SOCIALISATION, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Socialisation primaire, socialisation secondaire

On sait que, dans la vie d'un individu, les différents moments de socialisation ne sont pas équivalents. La sociologie s'est efforcée ainsi de différencier les temps et les cadres de la socialisation en séparant notamment la période de socialisation dite « primaire », essentiellement familiale, de toutes celles qui suivent et que l'on nomme « secondaires » (école, groupe de pairs, univers professionnels, institutions politiques, religieuses, culturelles, sportives, etc.). Cette distinction est importante en ce qu'elle rappelle que, dans les premiers moments de la socialisation, l'enfant incorpore dans la plus grande dépendance socioaffective à l'égard des adultes qui l'entourent « le monde, le seul monde existant et concevable, le monde tout court » (Berger et Luckmann, 1966) et non un univers perçu comme relatif. L'impossibilité de prendre conscience des influences socialisatrices est d'autant plus grande que la socialisation est précoce et n'est pas soumise à la comparaison. Dans Le Sens pratique (1980), Pierre Bourdieu parlait à ce propos d'« amnésie de la genèse ». Le fait que la socialisation familiale soit à la fois précoce, intense, durable et, au moins pendant un temps, sans concurrence, explique le poids de l'origine sociale (même grossièrement appréhendée à partir de la catégorie socioprofessionnelle des parents) dans un très grand nombre de comportements ou de préférences étudiés (scolaires, professionnels, culturels, sportifs, alimentaires, esthétiques, etc.).

Et même si elle détient de moins en moins fréquemment le monopole de l'éducation enfantine, la famille ne reste jamais inerte par rapport aux autres cadres socialisateurs potentiels : elle peut être plus ou moins contrôleuse en matière de « fréquentations » et de sorties (surveillant la composition du groupe des pairs fréquentables et limitant le temps passé hors de tout contrôle familial), exercer un rôle de filtre par rappor [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur de sociologie à l'École normale supérieure des lettres et sciences humaines, directeur du Groupe de recherche sur la socialisation

Classification


Autres références

«  SOCIALISATION, sociologie  » est également traité dans :

ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, 
  • Universalis
  •  • 2 657 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éloignement des adultes »  : […] En dehors du temps strictement scolaire, certaines études ont montré que les adolescents passent en moyenne trois heures et demie par jour sans leurs parents ou sans la présence d'autres adultes. En outre, pendant les rares heures où leurs parents sont présents, pour peu que ces derniers restent rivés devant le poste de télévision, les adolescents s'éclipseront pour étudier, jouer, écouter de la […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DES CULTURES URBAINES

  • Écrit par 
  • Virginie MILLIOT
  •  • 4 424 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’empirisme français »  : […] La question des cultures urbaines n’a intéressé que très tardivement les sociologues et anthropologues français. La réception des travaux de l’école de Chicago fut lente, fragmentée et d’emblée polémique. Les interprétations en termes de culture urbaine cherchant à analyser la spécificité des modes de vie et des formes de socialisation en ville ont ainsi fait l’objet d’une forte critique de la pa […] Lire la suite

CROYANCES (sociologie)

  • Écrit par 
  • Romain PUDAL
  •  • 1 225 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historicité de la raison ou peut-on ne pas croire ? »  : […] En réalité, nous adhérons tous à un ensemble de croyances : nous « croyons » que la terre est ronde, que E = mc 2 ou qu’il y a eu la Première Guerre mondiale… Mais comment le savons-nous ? C’est à l’école ou dans nos familles que nous l’avons appris ; bref, nous n’en avons pas l’expérience directe ni même la démonstration la plupart du temps, mais nous y croyons. Les croyances sont donc transmis […] Lire la suite

DÉLINQUANCE

  • Écrit par 
  • Philippe ROBERT
  •  • 4 584 mots

Dans le chapitre « L'étude du phénomène et ses interprétations »  : […] Entre la grande crise économique des années 1880 et la Première Guerre mondiale, les politiques criminelles classiques nées un siècle auparavant dans la filiation du traité Des délits et des peines , du juriste Cesare Beccaria, paru en 1764, subissent contestations et recompositions. Du coup, la délinquance devient objet d'étude et non plus seulement matière à dissertation juridique ou philosophi […] Lire la suite

ÉDUCATION - Types et fins de l'éducation

  • Écrit par 
  • Viviane ISAMBERT-JAMATI
  •  • 3 810 mots

Dans le chapitre « Éducation et stabilité »  : […] Nul ne peut affirmer qu'il existe des sociétés totalement dépourvues d'histoire ; il en est pourtant dont les changements sont si lents qu'elles apparaissent comme stables : stables à l'échelle des millénaires si l'on parle des sociétés occidentales, dans un passé récent. Élever une nouvelle génération, c'est alors essentiellement lui apprendre à reproduire les modèles humains antérieurs. Mais l'i […] Lire la suite

ÉDUCATION - Sociologie de l'éducation

  • Écrit par 
  • François DUBET
  •  • 4 092 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les acteurs et les expériences scolaires  »  : […] L'éducation scolaire ne se réduit ni à l'acquisition de connaissances, ni à la distribution hiérarchique de compétences et de diplômes. En France, plus que dans d'autres pays peut-être, on attend de l'école qu'elle forme des citoyens, qu'elle accomplisse une « éducation morale » disait Émile Durkheim. L'école républicaine forgée par la III e  République a été conçue comme une institution définiss […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - L'enfant dans la société de consommation

