DIATHÈSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prédisposition morbide innée. Ambroise Paré a introduit dans la langue médicale française ce terme venu du grec et signifiant « disposition » (1560). Plus précis que tempérament et que terrain, le mot diathèse, très proche d'« idiosyncrasie », aurait pu être conservé puisque la médecine contemporaine, revenue de l'ère pastorienne où l'on avait valorisé les causes externes des maladies, met de plus en plus l'accent sur les étiologies génétiques ; il a pratiquement disparu, en dehors de l'expression archaïsante de diathèse arthritique (rhumatisme et goutte). Au xixe siècle, on considérait comme diathèses : la scrofule (tuberculose), le cancer, la goutte, le rachitisme, la gravelle (lithiase) et le rhumatisme, qui avaient en commun l'hérédité, la chronicité et l'incurabilité.

—  Georges TORRIS

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Georges TORRIS, « DIATHÈSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/diathese/