STRUCTURE, chimie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'idée de structure remonte aux philosophes grecs de l'Antiquité. Les polyèdres platoniciens faisaient se rejoindre la religion pythagoricienne du nombre et une prise en compte géométrique de la matière. Cette même notion a durablement imprégné la chimie. La description de la forme des molécules, et celle de leurs proches parents les complexes, usent de cette syntaxe depuis plusieurs siècles.

La façon la plus simple de définir la structure consiste à la considérer comme la disposition des atomes les uns par rapport aux autres, dans ces édifices que sont, d'une part, les réseaux indéfinis au sein des solides, d'autre part, leur assemblage en une molécule. Autrement dit, la structure équivaut à une architecture du microscopique.

Les étapes de la détermination de la structure d'un échantillon inédit récapitulent l'histoire des progrès de la science chimique : établissement de la composition élémentaire ; identification des radicaux, ou groupements d'atomes présents ; détermination de la connectivité, c'est-à-dire de la façon précise dont ces groupes sont reliés entre eux ; établissement de la position relative de tous les atomes constitutifs.

Depuis l'Antiquité, la structure de la matière et des produits des transformations chimiques s'est formulée en un langage géométrique, celui des polyèdres ou solides platoniciens. Il s'agit d'un petit nombre de formes simples, des solides réguliers dont les faces sont des polygones tels que triangles, carrés ou pentagones réguliers. À la Renaissance, Johannes Kepler les fit intervenir pour expliquer la symétrie sénaire, c'est-à-dire d'ordre six, des flocons de neige. Plus tard, à l'époque de la Révolution française, René-Just Haüy posa les principes fondateurs de la cristallographie en postulant que de tels polyèdres servent de modules constitutifs aux cristaux. Une génération plus tard, dans un mémoire des Annales de chimie d'une audace lucide (1814), André-Marie Ampère fit œuvre de pionnier en définissant la forme des molécules chimiques à partir des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'École polytechnique et à l'université de Liège (Belgique)

Classification


Autres références

«  STRUCTURE, chimie  » est également traité dans :

CHIMIE - La nomenclature chimique

  • Écrit par 
  • Nicole J. MOREAU
  •  • 5 112 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Formules »  : […] Les blocs de base de la nomenclature systématique sont les noms des éléments, qui sont triviaux, et leurs symboles. Pour représenter les substances chimiques, on utilise des formules , qui sont des assemblages des symboles. Les formules sont très utiles pour indexer les composés, et aussi quand les noms deviennent complexes. On rappellera comment sont conçues les formules, nomenclature et formules […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-la-nomenclature-chimique/#i_41530

COMÈTES

  • Écrit par 
  • Myriam DÉTRUY
  •  • 4 336 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Structure »  : […] Une comète est en général composée de quatre parties : le noyau, la chevelure ou coma , et deux queues distinctes, une queue de plasma et une queue de poussière. Le destin de Shoemaker-Levy a montré que la densité du noyau était très faible et que des effets de marée pouvaient le briser en plusieurs morceaux. En décembre 2013, la comète Ison subit le même sort en passant à 1,2 million de kilomètre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cometes/#i_41530

CONFORMATIONS, chimie

  • Écrit par 
  • Jacques GORÉ
  •  • 3 339 mots
  •  • 5 médias

Quels que soient la composition élémentaire d'une molécule organique et l'arrangement de ses divers atomes, formant des chaînes linéaires ou ramifiées aussi bien que des systèmes comprenant un ou plusieurs cycles, plusieurs impératifs doivent être satisfaits : les longueurs des liaisons et les angles que font ces liaisons entre elles sont, en effet, immuables et ne dépendent nullement des condit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conformations-chimie/#i_41530

DYNAMIQUE MOLÉCULAIRE

  • Écrit par 
  • Jean RIESS
  •  • 5 165 mots
  •  • 17 médias

Dans les conditions habituelles de leur existence, de nombreux composés chimiques, et tout particulièrement les complexes de coordination et les dérivés organométalliques, sont le siège de fluctuations de structure, souvent rapides. On se limite ici aux phénomènes dynamiques qui entraînent ou impliquent, au moins transitoirement, une modification de la structure interne des molécules, par opp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamique-moleculaire/#i_41530

FONCTION, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 249 mots

En chimie, la signification du mot « fonction » est proche de celles de l'indice pour le détective, ou de la caractéristique pour l'historien de l'art, et non de l'acception qu'il a pour un mathématicien ou un biologiste. La fonction est en effet un atome, ou le plus souvent un groupement d'atomes ou groupement fonctionnel, montrant une palette caractéristique de réactions. Par exemple, la foncti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonction-chimie/#i_41530

FORMULE, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 539 mots

On peut s'interroger sur la raison d'être des formules de la chimie, sur l'usage ou les usages qu'en font les chimistes, sur leur contenu informationnel enfin : en quoi ces représentations sont-elles un schématisme conventionnel, et en quoi dépeignent-elles leur objet ? Le rôle des formules chimiques va bien au-delà de la simple dénomination, et la formule est un véritable portrait de la molécule. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formule-chimie/#i_41530

