952, dans la revue de son lycée : sa « Colonne du hamster » anonyme, parue six fois, propose des textes fantasques inspirés de l'histoire anglaise, entre satire ménippée, récit d'espionnage et parodie de Dante ou de Milton. À quinze ans, Pynchon avait expérimenté sa manière savante et extravagante, et élaboré une partie de son matériau imaginaire et politique : le souci de la justice, l'aversion pour le pouvoir, la vision de l'Histoire comme guerre civile, la fascination du complot, le goût de la duplicité. Dès 1963, après avoir vécu dans le New York beatnik et publié plusieurs nouvelles, puis travaillé comme rédacteur technique pour Boeing à Seattle, il exerce dans V., son premier roman, « le droit à l'anxiété de l'imagination ou au souci historique ». Alors qu'il est installé à Mexico, il « disparaît », fuyant le journaliste venu photographier ce jeune lauréat du prix Faulkner. Le souci historique ne le quittera plus, y compris dans ses deux récits des États-Unis contemporains : La Vente à la criée du lot 49, paru en 1966, année où il donne au New York Times un article sur les émeutes raciales de Los Angeles (« A Journey into the Mind of Watts »), et Vineland (1990). Entre-temps, il a écrit, à Mexico puis en Californie, L'Arc-en-ciel de la gravité, situé en Europe à la fin de la Seconde Guerre mondiale, et qui lui vaut le National Book Award (lors de la remise du prix, Pynchon se laissa remplacer par un acteur comique). Par la suite, Mason & Dixon (1997) explore les promesses et les perversions du siècle des Lumières des deux côtés de l'Atlantique. Quant à Contre-jour (2006), le roman couvre une période qui, au tournant du xxe siècle, va de l'Amérique des premiers empires industriels modernes jusqu'à la Grande Guerre, en passant par l'Europe et l'Asie centrale du « grand jeu » colonialiste. Thomas Pynchon a également publié Vice caché (2009) et Fonds perdus (2013).

L'intrigue de ces livres, insaisissable par excès, défie tout résumé ; aussi le risque est-il grand de les présenter comme des romans à idées. On trouve, bien au contraire, une rare cohésion imaginaire dans cette ample rêverie inquiète et retorse, façonnée par une langue mémorable, et qui propose aussi une reconfiguration saisissante de l'expérience et de la conscience occidentales modernes. L'étonnement, le désir et la peur y laissent partout leur marque. Ils nourrissent la visée politique d'un auteur issu d'une gauche américaine volontiers anarchiste, et qui a rendu hommage aux saboteurs de la révolution industrielle (« Is it OK to Be a Luddite ? » publié dans le New York Times en 1984), aussi bien qu'à George Orwell dans la préface à une réédition de 1984 (2003).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en littérature américaine à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  PYNCHON THOMAS (1937- )  » est également traité dans :

MASON & DIXON (T. Pynchon)

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉTILLON
  •  • 934 mots

Il garde jalousement son incognito. On n'a pas vu depuis une éternité la moindre photo de lui. On ne parle que de cela. On en oublierait presque que si Thomas Pynchon est un si illustre inconnu, c'est d'abord parce qu'à vingt-six ans, en 1963, il a publié le livre qui lui a valu sa première bande d'aficionados : […] Lire la suite

V., Thomas Pynchon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel FABRE
  •  • 856 mots

Publié en 1963, ce premier roman de l'écrivain américain Thomas Pynchon déconcerta par ses implications et la place qu'il faisait à la métafiction. Par son recours à l'autoparodie, Pynchon élabore ce qui est à la fois une comédie délirante, une énigme à résoudre, un panorama spectaculaire du passé occidental et un commentaire mélancolique sur ce qu'est devenu le monde. En bref, un roman échevelé q […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne BATTESTI, « PYNCHON THOMAS (1937- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-pynchon/