RICHTER SVIATOSLAV (1915-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Es ist so » (« C'est ainsi ! »), disait Hegel à propos des montagnes. La définition peut s'appliquer au pianiste russe Sviatoslav Richter tant, chez lui, l'absence d'effets, d'intentions, de surcharges, le respect total des signes de la partition font que l'œuvre n'apparaît jamais dans une interprétation, mais dans une recréation, voire une transsubstantiation, une présence que l'on oserait presque qualifier d'eucharistique.

Sviatoslav Richter

Sviatoslav Richter

Photographie

Le pianiste russe Sviatoslav Richter (1915-1997), accompagné au violoncelle par son compatriote Mstislav Rostropovitch, le 24 juillet 1961. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

On conçoit donc que chaque concert de Richter ait été d'avance considéré comme un événement, un instant où quelque chose risquait de se passer. Pressentiment d'autant plus vif que Richter ne planifiait pas ses récitals, mais choisissait en dernière minute sinon toujours la date et le lieu, du moins le programme de ses apparitions. Le miracle attendu n'a pas toujours eu lieu ; en tout cas, un magnétophone, plus ou moins clandestin, était dans la salle, prêt à servir à la fois de témoin et de preuve. Car Richter, bien malgré lui, fut le plus enregistré – et le plus piraté – des pianistes. Il n'est pas de mois qui n'apporte, sous d'invraisemblables étiquettes, son lot de disques, de provenances disparates, et au son souvent si précaire qu'ils desservent l'artiste et frustrent l'auditeur. Heureusement, les grandes firmes veillent. À l'aube de ses quatre-vingts ans, Philips, par exemple, en une édition de vingt et un disques compacts, supervisée et agréée par le maître, avait rendu à Richter le plus monumental hommage qu'un pianiste ait obtenu de son vivant.

Une légende

Richter, une légende ? Certes, mais cette légende a aussi son histoire. Sviatoslav Teofilovitch Richter naît le 20 mars 1915 à Jitomir, en Ukraine. Son père, compositeur et organiste, est issu d'une famille de musiciens qui avaient émigré d'Allemagne (« citoyen soviétique de nationalité allemande », tel se définissait Richter, qui aimait, par ailleurs, à souligner la signification de son patronyme : le « juge »). Une élève tchèque de son père lui donne ses premières leçons de piano, mais il n'entreprend pas une carrière de concertiste. Sa premièr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : agrégé de lettres modernes, ancien élève de l'École normale supérieure

Classification


Autres références

«  RICHTER SVIATOSLAV (1915-1997)  » est également traité dans :

GUILELS EMIL (1916-1985)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 317 mots
  •  • 2 médias

Lorsque, au début des années1960, les artistes soviétiques commencèrent à se produire de façon moins épisodique en Occident, le monde du piano fut bouleversé par la découverte de deux géants dont on ignorait presque tout auparavant, Sviatoslav Richter et Emil Guilels . Tous deux imposaient une vision nouvelle de l'instrument, une approche étonnamme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-guilels/#i_22524

KAGAN OLEG (1946-1990)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 730 mots

Dans le chapitre « Une carrière écourtée »  : […] Né à Ioujno-Sakhalinsk, centre administratif de l’île de Sakhaline, sur la côte du Pacifique, le 22 novembre 1946, Oleg Moïseievitch Kagan commence en 1953 ses études musicales au Conservatoire letton de Riga (aujourd’hui J̄azepa V̄itola Lavijas M̄uzikas Akad̄emija), où il fréquente notamment la classe de violon de Joachim Braun. En 1959, il vient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oleg-kagan/#i_22524

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe DULAC, « RICHTER SVIATOSLAV - (1915-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sviatoslav-richter/