TÉLÉVISIONNouvelles télévisions

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le très large développement de la télévision et sa mise en œuvre dans la quasi-totalité des pays au cours de la seconde moitié du xxe siècle se sont effectués presque entièrement sur la base de la radiodiffusion par émetteurs terrestres. Un tel type de service, même lorsque les conditions locales permettent la réception d'un nombre élevé de programmes différents, reste cependant relativement rigide et uniforme et, en particulier, ne permet qu'un nombre limité de programmes nationaux. L'évolution de la technique a introduit de nouveaux supports de distribution des programmes, ainsi que de nouvelles possibilités tant pour leur production que pour leur utilisation, et de nouvelles formes de services complètement différentes. Ces évolutions ont été rendues possibles par des progrès technologiques considérables intervenus à tous les niveaux et notamment sur les matériels qui concernent le grand public, introduisant des ruptures qualitatives à partir la fin du xxe siècle. « La télévision » n'est plus, même techniquement, un système unitaire, mais se décline sur une grande variété de modes pouvant aller d'un objet nomade (téléphone mobile) à une installation fixe lourde (home cinema haute définition), en offrant toujours plus de diversité et de choix à l'utilisateur. Comme toujours, les aspects économiques, voire sociopolitiques, sont déterminants sur l'évolution et sur les choix. On se bornera ici à un tour d'horizon des aspects techniques les plus importants.

Les nouveaux supports

Les satellites

Un satellite géostationnaire constitue un « point haut » particulièrement bien placé (encore qu'éventuellement un peu lointain) pour un émetteur de télévision. Historiquement, l'utilisation du satellite comme relais de télécommunications a suivi de quelques années (1962) le lancement des premiers satellites artificiels. Il s'agissait, cependant, de satellites en orbite basse, donc à défilement, dont l'utilisation demandait des antennes paraboliques de très grandes dimensions, à pointage asservi. C'est avec de telles installations que se sont effectuées les premières liaisons intercontinentales (Europe-Amérique) de télévision.

Les progrès de la technique spatiale ont ensuite permis la mise en œuvre des satellites géostationnaires, dont l'orbite, unique, est circulaire, équatoriale et de même période que la rotation de la Terre, de sorte que ces satellites paraissent immobiles pour les observateurs au sol, à une altitude d'environ 36 000 kilomètres. L'intérêt de tels satellites, tant en télécommunications qu'en radiodiffusion, est évident, car il n'exigent pas de pointage dynamique de l'antenne.

Le fait qu'il n'existe qu'une seule orbite géostationnaire en fait une ressource naturelle limitée, imposant une planification comme pour les fréquences radioélectriques. Les premiers satellites géostationnaires étaient conçus comme un relais de transmission destiné à des professionnels et nécessitaient, du fait de leur faible puissance par répéteur, une complexité d'installation et un diamètre d'antenne (supérieur à 2 m) inaccessibles aux particuliers. Un service de radiodiffusion directe vers le public n'était concevable qu'avec des antennes de petit diamètre.

Les premières décisions d'attribution des fréquences à des services de radiodiffusion par satellite avaient été prises sur des bases relativement conservatrices et prévoyaient, pour permettre des antennes de petit diamètre, des satellites de forte puissance (200 W) dépassant les possibilités de la technologie spatiale de l'époque (1980). Ces bases se sont révélées pessimistes, les performances des récepteurs étant bien meilleures que ce qui était prévu, et les premiers services se sont en fait développés avec des satellites de puissance moindre (de 10 à 20 W), initialement conçus pour des télécommunications. Des antennes d'un diamètre de l'ordre du mètre permettent une réception utilisable. Le confort de réception a bénéficié des progrès de la technologie spatiale (augmentation de la puissance des répéteurs) et, dans les zones principales de couverture, les antennes sont généralement d'un diamètre inférieur au mètre et donc d'un pointage aisé. Bien que les signaux soient codés en P.A.L. (en Europe), les bandes de fréquences sont très différentes de celles de la diffusion hertzienne terrestre (de 10 à 12 GHz) et un récepteur spécifique est nécessaire en amont du téléviseur en plus de l'antenne parabolique et du premier étage de réception. Le signal [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TÉLÉVISION  » est également traité dans :

TÉLÉVISION - Télévision analogique terrestre

  • Écrit par 
  • Louis GOUSSOT, 
  • Stéphane LACHARNAY, 
  • Dominique NASSE
  •  • 7 952 mots
  •  • 10 médias

La télévision radiodiffusée a débuté, pour le grand public, vers 1936, grâce au perfectionnement des techniques, en particulier des analyseurs d'image (iconoscope de Zworykin). Mais les systèmes se sont développés à partir de 1941 aux États-Unis et de 1951 en Europe, alors que la télévision en couleurs, née aux États-Unis vers 1953 avec le système N.T.S.C., a […] Lire la suite

TÉLÉVISION - Économie et usages

  • Écrit par 
  • Vincent MICHON
  •  • 3 610 mots

Bien de consommation devenu très habituel et utilisé par tous, la télévision a connu, depuis plus d'un demi-siècle, un développement qui s'est accéléré. En France, dont le cas fait l'objet de cet article, la première chaîne naît en 1949, la deuxième en 1964, la troisième en 1973, Canal Plus en 1984, les cinquième et sixième chaînes en 1986. Le passage à vingt chaînes s'est fait en analogique entre […] Lire la suite

