SOUK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot souk viendrait de l'araméen shūkā, avec le sens primitif de rue, puis celui de marché. On le trouve dans la composition de nombreux toponymes. Très tôt, ce terme recouvre différents types de centres d'activité commerciale dans le Proche-Orient et au Maghreb. On distingue les foires annuelles, les marchés ruraux hebdomadaires et les souks urbains permanents. Le terme souk remplace aussi celui de mawsim pour désigner la foire annuelle associée à une fête ou un pèlerinage religieux. À l'aube de l'islam, il existait dans la péninsule arabique un peu plus d'une vingtaine de marchés annuels de ce type, dont les plus connus sont ceux de Badr, Dhū'l-Madjaz, Madjānna et surtout Okāz. Il s'agit d'agglomérations modestes se trouvant en terrain neutre et qui prenaient une importance particulière lors des fêtes religieuses annuelles. Lorsque La Mecque parvint à la primauté religieuse et économique, ces places tombèrent à l'abandon. Les aswāk al-‘arab, les « souks des Arabes », sont des marchés ruraux de l'époque du Prophète. Le souk rural est un marché itinérant hebdomadaire auquel se rendent les paysans en une demi-journée de marche ; il se tient en zone agricole, le plus souvent sur un terrain non cultivé, d'où le nom de sūk al-ghubār (marché à la poussière). Dans le choix du lieu intervient la densité de la population et la présence d'une eau pérenne suffisante pour les hommes et les bêtes. Dans le bassin méditerranéen, ces conditions sont réunies aux pieds des montagnes.

L'expansion de l'islam apporte de nombreux changements et impose sur l'aire étendue de son nouveau domaine le souk musulman, qui n'est nullement le continuateur des souks de La Mecque ou de Médine, mais dont il utilise la technique commerciale, apanage des Qurayshites. Dans les cités antiques qu'ils occupent, les musulmans conservent les institutions préexistantes, le marché l'emporte sur la place publique, le développement du quartier artisanal et commerçant fait du souk le prolongement du quartier spécialisé de la ville hellénistique. Les portiques des grandes avenues à colonnades furent rapidement envahis par des boutiques, généralement deux par entrecolonnement, des échoppes ne tardèrent pas à s'élever au milieu de la chaussée. Ayant cessé d'être des artères de grande circulation, ces voies déterminent avec les rues adjacentes des secteurs commerciaux occupés par divers souks spécialisés. Ceux-ci constituent désormais une véritable « cité marchande ».

En ville, le mot souk recouvre plusieurs types particuliers de marchés. Dans les premières cités musulmanes (amsār) qui n'étaient, à l'origine, que des camps militaires, on n'avait pas prévu la place du marché. Le grand marché se tenait au terminus des routes caravanières au mirbād, endroit où l'on déchargeait les chameaux, à Basra et, à Kūfa, au Kunāsa, vastes places que l'on peut assimiler à des marchés ruraux.

Du marché cyclique on passe au souk permanent polyvalent qui se développe à l'intérieur des centres urbains. Ce type de souk permet les échanges de marchandises entre Bédouins, campagnards et citadins sur des postes fixes. Le souvenir du marché rural se maintient dans le marché aux bestiaux qui se tient périodiquement aux portes de la ville.

Nous trouvons à Bagdad un intéressant exemple d'évolution des souks urbains en milieu purement musulman. La capitale abbāsside fut construite en 762 par al-Mansūr au lieu-dit sūk Baghdād où se tenait une foire annuelle. À l'origine, il y eut des souks sous les arcades (taqāt) des larges rues qui partaient des quatre portes vers le centre de la ville ronde, puis le calife chassa les marchands de la cité et fonda, au sud, le quartier d'al-Karkh pour les marchés et les entrepôts. Plus tard, lorsque la ville se développa encore, un important marché hebdomadaire se tint sur la rive gauche du Tigre : le souk ath-Thalātha (le marché du Mardi), relié à la rive droite par un pont de bateaux. Ce souk devint rapidement permanent et se trouva installé dans des bâtiments adaptés à l'activité commerciale.

