TELUGU ou TELOUGOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La diaspora méridionale

Après la chute de Vijayanagar, la vie littéraire se replie sur les principautés locales, émigre auprès des cours méridionales de Tanjore et de Madurai, s'accroche au petit royaume de Pudukkottai, se réfugie chez les princes de Mysore. La littérature traditionnelle que Timmakavi illustre encore au xviiie siècle se stérilise par le raffinement verbal, avec cependant de rares oasis de poésie comme Paparāju. En revanche, les mètres indigènes populaires prennent un nouvel essor, ainsi qu'une sorte de mélodrame musical ou d'opéra, le fameux yakṣagana à la cour de Tanjore. Les premières œuvres en prose apparaissent dans une langue plus simple ; surtout, la musique et le chant engendrent leurs classiques : bilan important, pour une période où les puristes ne voient que décadence. À Tanjore, la brillante cour de Raghunatha, poète lui-même, abrite Cēmakūra Vēṅkata Kavi, le meilleur poète de l'époque, auteur du Vijaya vilāsam (env. 1630). La cour de Madurai est témoin du développement littéraire de la prose, œuvres quasi historiques, ou adaptations populaires de sujets jusque-là réservés à la poésie. Les deux plus grands musiciens de tout le sud de l'Inde, Kṣētrayya, plus littéraire, au xviie siècle, et surtout Tyagarāja, plus mélodieux, au milieu du xviiie siècle, dominent encore la musique dite « carnatique ». Malgré quelques auteurs de śataka aux accents de désespoir, on ne saurait trouver moribonde une littérature parce qu'elle lie son sort au chant, à la musique et à la danse (cf. traditions musicales - Inde).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, directeur de l'École française d'Extrême-Orient

Classification


Autres références

«  TELUGU ou TELOUGOU  » est également traité dans :

ĀNDHRA PRADESH

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 1 075 mots
  •  • 1 média

C'est au cœur de l'actuel Mahārāshtra, qui n'était certainement pas alors aussi aryanisé que maintenant, qu'apparaît, au ~ i er siècle, la dynastie des Sātakani, ou Shātavāhana (« fils du cheval » en mounda ?), ou Āndhrabhritya (« serviteurs des Āndhra »), ou simplement Āndhra, nom du peuple dravidien parlant telugu. Aussi bien, de leur capitale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andhra-pradesh/#i_24276

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « Grammaires dravidiennes »  : […] Le tamoul a la littérature la plus ancienne, qui remonte aux environs du début de l'ère chrétienne. Le texte le plus ancien qui nous en soit parvenu est peut-être le Tolkāpiyam , traité de grammaire et de poétique. Cette œuvre très originale, où l'on ne voit que sous forme de traces l'influence de la grammaire sanskrite, a le mérite de dégager des traits propres au tamoul. De […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-grammaire-et-langage-dans-l-inde-ancienne/#i_24276

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 498 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Vijayanagar »  : […] L'Inde du xv e  siècle est fractionnée en États régionaux, qui sont soit des sultanats musulmans issus des provinces du défunt empire, soit des royaumes hindous restaurés par l'aristocratie indigène. Il s'agit principalement, dans ce derniers cas, du Rājasthān, où les Rājpūt reconstituent peu à peu leurs anciennes principautés, et surtout de l'em […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_24276

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Groupes et sous-groupes linguistiques »  : […] Le recensement actuel des langues dravidiennes est le suivant, avec quelques incertitudes dans les chiffres, qui fixent au moins un ordre de grandeur. Quatre langues écrites, langues officielles de quatre États de l'Union indienne, ont une longue tradition littéraire : le tamoul (48 millions de locuteurs, État du Tamilnād, ex-Madras ; seconde langue de Sri Lanka, troisième langue de la Malaisie, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-langues-et-litteratures/#i_24276

Pour citer l’article

François GROS, « TELUGU ou TELOUGOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/telugu-telougou/