TAON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Insecte ressemblant à une grosse mouche dont la femelle des espèces tropicales est vectrice de maladies parasitaires.

Classe : Hexapodes ; ordre : Diptères ; sous-ordre : Brachycères ; section : Orthorhaphes

Appartenant au même sous-ordre que les mouches, les taons s'en distinguent par des critères peu visibles : les antennes sont dépourvues d'arista (longue soie) et, lors de l'émergence, l'adulte ou l'imago se libère de l'exuvie nymphale par une fente dorsale longitudinale, d'où le terme d'orthorrhaphe. Il n'y a pas de puparium (enveloppe dure en forme de tonnelet) autour de la nymphe. Les Tabanidés se rencontrent dans le monde entier à l'exception des régions arctiques. Ils sont représentés par quelque 3 500 espèces réparties en 120 genres, dont 200 espèces vivent en Europe. Ils sont divisés en trois sous-familles : les Pangoniinés, les Chrysopsinés et les Tabaninés.

De taille moyenne à grande (de 6 à 30 mm), les taons sont de couleur terne et sombre et leur vol est souvent très rapide (de 15 à 50 km/h). Les adultes se nourrissent de nectar et de pollen, mais les femelles sont principalement hématophages. Deux espèces sont très communes en Europe : le taon des bœufs, Tabanus bovinus (de 19 à 24 mm), dont les femelles importunent rarement l'homme, et le taon des pluies, Haematopota pluvialis, plus petit (de 8 à 12 mm), qui s'attaque à l'homme après une approche silencieuse, et dont les piqûres sont très douloureuses. Les taons s'attaquent essentiellement aux grands vertébrés et plus volontiers aux animaux de robe noire. Les grands taons africains sont capables de percer le cuir des éléphants et des rhinocéros. Certaines espèces exotiques piquent aussi les reptiles de grande taille.

La présence d'eau est nécessaire durant la vie larvaire. Après l'accouplement, les femelles déposent les œufs fusiformes dans l'eau, sur les feuilles de plantes aquatiques ou sur la terre, sur un sol humide, agglomérés en séries plus ou moins régulières. Plusieurs espèces peuvent se développer dans l'eau saumâtr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TAON  » est également traité dans :

DIPTÈRES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 6 258 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les espèces hématophages et vectrices de maladies »  : […] Parmi les moustiques (famille des Culicidés), l'espèce la plus commune en Europe est Culex pipiens , sous-famille des Culicinés, mais la sous-famille des Anophélinés comprend des espèces beaucoup plus dangereuses en raison des maladies qu'elles transmettent : les Anopheles sont les vecteurs du paludisme dont l'agent est un Plasmodium tandis que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dipteres/#i_7419

FILARIOSES

  • Écrit par 
  • Robert DURIEZ
  •  • 1 327 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La loase »  : […] La filariose à Loa loa , ou loase, sévit uniquement dans la partie occidentale de l'Afrique intertropicale, des rives du golfe de Guinée aux grands lacs africains. Les filaires adultes, longues de quelques centimètres, occupent le tissu conjonctif où elles se déplacent constamment, tandis que les embryons envahissent de jour la circulation sanguine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/filarioses/#i_7419

Pour citer l’article

Martine MAÏBECHE, « TAON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taon/