TELUGU ou TELOUGOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un siècle d'or

La maturité de la littérature telugu se manifeste au xvie siècle dans les prabandha, longs récits en vers et prose, souvent à la manière d'un drame et centrés sur un héros royal ou divin, riches en descriptions et épisodes narratifs, accordant le mètre et le style à tous les modes du sentiment et à toutes les formes de la verve. De cet âge d'or, l'Auguste est Kṛṣṇadēvarāya, empereur de Vijayanagar, protecteur fastueux des artistes, composant lui-même en sanskrit, en kannara et en telugu. Parmi les poètes de sa cour, Peddana a été soupçonné d'avoir écrit sous le nom de son roi. En fait, celui-ci est bien l'auteur de l'Āmuktamālyada, poème difficile à cause de ses ornements archaïsants, mais de grand mérite, sur les poètes viṣṇuites tamouls Viṣṇucitta et Āṇḍāḷ. Auparavant Peddana avait achevé son Manucaritram, le plus important des cinq principaux poèmes telugu ! On en retient l'histoire du jeune brahmane Pravara, transporté miraculeusement dans l'Himalaya où la « nymphe » Varudhini tente en vain de le séduire avant de succomber à un jeune gandharva qui a pris les traits de Pravara. Chaque vers est une figure de style et, comme toujours dans les littératures de l'Inde, le miracle d'équilibre réside dans le naturel conservé sous tant d'effets. Citons pour la douceur de sa poésie le Parijātāpaharaṇam Māhātmyam de Tenāli Rāmakṛṣṇa, et retenons la variété des thèmes du Rājuśekhara caritram de Mallana, histoire d'exploits princiers où les débuts chevaleresques tournent en romance, au Kāḷahasti Māhātmyam de Dhūrjaṭi, somme de mythologie śivaïte. Piṇgaḷi Sūraṇa est le plus éblouissant, avec un roman merveilleux aux multiples épisodes et allégories le Kaḷāpūrṇōḍayam (1550), et le Rāghava Pānḍaviyam (1545), véritable tour de force qui se lit à la fois comme un Rāmāyaṇa ou un Mahābhārata, selon que l'on coupe le texte. S'étonnera-t-on, par contraste, de la popularité des quatrains de Vemana ? Moral, satirique, philosophe religieux mais sans dogmes ni rites, il a le sens de la formule intelligible à tous, et, personnalité mystérieuse (xvie siècle ?), il constitue [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, directeur de l'École française d'Extrême-Orient

Classification

Autres références

«  TELUGU ou TELOUGOU  » est également traité dans :

ĀNDHRA PRADESH

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 1 075 mots
  •  • 1 média

C'est au cœur de l'actuel Mahārāshtra, qui n'était certainement pas alors aussi aryanisé que maintenant, qu'apparaît, au ~ i er siècle, la dynastie des Sātakani, ou Shātavāhana (« fils du cheval » en mounda ?), ou Āndhrabhritya (« serviteurs des Āndhra »), ou simplement Āndhra, nom du peuple dravidien parlant telugu. Aussi bien, de leur capitale Pratisthana (moderne Paithan), sur la haute Godāvār […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « Grammaires dravidiennes »  : […] Le tamoul a la littérature la plus ancienne, qui remonte aux environs du début de l'ère chrétienne. Le texte le plus ancien qui nous en soit parvenu est peut-être le Tolkāpiyam , traité de grammaire et de poétique. Cette œuvre très originale, où l'on ne voit que sous forme de traces l'influence de la grammaire sanskrite, a le mérite de dégager des traits propres au tamoul. Des auteurs plus tardifs […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 890 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Vijayanagar »  : […] L'Inde du xv e  siècle est fractionnée en États régionaux, qui sont soit des sultanats musulmans issus des provinces du défunt empire, soit des royaumes hindous restaurés par l'aristocratie indigène. Il s'agit principalement, dans ce dernier cas, du Rājasthān, où les Rājpūt reconstituent peu à peu leurs anciennes principautés, et surtout de l'empire de Vijayanagar, qui a grandi à l'extrême sud da […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Groupes et sous-groupes linguistiques »  : […] Le recensement actuel des langues dravidiennes est le suivant, avec quelques incertitudes dans les chiffres, qui fixent au moins un ordre de grandeur. Quatre langues écrites, langues officielles de quatre États de l'Union indienne, ont une longue tradition littéraire : le tamoul (48 millions de locuteurs, État du Tamilnād, ex-Madras ; seconde langue de Sri Lanka, troisième langue de la Malaisie, p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François GROS, « TELUGU ou TELOUGOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/telugu-telougou/