KAWABATA YASUNARI (1899-1972)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Kawabata Yasunari, prix Nobel de littérature 1968, est sans aucun doute l'écrivain japonais le plus connu en Occident. Ses œuvres, fruits d'une conception esthétique originale, atteignent une perfection rare dans l'expression de la sensation pure, exempte de toute spéculation intellectuelle.

La solitude

La prime jeunesse de Kawabata est profondément marquée par la solitude : né en 1899 à Ōsaka, il perd successivement son père, sa mère, son unique sœur et sa grand-mère. Il est élevé ensuite par son grand-père, qui meurt à son tour en 1914. Sa première œuvre, le Journal intime de ma seizième année (Jurokusai no nikki), publié en 1925, date de cette époque, et décrit l'agonie du vieillard avec une lucidité frappante. Un rare don d'observation s'épanouit déjà pleinement dans ce récit apparemment fragmentaire.

Il commence à publier en 1916 dans des revues à faible tirage. Quand la solitude lui pèse trop, il erre seul dans la péninsule d'Izu, et ces voyages lui inspirent son premier chef-d'œuvre, La Danseuse d'Izu (Izu no odoriko, version définitive publiée en 1926). C'est un récit de moins de cent pages, dans lequel des images se succèdent, fluides et fugitives, comme dans une musique discrète. Chacune de ces séquences, en réalité, correspond à des frémissements du sentiment, dont la noblesse sauve de la banalité cette histoire touchante d'un amour juvénile, à peine entrevu et aussitôt brisé.

Cette même noblesse apporte le salut à l'auteur lui-même : il découvre le sens de la vie, la valeur d'une bonté sans limites, et sa solitude perd désormais toute trace d'amertume. Il en reste seulement une attitude originale dans ses relations avec les autres humains, qu'il a tendance à observer avec un certain détachement, tout en se mêlant à eux avec une grande complaisance.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : Professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales.

Classification


Autres références

«  KAWABATA YASUNARI (1899-1972)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 415 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Temps d'apocalypse »  : […] Le 25 novembre 1970, les quotidiens d'Europe annoncèrent à la une la mort de Mishima Yukio. Des photos montraient, dans les bâtiments des Forces armées au centre de Tōkyō, la mise en scène sanglante qu'il avait conçue, mais ce n'étaient que des images grises où se distinguaient à peine quelques silhouettes. Elles suscitèrent la stupeur, l'inquiétud […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_24632

PAYS DE NEIGE, Kawabata Yasunari - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Cécile SAKAI
  •  • 1 016 mots

Pays de neige ( Yukiguni ) est considéré comme l'un des chefs-d'œuvre de Kawabata Yasunari (1899-1972) , Prix Nobel de littérature en 1968. L'auteur a travaillé très longuement sur ce roman de la maturité, composé de onze fragments publiés sous la forme de nouvelles sur une période de douze années (de 1935 à 1947, avec une interruption de quatre a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-de-neige/#i_24632

Pour citer l’article

Bunkichi FUJIMORI, « KAWABATA YASUNARI (1899-1972) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kawabata-yasunari/