LA CONFESSION IMPUDIQUE, Tanizaki Jun.ichirōFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est un véritable scandale que suscite la parution en 1956 de La Confession impudique (Kagi, littéralement « La Clé »), œuvre du romancier japonais Tanizaki Jun.ichirō (1886-1965). L'auteur est alors âgé de soixante-dix ans : c'est un maître dans le monde des lettres, unanimement admiré et respecté. Si de ses œuvres de jeunesse émanait un parfum sulfureux, il avait retrouvé par la suite une inspiration plus traditionnelle qui l'avait amené, après-guerre, à s'inscrire explicitement dans le sillage de la tradition : il publie ainsi une traduction en langue moderne du chef-d'œuvre de la littérature du xie siècle, le Genji Monogatari (Le Dit du Genji), ainsi qu'un grand roman classique, Sasameyuki (Bruine de neige, 1943-1948, précédemment traduit sous le titre Quatre Sœurs).

Lorsque paraissent en revue les premières livraisons de La Confession impudique, ni les lecteurs ni les critiques ne sont donc préparés à lire, sous la plume de ce vénérable auteur, l'un des textes les plus audacieux et les plus transgressifs de la littérature japonaise contemporaine. La virulence des réactions obligera d'ailleurs l'auteur, pour éviter des poursuites judiciaires, à modifier légèrement son projet sans en altérer au demeurant la force et la nouveauté.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne BAYARD-SAKAI, « LA CONFESSION IMPUDIQUE, Tanizaki Jun.ichirō - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-confession-impudique/