ĀNDHRA PRADESH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est au cœur de l'actuel Mahārāshtra, qui n'était certainement pas alors aussi aryanisé que maintenant, qu'apparaît, au ~ ier siècle, la dynastie des Sātakani, ou Shātavāhana (« fils du cheval » en mounda ?), ou Āndhrabhritya (« serviteurs des Āndhra »), ou simplement Āndhra, nom du peuple dravidien parlant telugu. Aussi bien, de leur capitale Pratisthana (moderne Paithan), sur la haute Godāvāri, ils semblent avoir régné sur le pays āndhra actuel, où apparaît alors l'art bouddhique d'Amaravati. Mais leur pouvoir s'étendait également sur le Karnataka, avec la ville de Vijavanti (moderne Vanavasi), le Konkan et le Gujerāt.

Inde : carte administrative

Carte : Inde : carte administrative

Carte administrative de l'Inde. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

L'activité militaire des Āndhra est tournée essentiellement vers le Nord, où ils prennent la relève des Shunga dans la lutte contre les envahisseurs saka (Scythes), qui accentuent leur pression sur l'Inde centrale, notamment à partir de 78, date qui marque le départ de l'ère dite des Saka, officielle de nos jours en Inde.

L'empire des Āndhra résiste au ier siècle, décline au iie et disparaît au iiie (225 env.). Une nouvelle dynastie leur succède dans le Deccan central (Vidarbha), celle des Vakataka, qui aux ive et ve siècles étend son influence tantôt au nord vers le Malwa, tantôt au sud vers le Karnataka. Deux dynasties locales se réclameront de l'ascendance des Āndhra : dans le nord du Karnataka, à Vanavasi (ex-Vijayanti), les Chutu ou Chutukula, détrônés dès la fin du iie siècle par les Kadamba, qui y règnent jusqu'à la conquête chalukya (vie s.) ; et à Vijayapuri (moderne Nagarjunikonda), sur les deltas de la Krishna et de la Godāvāri, ou royaume de Vengi, les Ikshavaku et les Shalankayana, qui maintiennent la tradition des Shriparvatiya Āndhra jusqu'au vie siècle, date où ils seront remplacés par les Chalukya « orientaux » (viie-xiiie s.).

Dans l'arrière-pays āndhra, ou Telingana, apparaissent au xie siècle les Kakatiya de Manamkonda (près de Warangal) et, plus tard, le royaume reddi des Kapaya Nayaka de Kondavidu, sur le littoral. Les seconds supplantent les premiers qui sont finalement écrasés par les musulmans, tandis que les rescapés fondent Vijayanagar (xive s.). Cet empire dispute le littoral (xve s.) aux musulmans comme à l'Orissa, et finit par recueillir l'héritage du Telingana et des Telinga. Il fut divisé pendant l'occupation britannique entre la présidence de Madras, sous-administration directe, et l'État protégé de Hayderābād, dont les souverains musulmans, les Nizam, régnaient sur une population en majorité hindouiste. Sous sa forme actuelle, l'Āndhra est donc né de la réorganisation des États sur une base linguistique, en 1956. C'est à la langue telugu qu'il doit son unité d'ailleurs assez précaire. Avec une population de 76,2 millions d'habitants (recensement de 2001), il s'étend sur 275 000 kilomètres carrés.

Géographiquement, l'État d'Āndhra Pradesh comprend, à l'est, des plaines côtières, le long du golfe du Bengale, et, à l'ouest, une partie des plateaux péninsulaires. Ces deux milieux s'opposent du point de vue physique, mais aussi économiquement, et même politiquement. Les plaines côtières sont assez étroites au nord et au sud. Mais au centre se trouvent les très grands deltas de la Godāvāri et de la Krishna, les deux fleuves les plus puissants de l'Inde péninsulaire. Le climat est humide, avec une saison des pluies qui commence en juillet-août et se termine relativement tard, en septembre-octobre. De plus, les deux grands fleuves fournissent d'abondantes ressources en eau pour l'irrigation, déjà très ancienne dans la région et qui a été renforcée par la construction du grand barrage de Nagarjusanagar, sur la Krishna. Il n'est pas étonnant dans ces conditions que la culture du riz vienne au premier rang des activités agricoles. Les rizières entourées de digues plantées de palmiers rythment le paysage. L'Āndhra Pradesh produit également du tabac, du coton, du sucre de canne, du sorgho. La structure sociale est caractérisée par la prédominance des microfundia (dans les deltas, plus de 50 p. 100 des familles vivent sur des exploitations de moins d'un hectare).