NAISSANCE DE LA TÉLÉVISION

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 314 mots
  •  • 1 média

En mars 1925, à la Royal Institution de Londres, l'Écossais John Logie Baird (1888-1946) fait la première démonstration publique d'un système de télévision permettant la transmission à distance d'images animées d'une définition de 30 lignes. L'exploration de l'image à émettre ainsi que sa restitution à l'arrivée sont effectuées par un système mécanique (breveté par l'Allemand Paul Nipkow en 1883) […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Des Algériens à l’écoute du monde par les réseaux sociaux »  : […] Lors des émeutes de 2011, les Algériens étaient encore peu équipés en moyens de téléphonie et de communication personnels par rapport aux Tunisiens ou aux Égyptiens. Mais, au cours des années 2010, le nombre de téléphones portables s’envole : 20 millions d’Algériens, soit la moitié de la population, sont sur les réseaux sociaux en 2019. Les Algériens sont désormais surinformés, entre téléphonie mo […] Lire la suite

ANTENNES, technologie

  • Écrit par 
  • Jean-Charles BOLOMEY
  •  • 5 193 mots
  •  • 6 médias

Les possibilités offertes par la propagation des ondes électromagnétiques dans les milieux naturels sont exploitées à des fins multiples : radiodiffusion, télévision, radar, télécommunications, radionavigation... Dans toutes ces applications, l'antenne désigne ce composant indispensable au rayonnement et à la captation des ondes. Le mot est d'origine latine ( antenna ) et servait à désigner la ver […] Lire la suite

AVERTY JEAN-CHRISTOPHE (1928-2017)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 689 mots

Homme de radio et réalisateur de télévision, Jean-Christophe Averty est né à Paris le 6 août1928. Son inventivité lui a permis de rejoindre, grâce à la diffusion télévisuelle, une préoccupation majeure des vidéastes : la dimension publique. Il ne s'agit pas seulement de l'impact quantitatif sur les spectateurs, mais aussi de la transformation esthétique et plastique des œuvres que celles-ci requiè […] Lire la suite

BARRÈRE IGOR (1931-2001)

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  •  • 774 mots

Né le 17 décembre 1931, docteur en médecine et licencié ès lettres, Igor Barrère est une des figures emblématiques de la télévision française des années 1955-1985. Il a contribué à exploiter et à développer toutes les possibilités de ce média, y compris au cours de la période qui s'étend de 1955 à 1974, où le contrôle politique pesait très lourdement sur l'audiovisuel. Il commence à travailler po […] Lire la suite

BERLIN (JEUX OLYMPIQUES DE) [1936] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 864 mots
  •  • 2 médias

Du 25 au 30 mai 1930, le C.I.O. tient à Berlin le neuvième congrès de son histoire ; celui-ci est consacré aux règlements olympiques, les débats portant sur la sacro-sainte question de l'amateurisme, notamment en ce qui concerne les footballeurs. L'assemblée en profite pour enregistrer les candidatures de plusieurs cités qui souhaitent organiser les Jeux de 1936 : treize villes – Alexandrie, Barc […] Lire la suite

BERLUSCONI SILVIO (1936- )

  • Écrit par 
  • Pierre MUSSO
  •  • 1 579 mots
  •  • 1 média

Homme politique italien, président du Conseil à trois reprises (1994-1995, 2001-2006, 2008-2011). Silvio Berlusconi, né à Milan en 1936 dans une famille de la petite-bourgeoisie, se définit comme le « président-entrepreneur ». Diplômé de l'université de droit de Milan en 1961, il a été durant trente ans un des principaux chefs d'entreprise de la péninsule, avant de devenir un homme politique de p […] Lire la suite

BIRAUD MAURICE (1922-1982)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 591 mots

Entre l'âge d'or de la radio, symbolisée par des hommes comme Jean Nohain et Saint-Granier, et le temps du marketing qui s'annonce avec les années 1980, Maurice Biraud a sans aucun doute été la personnalité radiophonique la plus populaire de la décennie 1960-1970, celui en qui bien des Français se retrouvaient. La jeune station périphérique Europe 1 était alors à la recherche d'un ton nouveau : B […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 juin 1989 Chine. Violente répression de la contestation étudiante

Le lendemain, c'est Deng Xiaoping, dont la rumeur annonçait la mort, qui prononce une importante allocution, et la télévision en diffuse des extraits. Publié intégralement dans la presse le 28, ce discours recommande la répression de la moindre dissidence politique dans l'avenir, tout en prônant la poursuite d'une politique de réforme économique et d'ouverture sur le monde extérieur. […] Lire la suite

18 septembre - 1er octobre 1986 France. Définition de nouvelles règles de concentration multimédias

Le 18, le Conseil constitutionnel rend sa décision sur la loi relative à la liberté de communication, définitivement adoptée par le Parlement le 13 août : 106 de ses 111 articles sont déclarés conformes à la Constitution, en particulier ceux qui concernent la privatisation de T.F.1. En revanche, deux articles (39 et 41) relatifs aux concentrations sont déclarés non conformes, en raison des risques d'atteintes au pluralisme. […] Lire la suite

15-29 novembre 1985 France. Polémique autour de la création d'une cinquième chaîne de télévision

En dépit des protestations de l'opposition et malgré le refus du Sénat, exprimé le 28, l'ensemble du projet de loi autorisant la création de télévisions privées en France, y compris cet « amendement tour Eiffel », sera définitivement voté, le 29, par les seuls députés socialistes. Le 20, le secrétariat d'État à la Communication annonce qu'aux termes d'un contrat signé la veille la concession d'une chaîne de télévision, la cinquième, mais la première privée non cryptée, a été attribuée à une société privée qui sera constituée autour de Jérôme Seydoux, P. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique NASSE, « TÉLÉVISION - Nouvelles télévisions », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/television-nouvelles-televisions/