PIKETTY THOMAS (1971- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Inégalités, fiscalité et concentration du patrimoine

L’évolution personnelle et intellectuelle de Piketty le conduit d’une adhésion à un « socialisme moderniste » dans les années 1990-2000 (Vive la gauche américaine ! Chroniques 1998-2004, 2004), à des positions plus radicales. En 2007 – cela lui vaut d’ailleurs son poste à la direction de l’École d’économie de Paris –, il s’élève avec vigueur contre les projets de Nicolas Sarkozy, qui aboutissent à la loi dite T.E.P.A. et à la mise en place du « bouclier fiscal ». Quelques années plus tôt, en 2001 (Les Hauts Revenus en France au XXe siècle : inégalités et redistribution, 1901-1998, Grasset), il a décrit les tendances longues de l’évolution des hauts revenus en France, et montré à quel point l’État fiscal a un rôle correcteur en matière d’inégalités. Ses travaux des années 2000 le conduisent à des résultats encore plus nets : la hausse des inégalités résulte, en particulier aux États-Unis, de l’explosion des très hauts revenus, tirés par la financiarisation. Le constat converge avec les analyses, qu’elles soient théoriques ou empiriques, de nombreux économistes « hétérodoxes » – analyses à l’origine du slogan « Nous sommes les 99 p. 100, ils sont les 1 p. 100 » du mouvement altermondialiste Occupy Wall Street de 2011.

Comme Joseph Stiglitz, Paul Krugman et plusieurs autres économistes, Piketty devient donc plus « critique » à la fin des années 2000 à l’égard du capitalisme financier. Son ouvrage de 2013, Le Capital au XXIe siècle, ouvre un vaste débat sur le rôle de l’impôt pour corriger les inégalités au profit des rentiers. Il y développe l’idée selon laquelle, sur les longues périodes, le taux de croissance de l’économie est inférieur au rendement du capital, ce qui tend à privilégier les plus riches et à renforcer leur prédominance, au détriment des logiques méritocratiques. Deux tendances contradictoires s’opposent ainsi : une force « démocratique » liée à la diffusion des connaissances et des savoirs, une autre, inégalitaire [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur de sociologie à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Classification


Autres références

«  PIKETTY THOMAS (1971- )  » est également traité dans :

INÉGALITÉS - Les inégalités économiques

  • Écrit par 
  • Charlotte GUÉNARD, 
  • Éric MAURIN
  •  • 5 346 mots

Dans le chapitre « Les problèmes de mesure des inégalités et de la pauvreté »  : […] En France, le mouvement de réduction des inégalités de revenus qui a prévalu jusqu'au début des années 1980 s'est arrêté. Il n'en demeure pas moins que l'on n'observe pas dans ce pays de remontée spectaculaire des inégalités de revenus ni de la pauvreté. Avec le recul, on constate plutôt une fluctuation des inégalités et de la pauvreté au rythme du cycle économique. La pauvreté tend à se réduire d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inegalites/#i_55488

NOS TEMPS MODERNES (D. Cohen) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anne DEMARTINI
  •  • 1 047 mots

Raréfaction inexorable de l'emploi, à l'origine d'une pauvreté toujours plus grande ; lien social, jadis garanti par les structures entrepreneuriale, étatique et familiale, et désormais menacé par l'essor d'un individualisme dont le néo-libéralisme n'a de cesse de louer les vertus ; dictature des marchés financiers… autant de maux auxquels nos sociétés modernes se trouveraient confrontées, mais q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nos-temps-modernes/#i_55488

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric LEBARON, « PIKETTY THOMAS (1971- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-piketty/