ALLEMAND THÉÂTRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une nouvelle génération

Dans une communication au cinquième Forum du théâtre européen (2000), Günther Rühle, observateur et critique avisé a fait remarquer que le théâtre en Allemagne, même s'il semble fort de l'intérieur (avec Heiner Müller et l'héritage de Brecht, avec l'apport autrichien de Thomas Bernhard, avec la sensibilité d'un Botho Strauss) apparaît au contraire, vu de l'intérieur, affaibli et peu sûr de lui : « Chercher, essayer est aujourd'hui son gestus. » Après la chute du Mur de Berlin en 1989, et l'ébranlement du concept de politique par la mondialisation, « la découverte d'une identité s'est faite simultanément à sa remise en cause ». Et il ajoute : « Le théâtre en Allemagne de l'Est, l'ancienne R.D.A., a été confronté du jour au lendemain, par ces événements, à une liberté qu'il a tout d'abord dû comprendre comme un gain et investir d'un nouveau contenu, au moment où à l'Ouest, justement, la valeur de ce gain avait déjà sombré dans l'évidence de sa pratique quotidienne. Tout cela engendre dans le théâtre allemand une certaine confusion. »

Les Lumières – et leurs valeurs maîtresses : instruction, émancipation, transformation – avaient pu constituer l'idée régulatrice des metteurs en scène contestataires, engagés après 1968 dans la gestion de l'appareil théâtral en Allemagne : les Zadek, Stein, Neuenfels, Peymann, Flimm, Grüber, Bondy, d'autres encore. Les jeunes metteurs en scène d'aujourd'hui, petits-enfants des premiers, sont décrits, toujours par Günther Rühle, comme de bons artisans, souvent fort experts, et tentant de compenser le déficit de signification et de capacité à émouvoir, par l'artifice, l'ironie, une musicalité rock et rythmée. On se trouve alors « dans un paysage réduit à une dramaturgie de l'état d'âme ».

Fin du théâtre politique ?

Dans un registre voisin, la revue Theater Heute a organisé en 1995, pour son bilan annuel du théâtre de langue allemande, un entretien avec quelques-uns de ces nouveaux metteurs en scène : Stefan Bachmann, Ernst M. Binder, Thirza Brunckers, Jens-Daniel Herzog, Martin Kušej, Peter Wittenberg. En activité depuis deux à dix ans, ils se disent spécialement à l'écoute des auteurs contemporains, citent entre autres les Autrichiens Werner Schwab et Gert Jonke, ou l'Allemand Lothar Troller. Significative est l'intervention de Herzog, reconnaissant à une pièce de Simone Schneider le mérite de formuler, selon lui, « une expérience fondamentale de notre génération, à savoir qu'une réalité sociale apparaît tout à fait opaque, lisse, superficielle, inattaquable, sans résistances ou s'accrocher ».

Est-ce à dire que le théâtre politique – une spécialité allemande, s'il est permis de dire – est voué au dépérissement ? Günther Rühle, qui en avance l'hypothèse, met à part en tout cas, comme des contre-exemples, ce qu'il appelle les « règlements de compte théâtraux de Castorf (Trilogie allemande), les actes monumentaux de Schleef (Pièce sportive, peuple trahi) et les radiographies futées des processus grégaires d'adaptation chez Marthaler ». Dans les mises en scène de ces trois-là, précise-t-il, tout comme dans celles d'un Leander Hausmann, nous sommes moins touchés par les contenus ou les messages que par « des énergies, des atmosphères, la colère, la force, l'imagination, le plaisir du jeu, l'émotion, l'exubérance, la dimension corporelle et la dynamique, les accessoires du jeu et les effets d'espace ».

