TELUGU ou TELOUGOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Temps modernes et renouveau

L'impact occidental a, en Āndhra Pradesh, des résonances qui prouvent la vitalité des milieux littéraires au xixe siècle. Il joue son rôle de diffusion et de catalyse et suscite un intérêt nouveau pour l'héritage culturel indigène dont il entreprend l'étude (C. Brown). L'originalité de la réponse telugu, orchestrée par de nombreux cercles littéraires et répandue par des journaux souvent originaires de Madras, est frappante. Le secret en est peut-être l'affrontement dialectique particulièrement stimulant entre un renouveau classique d'une surprenante vitalité et l'agressivité révolutionnaire des novateurs, pour qui non seulement les esthétiques étrangères mais les idéologies sociales ou politiques sont de puissants ferments. Ainsi en poésie, la perfection formelle et la virtuosité (éprouvées dans les avadhana, extraordinaire performance publique d'improvisation) ont imposé les poètes jumeaux Tirupati Vēṅkaṭēśvarulu au public lettré jusque vers 1950, alors que, depuis le début du xxe siècle, un mouvement de lyrisme subjectif se développait en poèmes assez courts exprimant un sens nouveau de la nature et un mode de sensibilité inconnu des classiques (par exemple Rayaprolu Subha Rao, Kṛṣṇa Śastri) ; aux chants d'un artiste délicat comme Adavi Bapiraju répondent ceux de Nanduri Subba Rao en langage vulgaire ou paysan (Yeṅki Pāṭalu), qui ont fait scandale avant d'être sur toutes les lèvres ; en face d'un mouvement progressiste et surréaliste, illustré par « Sri Sri », Arudra et Kalaji, se dresse une réaction néoclassique.

En prose, la férule de Cinnaya Sūri (1809-1862), qui prêche d'exemple pour le style noble, impressionne encore le mouvement « telugu moderne » (1909-1920) de G. V. Ramamurti qui, pourtant, avec Gurazada Appa Roa, libère la langue littéraire. Chez un géant comme K. Vīrēśaliṅgam Pantulu (1847-1919) lui-même, qui innove dans tous les genres, c'est seulement peu à peu qu'à un respect inné pour la tradition des poètes classiques dont il rédige les Vies se surimpose enfin la nécessité d'une langue rénovée pour des sujets nouveaux, e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, directeur de l'École française d'Extrême-Orient

Classification

Autres références

«  TELUGU ou TELOUGOU  » est également traité dans :

ĀNDHRA PRADESH

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 1 075 mots
  •  • 1 média

C'est au cœur de l'actuel Mahārāshtra, qui n'était certainement pas alors aussi aryanisé que maintenant, qu'apparaît, au ~ i er siècle, la dynastie des Sātakani, ou Shātavāhana (« fils du cheval » en mounda ?), ou Āndhrabhritya (« serviteurs des Āndhra »), ou simplement Āndhra, nom du peuple dravidien parlant telugu. Aussi bien, de leur capitale Pratisthana (moderne Paithan), sur la haute Godāvār […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

Dans le chapitre « Grammaires dravidiennes »  : […] Le tamoul a la littérature la plus ancienne, qui remonte aux environs du début de l'ère chrétienne. Le texte le plus ancien qui nous en soit parvenu est peut-être le Tolkāpiyam , traité de grammaire et de poétique. Cette œuvre très originale, où l'on ne voit que sous forme de traces l'influence de la grammaire sanskrite, a le mérite de dégager des traits propres au tamoul. Des auteurs plus tardifs […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 890 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Vijayanagar »  : […] L'Inde du xv e  siècle est fractionnée en États régionaux, qui sont soit des sultanats musulmans issus des provinces du défunt empire, soit des royaumes hindous restaurés par l'aristocratie indigène. Il s'agit principalement, dans ce dernier cas, du Rājasthān, où les Rājpūt reconstituent peu à peu leurs anciennes principautés, et surtout de l'empire de Vijayanagar, qui a grandi à l'extrême sud da […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jacqueline FILLIOZAT, 
  • François GROS
  •  • 10 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Groupes et sous-groupes linguistiques »  : […] Le recensement actuel des langues dravidiennes est le suivant, avec quelques incertitudes dans les chiffres, qui fixent au moins un ordre de grandeur. Quatre langues écrites, langues officielles de quatre États de l'Union indienne, ont une longue tradition littéraire : le tamoul (48 millions de locuteurs, État du Tamilnād, ex-Madras ; seconde langue de Sri Lanka, troisième langue de la Malaisie, p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François GROS, « TELUGU ou TELOUGOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/telugu-telougou/