TÉPÉ, TELL ou TERTRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cadre du paysage archéologique du Moyen-Orient est déterminé par le tell, colline artificielle de détritus, formée par la continuelle alternance de destructions et de reconstructions de villages, d'édifices publics ou privés. Le mot tell, qui vient de l'arabe tall, colline, est synonyme du mot persan tépé. Correspondant au français tertre (éminence de terre), ces deux termes entrent dans la composition de nombreux noms de sites de l'Asie antérieure, en Mésopotamie : Tell Halaf, Tell Obeid, Tell Muqayu (Our) ; en Iran : Tépé Sialk, Tépé Hissar ; en Égypte : Tell-el-Amarna ; en Syrie : Tell Ahmar ; en Palestine : Telle-es-Sutan (Jéricho) ; en Anatolie Tépé Kule (Izmir), Hissarlik Tépé (Troie). Dans la langue turque, c'est le terme ẖüyük qui correspond au mot tell.

—  Alain MAHUZIER

Écrit par :

  • : assistant des fouilles d'Eboli (Campanie), moniteur à la bibliothèque de l'Institut d'art et d'archéologie de Paris

Classification

Autres références

«  TÉPÉ, TELL ou TERTRE  » est également traité dans :

EUROPE, préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Gérard BAILLOUD, 
  • Jean GUILAINE, 
  • Michèle JULIEN, 
  • Bruno MAUREILLE, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Alain TURQ
  • , Universalis
  •  • 21 345 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'habitat balkanique »  : […] En ce domaine, le large emploi fait de l'argile dans la construction de la maison, le plan quadrangulaire de celle-ci ne renvoient à aucune tradition locale, mais bien au Néolithique de l'Anatolie et de l'Asie du Sud-Ouest. Les habitations du Néolithique balkanique ne seront pas cependant une copie servile de celles du Proche-Orient, telles qu'on les connaît par exemple par les sites de Hacilar e […] Lire la suite

OUGARIT ou UGARIT

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT, 
  • Marguerite YON
  •  • 5 937 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Histoire des fouilles »  : […] La découverte fortuite d'une tombe dans la baie de Minet el-Beida a marqué le début des travaux de la mission archéologique française : en 1929, des fouilles ont été entreprises par C. F. A. Schaeffer et G. Chenet à la fois sur le site portuaire de Minet el-Beida et sur le tell de Ras Shamra, distant de moins de 1 kilomètre, qui s'est révélé un important site urbain. Dès la première campagne, on […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain MAHUZIER, « TÉPÉ, TELL ou TERTRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tepe-tell-tertre/