Frank Castorf a su faire de la Volksbühne, à Berlin, depuis qu'il en a pris la direction au début des années 1990, un lieu ouvert et inventif, fort recherché d'un public jeune. Né en 1951, fils de l'Est, un de ses premiers grands succès fut une adaptation des Brigands de Schiller (1990), en écho à celle qui avait été réalisée autrefois par Piscator, dans les années 1920, à la même Volksbühne. Provocateur s'il en est, il multiplie les distorsions et les mixages déroutants, entrecroise les textes, encourage les digressions d'acteur en les pimentant de trouvailles légères, acrobaties ou gags. Dans Trainspotting, toute une gymnastique vocale et corporelle – celle de personnages-clowns en délire – se développe sur une trame qui s'y prête. Mais des textes plus classiques comme Le Général du diable de Zuckmayer, Les Mains sales de Sartre ou plus récemment le Caligula de Camus entrent aussi dans sa machine à chaos. Son travail de décomposition n'en débouche pas moins sur des actualisations stimulantes, q [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Günter Grass

Günter Grass
Crédits : Gérard Aime/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Bertolt Brecht

Bertolt Brecht
Crédits : Fred Stein Archive/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALLEMAND THÉÂTRE  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le réalisme socialiste et sa contestation »  : […] Avec la première conférence littéraire de Bitterfeld commence une période où la littérature instrumentalisée est invitée à militer, aux côtés des autres structures de l'État et du parti, pour construire le « socialisme réellement existant ». Les années 1960 sont une période extrêmement complexe. La littérature « pour convaincre » que pratiquent les chantres du régime (Erik Neutsch, Spur der Stein […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le théâtre populaire jusqu'à Nestroy »  : […] Le théâtre populaire baroque continue à prospérer ; jusqu'au début du xix e  siècle, la technique de l'improvisation est toujours pratiquée. Le dernier Kasperle , Johann La Roche, ne meurt qu'en 1806. Une évolution est à noter cependant : Philipp Haffner (1731-1764) combine l'ancienne farce et la féerie avec la comédie littéraire, française ou italienne. Karl Friedrich Hensler (1759-1825) amalgam […] Lire la suite

BARLACH ERNST (1870-1938)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 795 mots

Sculpteur, graveur et dramaturge allemand, Ernst Barlach est un des plus célèbres représentants de ce que l'on a appelé l'expressionnisme allemand. Originaire du Holstein, il étudia à l'École des arts décoratifs de Hambourg et à l'Académie de Dresde. À Paris, où il séjourne à deux reprises entre 1895 et 1897 et où il fréquente l'académie Julian, il apprend à connaître l'art de Van Gogh. Jusqu'en 1 […] Lire la suite

BENJAMIN WALTER (1892-1940)

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 2 750 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Révélation et tragédie. La question de l'origine »  : […] Si Walter Benjamin, dans une Allemagne où la crise de la conscience européenne atteint son sommet en ce début de xx e  siècle, demeure en marge des courants établis, c'est pour mieux opérer entre leurs diverses positions. Parmi ses interlocuteurs privilégiés, il a compté, outre Theodor W. Adorno (représentant, avec Max Horkheimer, de la « théorie critique » propre à ce qu'il est convenu d'appeler […] Lire la suite

BERLIN (foyer culturel)

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 4 404 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Berlin, capitale des arts ? »  : […] Parmi les experts, l’idée en vogue, dans les années 1990, voulait que Berlin, située géographiquement à mi-chemin entre Stockholm et Rome, entre Paris et Moscou, soit vouée à s’imposer comme le point de rencontre des gens de culture de toute l’Europe et à se révéler comme un « tremplin vers l’Est ». Mieux encore, avec son millier d’hectares de réserves foncières pouvant être affectées à l’industri […] Lire la suite

BERLINER ENSEMBLE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 565 mots

Compagnie dramatique est-allemande révélée à Paris au Théâtre des Nations en juin 1954 par une représentation de Mère Courage et ses enfants ( Mutter Courage und ihre Kinder , 1938) de Brecht. Depuis lors, la leçon du Berliner Ensemble n'a cessé de nous être donnée dans la réalisation même de l'œuvre de Brecht : communion avec l'œuvre d'art et esprit critique. En 1948, Brecht et son épouse Hélène […] Lire la suite

