REYE SYNDROME DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maladie neurologique aiguë qui se développe chez l'enfant au décours d'une grippe, d'une varicelle ou d'une autre infection virale. Le syndrome de Reye peut provoquer une stéatose hépatique (l'accumulation de graisse dans le foie) et un œdème cérébral. Il a été décrit pour la première fois en 1963 par le pathologiste australien, Ralph Douglas Reye.

Le syndrome de Reye se rencontre habituellement au décours d'une maladie virale, mais peut également survenir après une intoxication par l'aflatoxine ou la warfarine. Il a également été associé à l'utilisation d'aspirine ou d'autres dérivés salicylés utilisés au cours de maladies virales. Nausées, vomissements, léthargie et confusion sont les symptômes initiaux. En quelques heures ou après plusieurs jours, selon les cas, apparaissent une désorientation, des crises convulsives, des pauses respiratoires et un coma. L'étiologie précise du syndrome de Reye reste inconnue ; il serait lié à des lésions mitochondriales cérébrales consécutives à l'infection virale (les mitochondries sont les organelles cellulaires responsables du métabolisme énergétique).

La diminution de fréquence de ce syndrome est attribuée à la réduction de l'utilisation des dérivés salicylés pour le traitement des infections virales de l'enfant.

Il n'y a pas de traitement spécifique ; la prise en charge thérapeutique comporte le contrôle rigoureux des fonctions vitales du patient et la correction rapide de tout déséquilibre à l'aide d'antibiotiques, d'insuline, de corticostéroïdes, de glucose, de diurétiques, de sérum ou d'autres médicaments, selon les besoins. Plus de 70 p. 100 des patients récupèrent, certains complètement, mais des séquelles cérébrales sont possibles.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« REYE SYNDROME DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/syndrome-de-reye/