TEMPÉRAMENTS INDIVIDUELS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le tempérament est pour chacun la marque de l'influence de l'organisme sur l'individu tout entier. Il se situe entre la constitution (ou morphotype), qui exprime le type anatomique (bréviligne, longiligne ; rétracté, contracté ; digestif, musculaire ; etc.), et le caractère, structuration des traits psychologiques (sentimental, passionné, etc.). Il y aurait donc une étroite parenté entre le tempérament et un certain terrain physiologique inscrit dans le phénotype de chacun. Ce lien a été pressenti dès l'Antiquité puisque le mot « tempérament » (du latin temperamentum), à l'origine synonyme et doublet de « température », et introduit en français par un chirurgien qui enseignait au xvie siècle (Jean Canappe, 1537), signifia d'abord « mélange équilibré » ; il servit à traduire le grec chrasis (crase), au sens hippocratique et surtout galénique d'une santé résultant de l'équilibre des quatre humeurs fondamentales : le sang, la bile, l'atrabile et la pituite.

Cet équilibre résultant de combinaisons diverses selon la prédominance de l'un ou de l'autre de ces éléments, il se dessine donc une typologie quadripartite, constituée de sanguins, de bilieux, de mélancoliques et de flegmatiques. Cette typologie persista avec de minimes modifications dans les vocables (sanguin, colérique, nerveux, lymphatique) et eut presque jusqu'à nos jours de fervents partisans (en dernier lieu R. Allendy et P. Carton).

Dans ce système, le sanguin est pléthorique, sensuel, actif, aimable, prédisposé à l'arthritisme ; le bilieux, guetté par les maladies du foie, a un caractère opiniâtre et difficile, une bonne musculature et un teint bistre ; le nerveux, à la limite de la pathologie mentale, est émotif, déprimé et d'un physique débile, avec une grosse tête ; enfin, le lymphatique est pâle, flasque, obèse, apathique, prédisposé à la tuberculose et au rachitisme.

Bien qu'il ne reste rien de la théorie des humeurs, et que cette catégorisation ne s'accorde que très irrégulièrement avec la réalité empirique, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  TEMPÉRAMENTS INDIVIDUELS  » est également traité dans :

CYCLOTHYMIE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 278 mots

Alternance de dépression et d'euphorie. Le terme de cyclothymie a été créé, en 1882, par Karl Ludwig Kahlbaum (1828-1899), à une époque où la psychose maniaco-dépressive s'appelait encore folie « circulaire » (en grec, kuklios ). Emil Kraepelin (1856-1926) l'utilisa un moment pour nommer cette maladie, mais il vaut mieux le réserver à la désignation soit des formes frustes et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclothymie/#i_31832

DIATHÈSE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 144 mots

Prédisposition morbide innée. Ambroise Paré a introduit dans la langue médicale française ce terme venu du grec et signifiant « disposition » (1560). Plus précis que tempérament et que terrain, le mot diathèse, très proche d'« idiosyncrasie », aurait pu être conservé puisque la médecine contemporaine, revenue de l'ère pastorienne où l'on avait valorisé les causes externes des maladies, met de plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diathese/#i_31832

HUMEURS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Sophie SPITZ
  •  • 928 mots
  •  • 1 média

Élaborée peu à peu par Hippocrate (460 env.-env. 370 av. J.-C.) et les auteurs du Corpus Hippocraticum , puis par Galien (129-env. 201), la doctrine médicale de la théorie des humeurs a joué un rôle prépondérant dans l'histoire de la médecine jusqu'à la fin du xviii e siècle environ. La théorie humorale considère que la sant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-humeurs/#i_31832

PERSONNALITÉ

  • Écrit par 
  • Jérôme ROSSIER
  •  • 5 262 mots

La personnalité rend compte de ce qui caractérise les comportements usuels d’une personne, ce qui la distingue des autres et lui confère sa singularité. Le terme « personne » vient du latin persona , qui désigne le masque de l’acteur du théâtre antique au travers duquel ( per ) passe le son ( sona ) et correspond au terme grec du mê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personnalite/#i_31832

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « D'Aristote à Lavater »  : […] Le texte fondateur de la physiognomonie, les Physiognomonica , fut longtemps attribué à Aristote lui-même et appartient sans doute à son école. Plus tard, trois autres auteurs y puisèrent tout en le complétant : le sophiste grec Polémon ( ii e  s. apr. J.-C.), un anonyme latin parfois identifié à Apulée ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_31832

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « TEMPÉRAMENTS INDIVIDUELS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/temperaments-individuels/