SODOMA GIOVANNI ANTONIO BAZZI dit (1477-1549)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formé en Lombardie, dans le milieu marqué par Léonard de Vinci, le peintre Sodoma se fixe ensuite à Sienne, s'entourant de beaux jeunes gens et d'une véritable ménagerie : singes, écureuils, ânes nains, geais, chiens et chats ; il en fait d'ailleurs figurer quelques-uns près de lui sur la fresque où il s'est représenté à Monteolivetto Maggiore : il y complète, en effet, de 1505 à 1508, les neuf scènes de la Vie de saint Benoît, œuvre de Signorelli, par vingt-cinq compositions qui font du cloître l'un des ensembles majeurs de la peinture décorative du xvie siècle italien. Pourtant, malgré de jolies scènes (Arrivée des courtisanes au couvent), quelques beaux portraits et d'amusants détails iconographiques, la plupart des compositions manquent de spontanéité (Sodoma s'efforce de « suivre » Signorelli), d'ampleur décorative et de force chromatique. Attiré à Rome par Peruzzi, Sodoma travaille auprès de lui à la Farnésine (1511-1512) : il y peint la célèbre fresque représentant les Noces d'Alexandre et de Roxane, où affleure le souvenir du sfumato de Léonard, de ses types de visage, et où l'ascendant de Raphaël est sensible ; mais le cadre architectural est lourd, encombré par le vol des putti, et la recherche d'une douceur voluptueuse n'évite pas complètement une certaine fadeur. En 1515, Sodoma est de retour à Sienne, il décore avec Girolamo del Pacchia et Domenico Beccafumi l'oratoire de San Bernardino : Saint Louis de Toulouse, Présentation au Temple, Couronnement de la Vierge, Saint Antoine de Padoue, Saint François d'Assise, dont Vasari, pourtant fort sévère pour Sodoma, reconnaît que « la tête est vraiment merveilleuse » (1518). Le peintre donne encore à Sienne une Extase de sainte Catherine (1528) à San Domenico, qui est sans doute son chef-d'œuvre, un décor au Palais public, un autre à la chapelle des Espagnols à Santo Spirito (1530), une Adoration des Mages (1536) à Sant'Agostino, sans parvenir à dégager des influences diverses qu'il a reçues les éléments d'un style vraiment personnel.

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SODOMA GIOVANNI ANTONIO BAZZI dit (1477-1549)  » est également traité dans :

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 752 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Peinture murale et « buon fresco » »  : […] La vraie peinture à fresque, ou buon fresco , demande que la plupart des pigments soient des couleurs terre en suspension exclusivement dans l'eau, et qu'ils soient posés sur un enduit de chaux encore humide. On n'emploie pas de chaux pure pour la peinture à fresque, car elle se resserrerait et craquerait. Pour éviter cet inconvénient, on la mélange d'habitude à du sable, à d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fresque/#i_14191

SIENNOISE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Enzo CARLI
  •  • 4 016 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du XIVe au XIXe siècle »  : […] Les frères Lorenzetti moururent probablement tous les deux durant la peste de 1348 et leur disparition mit fin à la période la plus éclatante de l'école siennoise de peinture. Nombreux furent toutefois les artistes qui, pendant tout le xiv e  siècle, reprirent et répandirent sous des formes originales les expériences et les réussites de ces deux m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-siennoise/#i_14191

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « SODOMA GIOVANNI ANTONIO BAZZI dit (1477-1549) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sodoma/