TERMINOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Concept, objet et représentation

Objet s'entend en terminologie pour la détermination de toute unité du réel (produit, constituant, flux de particules, etc.). Le terme objet est de ce fait entendu au sens large et peut désigner une chose, une entité, un phénomène. La définition de l'objet, admise au niveau international pour la terminologie, est la suivante : « Tout ce qui peut être perçu ou conçu » (I.S.O. 1087, 2001).

Concept et percept

« Conçu » renvoie à concevoir, conception, concept. On peut être au stade de la conception sans avoir encore entièrement fixé le concept sur lequel on travaille (par exemple dans la réalisation d'un nouveau produit). « Perçu » renvoie à percevoir, perception, percept. L'articulation du perçu au conçu est importante. Elle permet notamment d'expliquer pourquoi des langues ne nomment pas certains objets du réel, qui sont néanmoins perçus : le percept peut être là, mais non la désignation qui renvoie à l'objet perçu. Par exemple, il n'y a pas de mot usuel en français pour désigner la partie du bras qui succède à l'avant-bras, située entre le coude et l'épaule. Cette approche est utile à l'analyse de la manière dont les langues décrivent le réel. Elle permet aussi de décider du degré d'équivalence des termes d'une langue à l'autre. Elle est aussi riche de perspectives, plusieurs théories (G. Lakoff, A. Wierzbicka, notamment) se développant autour de la perception et de la conceptualisation du réel par les langues, d'un point de vue aussi bien épistémologique qu'anthropologique. Concept et percept vont de pair. C'est une des raisons pour lesquelles le terme notion a été abandonné au profit de concept dans les normes récentes de méthodologie de la terminologie (I.S.O., 2000, 2001). De plus, concept fait le lien avec la tradition de la logique et avec la pratique des scientifiques et techniciens, créateurs et manieurs de concepts.

Décrire l'objet

Le rapport à l'objet est primordial dans la description terminologique. Il est nécessaire de décrire l'objet, que ce soit pour le scientifique qui formule une découverte, pour l'expert qui fait breveter une invention, ou pour le normalisateur qui fixe les spécifications d'un produit ou d'un processus de construction industrielle. Ainsi, l'un des premiers actes de tout discours technique ou scientifique est de décrire, linguistiquement et techniquement, les objets traités – produits, composants, techniques, processus, etc.

Considérée de ce point de vue, la terminologie contribue à poser la question du rapport de la langue au réel. L'une des contraintes, et peut-être l'une des chances du terminologue, est en effet d'avoir la sanction du réel : pour exporter de par le monde des produits, il faut bien être sûr que l'on parle, ici et là, des mêmes objets. Il est certes possible d'user de numéros de code. Mais celui-ci permet le repérage d'un objet, sans expliquer comment s'en servir, le maintenir ou le réparer. À considérer combien les produits sont aujourd'hui accompagnés de leur description documentaire, pour des raisons, particulièrement, d'acculturation aux marchés (anglais localisation), on ne peut que constater que la langue (et dans la traduction, les langues) garde toute son utilité pour comprendre et faire comprendre.

Reste que, pour un concept, même bien circonscrit, le matériau terminologique est souvent proliférant. Ainsi, pour désigner le concept de « logiciel permettant de naviguer sur Internet », il est possible de relever dans différents usages des unités terminologiques comme logiciel de navigation, navigateur, exploreur, explorateur, fureteur, etc., en se posant constamment la question de savoir si ces unités terminologiques désignent bien un seul et même concept. Ce foisonnement synonymique doit s'analyser pour le français, mais aussi au regard d'autres langues, comme l'anglais, qui aligne en regard, browser, explorer, web explorer, navigator, etc.

Description du réel et représentation

Il ne doit donc pas y avoir d'ambiguïté dans la description, ce qui exige une attention particulière au sens des termes et des formulations employées. Les textes de normes de produits, de manuels de maintenance, de notices d'utilisation, etc., doivent également être traduisibles de façon fiable. L'une des idées centrales en rédaction technique étant que, de la première page d'une documentation jusqu'à la dernière, une même unité terminologique désigne systématiquement un même objet, sauf indication contraire. Cela entr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : agrégé de grammaire, docteur en linguistique, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne

Classification

Autres références

«  TERMINOLOGIE  » est également traité dans :

DICTIONNAIRE

  • Écrit par 
  • Bernard QUEMADA
  •  • 7 981 mots

Dans le chapitre « « Nouvelle lexicographie » et « Nouveaux dictionnaires » »  : […] Dans la seconde moitié du xx e  siècle, le dictionnaire connaît d'importants développements. Les nouveaux rôles qu'il est appelé à jouer dans la société de l'information et de la communication renforcent l'intérêt qu'on lui portait jusque-là. Reconsidéré, son usage dans l'enseignement amène à produire des dictionnaires d'apprentissage d'un type nouveau, conçus comme compléments des grammaires scol […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Loïc DEPECKER, « TERMINOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/terminologie/