KLEENE STEPHEN COLE (1909-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématicien américain né à Hartford (Connecticut). Diplômé de l'Amherst College, Stephen C. Kleene entre, en 1930, à l'université de Princeton. Il est docteur de la même université en 1934. Dès cette époque, il partage son temps entre l'enseignement (université du Wisconsin) et la recherche. Il est successivement membre du Conseil national de la recherche scientifique (1957), puis président de la section de mathématiques de l'Académie nationale des sciences. De 1956 à 1958, il est président de l'Association de logique symbolique.

Les travaux de Kleene se rapportent à la logique formelle et à la logique mathématique. Essentiellement « formaliste », il s'intéresse tout particulièrement à la théorie des fonctions récursives et rejoint dans ses recherches les résultats déjà établis par K. Gödel, A. M. Turing, A. Church ; il définit avec ce dernier les fonctions lambda-définissables (1932-1935). En 1936, il montre, avec Church, que les notions de fonction lambda-définissable et de fonction récursive générale sont identiques ; ces notions permettent de préciser le concept d'algorithme et débouchent sur la description et l'étude des langages des calculateurs. À partir de 1934, Kleene publie de nombreux ouvrages et articles à caractère pédagogique et théorique. On peut citer : Introduction aux métamathématiques (Introduction to Metamathematics, 1952) ; « Representation of Events in Nerve Nets, and Finite Automata » (1956), étude consacrée à un modèle de neurones. Il définit à cette occasion une classe de langages formels, dits « langages réguliers » ou « langages de Kleene », à laquelle est associée la classe des automates finis ; il montre en particulier que tout K-langage (langage de Kleene) peut être obtenu par une composition de langages finis. En 1965, il publie, en collaboration avec R. E. Vesley, The Foundations of Intuitionistic Mathematics, Especially in Relation to Recursive Functions. En 1967, enfin, paraît Logique mathématique (Mathematical Logic), ouvrage pédagogique traduit en français en 1971.

—  Pierre GOUJON

Écrit par :

  • : président de l'Institut des hautes études puériles honnêtes et inspirées on-line

Classification


Autres références

«  KLEENE STEPHEN COLE (1909-1994)  » est également traité dans :

INFORMATIQUE - Principes

  • Écrit par 
  • Jacques HEBENSTREIT
  •  • 3 097 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Langages réguliers et automates à nombre fini d'états »  : […] Les langages réguliers , définis initialement par Stephan Cole Kleene, sont ceux dont la grammaire ne comporte qu'un seul type de règles de réécriture, à savoir qu'un mot non terminal ne peut être réécrit que sous la forme d'un mot non terminal suivi d'un mot terminal, ou l'inverse, ou encore sous la forme d'un mot terminal. Prenons par exemple le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/informatique-principes/#i_32465

RÉCURSIVITÉ, logique mathématique

  • Écrit par 
  • Kenneth Mc ALOON, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Jean-Pierre RESSAYRE
  •  • 9 371 mots

Dans le chapitre « Théorie descriptive effective des ensembles »  : […] Les Borel, Lebesgue, Luzin et autres (ce qu'on appelle parfois l'école semi-intuitionniste), en élaborant la théorie descriptive (classique) des ensembles, avaient eu l'intuition de ses aspects effectifs. Dans les années cinquante, S. C.  Kleene jetait les fondements d'une théorie permettant de rendre compte rigoureusement de cette intuition. Le pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recursivite-logique-mathematique/#i_32465

RELATION

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 7 662 mots

Dans le chapitre « Relations arithmétiques, multirelations, structure, système »  : […] La théorie des relations arithmétiques a été développée sur des bases établies par les travaux de Stephen Cole Kleene, dans le cadre de la théorie des fonctions et prédicats d'entiers. Un prédicat d'entiers à n arguments peut être considéré (extensionnellement) comme une partie de l'ensemble des n -uples d'entiers. Une fonction à n arguments peut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/relation/#i_32465

Pour citer l’article

Pierre GOUJON, « KLEENE STEPHEN COLE - (1909-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-cole-kleene/