ISOMÉRIE, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 787 mots
  •  • 1 média

De même que l'anagramme d'un mot comporte les mêmes lettres que celui-ci, arrangées différemment, de même les molécules peuvent inclure les mêmes atomes, mais disposés autrement. Un exemple de tels « isomères », terme qui signifie « formés de parts égales », est la paire constituée de l'acide cyanhydrique HCN et de l'acide isocyanique HNC. Et de même qu'une loupe et une poule n'ont pas grand-chos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isomerie-chimie/#i_41530

MAGNÉTOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jean HOARAU
  •  • 5 364 mots
  •  • 8 médias

Les propriétés magnétiques sont intimement liées à la structure de la matière, à l'échelle moléculaire, et l'on conçoit que l'étude de ces propriétés a pu jouer un grand rôle dans l'élaboration des théories modernes de l'atome (effet Zeeman, par exemple) et continue à rendre de grands services dans la recherche d'une meilleure connaissance des structures moléculaires, géométriques et électroniqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetochimie/#i_41530

ORGANIQUE CHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 7 019 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Identification d'une substance organique »  : […] À l'origine surtout, le point de départ de l'identification d'une substance organique était l'analyse élémentaire. Elle permet de déterminer le pourcentage des divers éléments : C, H, O, N... ; si la masse moléculaire, dont la cryoscopie fournit une valeur approchée, n'est pas trop grande, et si les résultats de l'analyse sont suffisamment précis, on en déduit la formule brute CαH β O γ N δ ... […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-organique/#i_41530

PYTHAGORISME, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 108 mots

Révérence envers des nombres, tenus pour plus ou moins accomplis, et pour des géométries, respectées elles aussi pour la qualité de leurs proportions, cet aspect de la philosophie pythagoricienne trouve en chimie une profonde résonance. S'agit-il du nombre, et l'on a l'embarras du choix des illustrations. À commencer par la classification des éléments. Le système périodique de Mendeleïev se base s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pythagorisme-chimie/#i_41530

RADICAL, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 574 mots

En chimie, la notion de radical trouve son origine, vers les années 1830-1840, en une problématique venue de la philologie, une nouvelle discipline alors influente. Les philologues s'intéressaient aux racines des mots, et les chimistes ne furent pas en reste. Ils s'intéressèrent à la racine de cet équivalent du mot qu'est une formule représentant une molécule et ils dénommèrent « radical » cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radical-chimie/#i_41530

STÉRÉOCHIMIE - Stéréochimie organique

  • Écrit par 
  • Henri B. KAGAN, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 14 210 mots
  •  • 5 médias

On trouvera dans l'article chimie organique le principe des méthodes qui ont conduit à l'établissement des formules développées planes. On va montrer ici pourquoi ces formules planes sont encore insuffisantes. Désignant provisoirement par X, Y, Z, T (X′, Y′, Z′, T′) des substituants mono-atomiques tous différents, on est appelé à représenter par la formule plane (1) un dérivé tétrasubstitué du m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stereochimie-stereochimie-organique/#i_41530

STÉRÉOCHIMIE - Stéréochimie inorganique

  • Écrit par 
  • Jacques-Émile GUERCHAIS
  •  • 4 038 mots
  •  • 8 médias

La stéréochimie, qui concerne la structure spatiale d'une molécule, peut paraître plus complexe en chimie minérale qu'en chimie organique. Celle-ci est la chimie du carbone, élément petit qui s'entoure de deux, trois ou quatre autres éléments ou radicaux ; l'entourage quatre correspond à la saturation électronique et à la structure tétraédrique. Par contre, avec les autres éléments qui représente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stereochimie-stereochimie-inorganique/#i_41530

STÉRÉOCHIMIE - Stéréochimie et liaison chimique

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 2 056 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hybridation des orbitales »  : […] Le remplacement des fonctions ϕ, construites sur les orbitales atomiques χ des atomes isolés, par des combinaisons linéaires ϕ′, est équivalent du point de vue formel à la construction d'orbitales moléculaires directement à partir d'orbitales atomiques χ′, combinaisons linéaires des orbitales initiales χ. Ces nouvelles orbitales, appelées hybrides , ne possèdent plus les éléments de symétrie des o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stereochimie-stereochimie-et-liaison-chimique/#i_41530

TYPES THÉORIE DES, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 007 mots

Il est courant pour une théorie scientifique d'être remplacée par une théorie plus large, qui donc l'englobe. La nouvelle théorie est dotée d'une plus grande extension, et prévaut aussi par un plus grand pouvoir explicatif et une aptitude à prédire davantage de résultats, à confronter avec ceux de l'expérience. La théorie des types vient ainsi s'intercaler, dans l'histoire de la chimie, entre deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-types-chimie/#i_41530

Pour citer l’article

Pierre LASZLO, « STRUCTURE, chimie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/structure-chimie/