STILICHON ou STILICON (360 env.-406)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né vers 360, Flavius Stilichon, comme ses noms l'indiquent, est issu d'une famille de Vandales installés dans l'Empire. Son ascension, qui montre bien la place qu'occupaient les Barbares dans le monde romain dès la fin du ive siècle, s'explique par sa personnalité, par ses liens avec le pouvoir et par une habile politique de mariages.

Arien d'éducation, il se mit au service du très catholique Théodose. Ses talents le signalèrent au point que l'empereur lui fit épouser sa nièce, Serena ; sur le célèbre diptyque en ivoire de Monza, on peut voir le couple avec Eucher, un de ses enfants. En 395, Stilichon se trouve préposé à l'éducation du jeune Honorius, futur empereur qu'il unit à sa fille Marie en 398.

Quatre conflits lui permirent d'octroyer de beaux succès au souverain en titre. Contre Arcadius, qui régentait l'Orient, d'abord, il revendiqua l'Illyrie et mena des campagnes en Thessalie (395) et dans le Péloponnèse (397). Puis l'Afrique fut troublée par la révolte de Gildon (397-398), des désordres qui évoquent ceux que Firmus provoqua sous Valentinien Ier. Ensuite, Alaric, qui avait mené ses Wisigoths en Italie, fut vaincu près d'Aquilée en 401. Enfin, en 406, ce fut au tour des Ostrogoths, commandés par Radagaise, de connaître la défaite, cette fois près de Florence. Ces exploits valurent une grande popularité à Stilichon : en 403 et 406, il fut accueilli triomphalement par le peuple de Rome ; on lui éleva des statues et des inscriptions furent gravées en son honneur sur le Forum. Il sut surtout utiliser le talent de Claudien. Ce poète, originaire d'Égypte, mais écrivant en latin, devint le chantre officiel du pouvoir en place ; comme il est presque l'unique source pour cette époque, il convient de se méfier de ses excès de louanges.

De fait, Stilichon connut ensuite une série d'échecs qui, il est vrai, ne lui sont pas tous imputables. En 406, les Vandales, les Alains et les Suèves percèrent le système défensif rhénan et se répandirent sur la Gaule où se déclara un usurpateur, Constantin. Dans une nouvelle offensive, Alaric connut cette fois plus de succès. Une opposition se développa, dans Rome et à la cour, autour du conseiller Olympe et de la sœur de l'empereur, Placidie, mais aussi, ce qui était plus grave, dans l'armée. Stilichon fut arrêté et décapité. Avec lui moururent sa femme et ses enfants, le 23 août 406. Deux ans plus tard, Alaric prenait Rome.

Dans ce personnage, les uns voient un Barbare ami d'Alaric, les autres un Romain défenseur de la ville ; il était en fait un Barbare romanisé.

—  Yann LE BOHEC

Écrit par :

Classification


Autres références

«  STILICHON ou STILICON (360 env.-406)  » est également traité dans :

ARCADIUS FLAVIUS PIUS FELIX (377-408) empereur d'Orient (395-408)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 500 mots

Fils aîné de l'empereur Théodose le Grand et de Aelia Flacilla, il est associé dès l'âge de six ans à l'Empire par son père et proclamé auguste. Cette désignation est confirmée par sa triple nomination de consul en 385, 392 et 394. De petite taille et chétif, Arcadius est confié à divers précepteurs renommés, tels le rhéteur Themistius et le diacre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flavius-pius-felix-arcadius/#i_17270

CLAUDIEN CLAUDIUS CLAUDIANUS (370 env.-env. 404)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 431 mots

Poète latin né vers 370 à Alexandrie, mort 404 env. à Rome. Claudien (en latin Claudius Claudianus) est le dernier grand poète de la tradition classique. Après avoir quitté Alexandrie pour Rome, il abandonne sa langue maternelle, le grec, et compose un poème célébrant le consulat (395) de Probinus et Olybrius, dans lequel il montre sa maîtrise du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claudius-claudianus-claudien/#i_17270

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les barbares »  : […] Grâce à la vigilance des empereurs de Trèves, Valentinien et Gratien, la Gaule connut, entre 360 et 383, ses dernières périodes de prospérité ; une invasion franque fut repoussée en 365 par le maître de la cavalerie Jovin, un Rémois. Le redressement opéré par Julien, Gratien et Valentinien fut toutefois compromis par l'usurpation de Maxime, après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaule/#i_17270

HONORIUS FLAVIUS (384-423) empereur d'Occident (395-423)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 596 mots

Frère cadet d'Arcadius et fils de Théodose le Grand et de Aelia Flacilla, il reçoit en partage, du vivant de son père, l'occident de l'Empire romain, en 393, à l'âge de neuf ans, en même temps que le titre d'auguste. Il n'a que onze ans à la mort de son père, et il est incapable de gouverner un empire déchiré par les invasions, les factions et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flavius-honorius/#i_17270

PARTAGE DE L'EMPIRE ROMAIN, en bref

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 234 mots

Contrairement à ce qui est couramment admis, la date de 395, qui marque le partage de l'Empire romain en une pars occidentalis et une pars orientalis , n'est pas significative d'une volonté de désolidarisation qui aurait permis à l'Orient de se désengager de la question barbare et conduit l'Occident à sa perte. Quand Théodose I er le Grand décida […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/partage-de-l-empire-romain-en-bref/#i_17270

Pour citer l’article

Yann LE BOHEC, « STILICHON ou STILICON (360 env.-406) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stilichon-stilicon/