Les villes les plus anciennes sont de vieilles capitales politiques situées dans les deltas (Vijayawada — 845 000 hab. en 1991 —, Guntur — 368 000 hab.). Mais la ville la plus active se trouve au nord de la Godāvāri : Vizagapatam (ville de plus d'1 million d'habitants en 2001) est, en effet, le port le plus important de la côte est après Madras. Il a une fonction régionale mais doit à l'initiative du gouvernement fédéral d'avoir les plus grands chantiers de constructions navales de l'Inde.

Les régions intérieures se divisent très nettement, du point de vue culturel, en deux domaines. Au nord, le Telingana correspond à la partie de l'Āndhra qui était incorporée à l'État de Hyderābād. Celui-ci avait maintenu une structure sociale semi-féodale, ce qui explique sans doute que la région ait été une des citadelles du communisme agraire en Inde. Le milieu physique est assez difficile, le climat sec et les sols médiocres ne permettant qu'un système de culture fondé sur l'alternance millet-arachide, essentiellement en culture sous pluie. Le Telingana détient la capitale de l'État, Hyderābād (agglomération de 5 533 600 hab. en 2001), où les souverains musulmans ont laissé des monuments prestigieux. La ville a bénéficié de l'attention du gouvernement fédéral, qui y a implanté des usines importantes appartenant au secteur nationalisé : constructions aéronautiques, électriques, mécaniques, cimenteries. Au sud, le Rayalseema est d'un milieu encore plus difficile, notamment à cause d'une pluviosité médiocre (500 à 600 mm de pluie seulement). L'association millet-arachide domine, celle-ci faisant figure de spécialité régionale. La vie urbaine est très peu développée. Entre le Rayalseema et le golfe du Bengale, les monts de Cuddapah, recouverts d'une brousse médiocre, sont largement abandonnés aux éleveurs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ANDHRA PRADESH  » est également traité dans :

HYDERĀBĀD, Union indienne

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 322 mots
  •  • 1 média

Ville de l'Inde, la sixième par sa population (3 637 400 hab. au recensement de 2001). Située dans le centre-est de la péninsule, sur les grands plateaux gneissiques du Deccan, elle est la capitale de l'État d'Āndhra Pradesh. Fondée en 1589 par l'un des souverains de Golconde, puissant royaume musulman de l'Inde du Sud, Hyderābād doit sa fortune à son rôle de capitale de cet État. Le nizẓām de Hyd […] Lire la suite

TELUGU ou TELOUGOU

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 2 475 mots

Le telugu (ou télougou), la plus importante des langues dravidiennes par le nombre de ses locuteurs, occupe dans l' Union indienne la deuxième place après le hindi. Langue officielle de l'État d' Āndhra Pradesh depuis 1965, la norme parlée moderne est celle des districts côtiers, plus prestigieux. Une production littéraire continue depuis le xi e siècle illustre l'aphorisme local : le telugu est […] Lire la suite

Les derniers événements

24-31 décembre 1984 Inde. Triomphe de Rajiv Gandhi aux élections législatives

d'Andhra Pradesh dirigé par l'ancien acteur Rama Rao, fait son entrée au Parlement national avec 28 sièges. Le 31, Rajiv Gandhi forme le nouveau gouvernement. Sur quinze ministres et vingt-quatre secrétaires d'État, il y a onze personnalités nouvelles. D'autre part, tous les ministres qui appartenaient aux deux précédents cabinets changent d'attribution […] Lire la suite

16-20 septembre 1984 Inde. Réinstallation du gouvernement régional d'opposition en Andhra Pradesh

d'Andhra Pradesh à la suite d'une dissidence de membres du parti majoritaire et grâce à l'aide du parti d'Indira Gandhi, est « démissionné » par le gouverneur de l'État. Il n'avait pas pu obtenir la majorité requise à l'assemblée locale pour légitimer son nouveau pouvoir. Nandamuri Taraka Rama Rao, qui a réussi à obtenir le soutien de toute l'opposition […] Lire la suite

16 septembre 1984 Inde. Agitation en Andhra Pradesh après la destitution du gouvernement régional

l'Andhra Pradesh, est destitué par le gouverneur de l'État, une partie des députés de son parti, le Telegu Desam Party, ayant fait sécession pour se rallier au ministre des Finances démissionnaire, Bhashara Rao, qui forme un gouvernement soutenu par le parti du Congrès (I) selon un scénario politique qui rappelle celui utilisé le mois précédent au  […] Lire la suite

5-29 janvier 1983 Inde. Grave défaite électorale pour le parti d'Indira Gandhi

l'Andhra-Pradesh et le Karnataka, constituent un sévère avertissement pour le parti au pouvoir. Le 27, les ministres présentent leur démission à la demande du Premier ministre. Le 29, Indira Gandhi procède à un remaniement limité du gouvernement et remplace quelques hauts dirigeants du parti du Congrès. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François DURAND-DASTÈS, « ĀNDHRA PRADESH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andhra-pradesh/