SOUK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot souk viendrait de l'araméen shūkā, avec le sens primitif de rue, puis celui de marché. On le trouve dans la composition de nombreux toponymes. Très tôt, ce terme recouvre différents types de centres d'activité commerciale dans le Proche-Orient et au Maghreb. On distingue les foires annuelles, les marchés ruraux hebdomadaires et les souks urbains permanents. Le terme souk remplace aussi celui de mawsim pour désigner la foire annuelle associée à une fête ou un pèlerinage religieux. À l'aube de l'islam, il existait dans la péninsule arabique un peu plus d'une vingtaine de marchés annuels de ce type, dont les plus connus sont ceux de Badr, Dhū'l-Madjaz, Madjānna et surtout Okāz. Il s'agit d'agglomérations modestes se trouvant en terrain neutre et qui prenaient une importance particulière lors des fêtes religieuses annuelles. Lorsque La Mecque parvint à la primauté religieuse et économique, ces places tombèrent à l'abandon. Les aswāk al-‘arab, les « souks des Arabes », sont des marchés ruraux de l'époque du Prophète. Le souk rural est un marché itinérant hebdomadaire auquel se rendent les paysans en une demi-journée de marche ; il se tient en zone agricole, le plus souvent sur un terrain non cultivé, d'où le nom de sūk al-ghubār (marché à la poussière). Dans le choix du lieu intervient la densité de la population et la présence d'une eau pérenne suffisante pour les hommes et les bêtes. Dans le bassin méditerranéen, ces conditions sont réunies aux pieds des montagnes.

L'expansion de l'islam apporte de nombreux changements et impose sur l'aire étendue de son nouveau domaine le souk musulman, qui n'est nullement le continuateur des souks de La Mecque ou de Médine, mais dont il utilise la technique commerciale, apanage des Qurayshites. Dans les cités antiques qu'ils occupent, les musulmans conservent les institutions préexistantes, le marché l'emporte sur la place publique, le développement du quartier artisanal et commerçant fait du souk le prolongement du quartier spécialisé de la ville hellénistique. Les portiques des grandes [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SOUK  » est également traité dans :

BAZAR

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 365 mots
  •  • 8 médias

Le mot bazar , « marché », qui vient du pahlévi vacar et correspond à l'arabe sūq ou au turc çarsi̊ (du pahlévi cahar suq , persan car-su , « carrefour »), désigne, de manière générale, le centre commercial et artisanal traditionnel de toute ville ou localité en p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bazar/#i_80430

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fonction économique »  : […] Enfin, la fonction économique était essentielle dans toutes les villes, petites, moyennes ou grandes, qui furent sièges d'activités locales, artisanales et commerciales, et parfois plaques tournantes d'un trafic de transit dépassant à l'occasion les limites du monde musulman, mais qui se développait surtout à l'intérieur de ses frontières. Les boutiques, où des artisans vendaient les produits qu'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution-de-la-ville-islamique/#i_80430

Pour citer l’article

Nikita ELISSÉEFF, « SOUK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/souk/