ORGANISATIONS THÉORIE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « socioanalyse » des organisations

Le terme de « socioanalyse » a été forgé par Elliott Jaques, médecin psychanalyste anglais, longtemps attaché au Tavistock Institute of Human Relations, centre britannique fort important de recherches en sciences humaines, qui a également eu pour membres les célèbres psychiatres R. D. Laing et D. Cooper, dont les études sur l'organisation familiale ont contribué à donner naissance à l'antipsychiatrie. Jaques a voulu appliquer à la théorie des organisations les principaux concepts de la psychanalyse en empruntant la voie ouverte par Freud lui-même dans Psychologie collective et analyse du Moi (1921). La socioanalyse est l'étude des comportements des individus en groupe, des attitudes conscientes et inconscientes des groupes, des mécanismes de défense forgés par ceux-ci pour se protéger de toute ingérence extérieure. Le socioanalyste doit prendre l'attitude d'abstinence du psychanalyste : il n'a pas à intervenir par ses conseils dans le fonctionnement de l'organisation ; il revient à cette dernière de prendre elle-même conscience des causes de ses dysfonctionnements. Jaques, qui travaille depuis vingt ans dans une grande entreprise anglaise de métallurgie et de construction mécanique, la Glacier Metal Company, réunit en séances de discussion des membres de toutes les catégories socio-professionnelles de l'entreprise pour qu'ils prennent conscience des problèmes de fonctionnement de celle-ci. L'objectif est de rendre manifeste à l'organisation ses propres tensions internes. Comme le psychanalyste peut l'observer avec son patient dans la cure individuelle, Jaques repère l'ambivalence de l'attitude de l'organisation envers le traitement. C'est que, à l'instar du patient dans la cure, elle craint autant le changement qu'elle le désire. Le socioanalyste fera advenir à la conscience des membres de l'organisation ces réticences et ces craintes pour qu'ils en triomphent.

Ce que Jaques appelle la « culture » d'une organisation désigne les comportements types qui s'y trouvent adoptés.

La théorie des organisations se doit donc d'étudier les i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, assistant à la faculté des lettres de Reims

Classification

Autres références

«  ORGANISATIONS THÉORIE DES  » est également traité dans :

ADMINISTRATION - La science administrative

  • Écrit par 
  • Jacques CHEVALLIER, 
  • Danièle LOCHAK
  •  • 3 207 mots

Dans le chapitre « L'élargissement progressif du champ de la science administrative »  : […] À l'origine, la science administrative est, sans doute possible, la science de l'administration publique, ce qui s'explique fort bien compte tenu du contexte historique et politique dans lequel elle prend naissance : l'apparition d'une science appliquée de l'administration, ancêtre de la science administrative, coïncide en Europe avec la mise en place de structures étatiques et administratives mod […] Lire la suite

ADMINISTRATIVE BEHAVIOR, Herbert A. Simon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine QUINET
  •  • 957 mots

Au début des années 1940, il existe au sein des sciences administratives américaines un accord sur quatre principes supposés garantir la bonne gestion des affaires publiques ou des entreprises : la spécialisation des tâches ; l'unité de commandement ; la limitation de l'aire de contrôle d'un supérieur hiérarchique ; et l'organisation par objectif, procédé, clientèle, ou zone desservie. Or Herbert […] Lire la suite

BUREAUCRATIE

  • Écrit par 
  • Michel CROZIER
  •  • 4 254 mots

Le mot « bureaucratie » est un des termes clefs du vocabulaire des sciences sociales contemporaines. Autour du problème (ou des problèmes) de la bureaucratie se poursuit depuis près d'un siècle un débat des plus animés. Mais le terme lui-même – et c'est peut-être ce qui a fait sa fortune – n'a pas reçu à ce jour une définition scientifique précise. L'usage ancien, qui est encore consacré par les d […] Lire la suite

COASE RONALD HARRY (1910-2013)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 306 mots

C'est seulement à l'âge de quatre-vingt-un ans que Ronald H. Coase, professeur émérite de l'université de Chicago, se vit attribuer le prix Nobel d'économie, à la fois pour ses travaux sur la nature des organisations et pour ses analyses sur les modalités de certaines régulations étatiques. […] Lire la suite

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 394 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Conflits et hiérarchie »  : […] En revanche, les conflits organisationnels prennent une importance croissante. Dans le travail, l'organisation hiérarchique des salariés est de plus en plus stricte ; les rôles professionnels se définissent davantage par la situation dans une filière hiérarchique que par l'apport d'une qualité particulière. L'autonomie professionnelle tend à disparaître. L'employé se définit plus complètement que […] Lire la suite

COÛTS DE TRANSACTION

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 5 298 mots

Dans le chapitre «  Mécanismes d'arbitrage entre modes organisationnels »  : […] Confrontés à l’arbitrage constant à effectuer entre modes alternatifs d'organisation des transactions (la littérature récente parle aussi de « modes de gouvernance » ou même, à notre avis de façon abusive, de « contrats » comme équivalent à modes d’organisation), les agents orientent leurs choix en prenant en compte essentiellement trois caractéristiques des transactions. Évidemment, il n'est pas […] Lire la suite

CROZIER MICHEL (1922-2013)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 875 mots

Dans le chapitre « Une sociologie de la bureaucratie »  : […] Alors que ses premiers travaux sont encore principalement consacrés à l'histoire du mouvement ouvrier et à l'action des syndicats, Crozier s'est intéressé à partir de son entrée au C.N.R.S., en 1952, au rôle des employés et des petits fonctionnaires dans la structure sociale française. Il aborde cet univers sous les angles des phénomènes de la conscience de classe et de la participation sociale. […] Lire la suite

DISTRIBUTION, économie

  • Écrit par 
  • Marc FILSER
  •  • 6 979 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le choix de l'organisation du canal »  : […] Le fonctionnement du canal consiste en un ensemble de transactions entre ses membres. La réalisation de ces transactions est une source de coûts spécifiques : coût de la collecte d'informations, coût de la conduite de la négociation, coûts engagés pour contrôler la performance des partenaires). L'objectif des membres du canal est donc de chercher l'organisation de leurs relations qui minimise ces […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Néo-institutionnalisme

  • Écrit par 
  • Claude MÉNARD
  •  • 1 810 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un programme de recherche foisonnant »  : […] L'importance accordée aux droits de propriété et aux modalités de transfert de ces droits a fait du néo-institutionnalisme un cadre privilégié de l'étude des relations entre droit et économie, sous l'inspiration de Coase, éditeur du Journal of Law and Economics pendant plus de vingt ans. L'insistance sur l'incomplétude des contrats a aussi attiré l'attention sur la nécessité de prendre en compte […] Lire la suite

ENTREPRISE - Théories et représentations

  • Écrit par 
  • Gérard CHARREAUX
  •  • 6 342 mots

Au-delà de l'interrogation première sur la nature de la firme, une théorie de la firme doit répondre à deux grandes catégories de questions. Elles sont soit internes et portent sur l'architecture et le fonctionnement de l'entreprise, soit externes et concernent la place et le rôle de l'entreprise dans l'organisation économique et sociale. Selon une définition courante, l'entreprise – la firme – co […] Lire la suite

Pour citer l’article

René DAVAL, « ORGANISATIONS THÉORIE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-organisations/