Le souk urbain répond aux besoins de plusieurs types de commerces. Le commerce d'import-export, aux mains des tudjdjār, marchands au long cours, constitue un monde autonome ; il n'a pas de périodicité fixe, bien que, pour les produits d'Extrême-Orient, il dépende du rythme des moussons. Les denrées sont entreposées au milieu des souks dans des bâtiments particuliers, à la fois hôtelleries et entrepôts : khans, funduqs ou saray ; les acheteurs sont des commerçants en gros ou demi-gros. Le commerce de ravitaillement draine vers la ville, par un mouvement centripète, les hommes de la campagne qui échangent leurs denrées contre les produits manufacturés des citadins. Compte tenu de la densité de l'habitat urbain, il était difficile d'installer de nouveaux souks intra muros ; en fait, le processus d'édification des souks a été synchrone avec celui de l'urbanisation. C'est aux portes de la ville que se tenaient des marchés aux bestiaux de type rural nécessitant un grand espace ouvert, ce qui permettait une forte concentration de bêtes et de gens (sūq al-ghanam : chèvres et moutons ; sūq ad-dawābb : bêtes de somme ; sūq al-khayl : chevaux). Pour le commerce courant, les souks urbains furent des places d'échange fixes et continues. Le terme désigne alors un groupe de boutiques spécialisées dans tel ou tel produit : droguistes et parfumeurs, papetiers et libraires, marchands de céréales et de graines diverses. La localisation des centres de vente est souvent conditionnée par la nécessité d'espace (pour les cordiers) ou d'eau (pour les teinturiers). Certaines denrées sont vendues à des carrefours (murabba'a), d'autres sur des places (rahbat). Dès l'époque omeyyade, des établissements publics sont élevés dans les souks, l'espace ouvert est transformé en une enceinte dans laquelle il y a des boutiques accolées au mur intérieur et ouvrant sous un portique. Les commerçants y payent un loyer et des taxes.

Le commerce de l'alimentation est concentré autour du dār al-bittīkh (Damas, Bagdad, Le Caire), la halle aux fruits et légumes frais. Il y a aussi de nombreux entrepôts (funduq), souvent spécialisés dans des denrées alimentaires, par exemple le riz, l'huile, ou bien des khans. Les qaysariyas, centres de commerce des étoffes et des bijoux, sont situées au centre de la ville, le plus souvent autour de l'ancienne agora ou près de la grande mosquée. C'est un édifice bâti sur plan rectangulaire ou carré, autour d'une vaste cour à ciel ouvert, avec un portique qui soutient une galerie tournante ; un gardien veille en permanence sur cet endroit clos doté de portes très solides. Cette sorte de grande halle abrite les ateliers d'artisans d'un métier traditionnel de luxe bien déterminé comme les orfèvres, les joailliers, les brodeurs, ou des dépôts de tapis, d'étoffes et de marchandises préci [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SOUK  » est également traité dans :

BAZAR

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 368 mots
  •  • 8 médias

Le mot bazar , « marché », qui vient du pahlévi vacar et correspond à l'arabe sūq ou au turc çarsi̊ (du pahlévi cahar suq , persan car-su , « carrefour »), désigne, de manière générale, le centre commercial et artisanal traditionnel de toute ville ou localité en pays d'islam ; il peut être utilisé pour les foires annuelles et pour les marchés ruraux hebdomadaires ; en tout cas, il s'agit d'un […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fonction économique »  : […] Enfin, la fonction économique était essentielle dans toutes les villes, petites, moyennes ou grandes, qui furent sièges d'activités locales, artisanales et commerciales, et parfois plaques tournantes d'un trafic de transit dépassant à l'occasion les limites du monde musulman, mais qui se développait surtout à l'intérieur de ses frontières. Les boutiques, où des artisans vendaient les produits qu'i […] Lire la suite

Les derniers événements

3-31 mai 2013 Syrie. Annonce d'une conférence internationale sur fond de violences

souk de la ville turque frontalière de Reyhanli, à l'ouest d'Alep, fait au moins cinquante et un morts. Les autorités turques, engagées dans la coalition internationale contre Damas, l'attribuent à des partisans du régime syrien. Le 14, à Raqqa, à l'est d'Alep, chef-lieu de province conquis en mars par la rébellion, des combattants du Front al-Nosra […] Lire la suite

10-30 août 1989 Liban. Poursuite des combats malgré les efforts diplomatiques

Souk-el-Gharb qui défend l'un des accès au réduit chrétien. La bataille s'étend, le 14, à tous les fronts du territoire chrétien. Le 15, le Conseil de sécurité de l'O.N.U., réuni d'urgence, lance un appel général à un cessez-le-feu immédiat, que le général Aoun accepte dès le lendemain. Paris décide de renforcer sa présence navale en Méditerranée orientale […] Lire la suite

2-29 septembre 1983 Liban – Israël. Violents combats après le retrait partiel israélien

Souk el-Gharb. Le 22, après un nouveau pilonnage du contingent français de la force multinationale à Beyrouth, huit avions Super-Étendard interviennent dans un secteur de la montagne libanaise sous contrôle syrien : quatre batteries d'artillerie sont détruites. Le 25, un accord de cessez-le-feu est conclu grâce à la mission de médiation entreprise  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nikita ELISSÉEFF, « SOUK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/souk/