BESSON BENNO (1922-2006)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 841 mots

Benno Besson grandit à Yverdon dans une famille d'instituteurs. Étudiant en philologie à l'université de Zurich en 1942, il fréquente assidûment les spectacles du Schauspielhaus, qui accueille les exilés antifascistes allemands et autrichiens (Therese Giehse, Wolfgang Langhoff, Teo Otto...) et découvre avec enthousiasme le théâtre de Brecht qu'il déchiffre en apprenant la langue allemande. Comédi […] Lire la suite

BONDY LUC (1948-2015)

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 044 mots
  •  • 2 médias

Né à Zurich le 17 juillet 1948, Luc Bondy a partagé son activité de metteur en scène de théâtre et d'opéra entre l'Allemagne, la France et la Belgique. Parfaitement bilingue, il aura incarné un certain cosmopolitisme européen, particulièrement sensible dans le répertoire, tant classique que contemporain. Fils du journaliste et écrivain François Bondy (1915-2003), élève de l'école de Jacques Lecoq […] Lire la suite

BORCHERT WOLFGANG (1921-1947)

  • Écrit par 
  • M. NUGUE
  •  • 453 mots

La brève destinée de Wolfgang Borchert est placée tout entière sous le double signe du théâtre et de la guerre. Après un stage d'apprentissage dans une librairie, Borchert devient acteur dramatique, lorsqu'à vingt ans il est incorporé et envoyé sur le front oriental où il est grièvement blessé. Soupçonné de s'être lui-même infligé cette blessure et d'avoir tenu des propos portant atteinte au moral […] Lire la suite

BRAUNSCHWEIG STÉPHANE (1964- )

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 940 mots

Stéphane Braunschweig est né en 1964 à Paris. Après l'École normale supérieure et des études de philosophie, Stéphane Braunschweig entreprend sa formation théâtrale auprès d'Antoine Vitez, à l'École de Chaillot. Avec sa jeune troupe du Théâtre-Machine, il met en scène Woyzeck de Büchner en 1988, spectacle remarqué au festival du Jeune Théâtre d'Alès. Il inclut la pièce trois ans plus tard aux cô […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Le 17 également, le Donbass est le théâtre de nouvelles tensions, caractérisées par une recrudescence des combats et des bombardements sur la ligne de front. Du 18 au 20, la Russie est absente du forum annuel de la Conférence sur la sécurité de Munich, pour la première fois depuis 1998. Les participants, parmi lesquels la vice-présidente américaine Kamala Harris et Volodymyr Zelensky, évoquent les sanctions « massives » promises à la Russie en cas d’invasion de l’Ukraine. […] Lire la suite

13-15 août 1995 Inde. Assassinat d'un otage occidental par un groupe séparatiste cachemiri

Le Cachemire est le théâtre d'affrontements meurtriers entre l'armée et les rebelles séparatistes musulmans que New Delhi accuse Islāmābād de soutenir. Le 15, le Premier ministre indien Narasimha Rao, qui refuse de céder au chantage, affirme que le Pakistan est responsable de l'assassinat de l'otage norvégien.  […] Lire la suite

4-29 octobre 1983 O.T.A.N. – Europe de l'Est. Enlisement des négociations Est-Ouest et manifestations pacifistes à propos des armements nucléaires

Les 27 et 28, les ministres de la Défense de l'organisation militaire intégrée de l'Alliance atlantique, réunis à Montebello (Québec), décident le retrait au cours des cinq prochaines années de 1 400 armes nucléaires tactiques du théâtre européen. L'O.T.A.N. renoncerait en particulier à ses missiles de défense antiaérienne nucléaire. Le 29, de nouvelles manifestations pacifistes ont lieu à travers l'Europe. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe IVERNEL, « ALLEMAND THÉÂTRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-allemand/