  • Écrit par 
  • Benoît HEILBRUNN
  •  • 4 981 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'évolution des modes de transmission »  : […] La famille (et notamment les parents), qui jouait traditionnellement différents rôles dans l'apprentissage de la consommation, se voit également relayée, voire supplantée, par ces autres instances de médiation que sont notamment les médias, l'école et les pairs. Ainsi, les enfants de quatre à sept ans regardent la télévision 1 000 heures par an en moyenne, contre 820 heures passées à l'école. Pou […] Lire la suite

FAMILLE - Sociologie

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'idiome de la famille »  : […] Si les discours et les études sur la famille d'aujourd'hui semblent si répétitifs et monotones, c'est que la famille est autant une structure mentale qu'une structure sociale, un « principe de vision et de division du monde, un nomos que nous avons tous à l'esprit parce qu'il nous a été inculqué à travers un travail de socialisation opéré dans un univers qui était lui-même réellement organisé en […] Lire la suite

HABITUS

  • Écrit par 
  • Frédéric GONTHIER
  •  • 1 520 mots

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Dans son sens initial, l'habitus désigne une disposition acquise et stable relevant de l'éthique ou de la noétique. Dans le domaine éthique, l'habitus fait signe vers la vertu morale. Pour Aristote, l'homme vertueux actualise la manière d'être ( hexis ) sur laquelle il a délibéré (Léon Robin, 1947). La scolastique médiévale accentue le caractère actif de cette définition. L'habitus est la disposit […] Lire la suite

HISTOIRE (Domaines et champs) - Histoire politique

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 645 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les sociétés politiques »  : […] Un second axe de recherches, non moins prometteur, concerne les sociétés politiques. Celles-ci ont donné lieu à d'intéressants travaux, organisés sur le plan international (Wim Blockmans et Jean-Philippe Genet dir., Les Origines de l'État moderne en Europe , 7 vol., à partir de 1996), en ce qui concerne l'Antiquité, le Moyen Âge et les Temps modernes alors que ces sociétés existent sous des formes […] Lire la suite

INSTITUTIONNALISATION

  • Écrit par 
  • Julien FRETEL
  •  • 1 881 mots

Dans le chapitre « Enjeux de pouvoir »  : […] Il n’y a pas d’institutionnalisation sans politique. Il n’y a pas d’objectivation sociale sans enjeu ni conflit. Cela ne se voit jamais aussi clairement qu’au sujet des institutions naissantes comme peuvent l’être les institutions qui façonnent nos régimes politiques. Ainsi, ces processus s’éclairent quand on s’arrête sur l’identité de ceux qui construisent ou instaurent telle ou telle réalité ins […] Lire la suite

INTERPRÉTATION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Gisèle SAPIRO
  •  • 1 183 mots

Issue de l’exégèse des textes religieux, la pratique de l’interprétation est devenue la méthode par excellence des sciences humaines d’étude des textes. Dans les sciences sociales, la question se pose de savoir si les actions humaines peuvent être expliquées ou si elles doivent être interprétées pour pouvoir être comprises. Cette question divise les sciences humaines et sociales depuis la fin du […] Lire la suite

LA CULTURE DES INDIVIDUS. DISSONANCES CULTURELLES ET DISTINCTION DE SOI (B.Lahire) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Vincent DUBOIS
  •  • 1 042 mots

Au fil de ses ouvrages, Bernard Lahire propose une sociologie empirique de la culture articulée à une réflexion sur les modèles d'analyse du monde social. On retrouve ces différentes dimensions avec La Culture des individus (La Découverte, 2004), qui apporte une contribution importante à la sociologie du goût et des pratiques culturelles, et s'inscrit plus largement dans une entreprise de renouve […] Lire la suite

LIBERTÉ, sociologie

  • Écrit par 
  • Arnault SKORNICKI
  •  • 2 001 mots

Dans le chapitre « La constitution sociale de la liberté »  : […] « Les hommes se trompent en ce qu’ils pensent être libres », affirmait Spinoza, qui attribuait cette illusion à l’ignorance qu’ils ont des causes qui expliquent leurs actions. Il fut rejoint en cela par des sociologues parfois qualifiés de « holistes », comme Émile Durkheim : de même que l’ivrogne se croit très libre de se resservir un verre, le suicidé voit dans son geste l’affirmation ultime de […] Lire la suite

LIEN SOCIAL

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 247 mots

Ce vocable peut a priori désigner une simple tautologie, à savoir que les hommes se lient entre eux pour constituer une société. D'un point de vue phénoménologique, il n'est pas déplacé d'indiquer que le « nous » est présent dans tout « moi », dans la mesure où le « moi » de l'individu est précisément façonné par l'action des autres dans le processus pluriel de socialisation. C'est la base de […] Lire la suite

PERCEPTION (sociologie)

  • Écrit par 
  • Gauthier FRADOIS
  •  • 888 mots

Dans un ouvrage qui a révolutionné la théorie de la connaissance, Critique de la raison pure , Emmanuel Kant expose l'existence de deux formes pures de l'intuition sensible, l'espace et le temps, comme fondements a priori de la connaissance du sujet. Ces cadres formels de l'expérience, inhérents à l'esprit humain, sont la condition de possibilité de nos intuitions empiriques, la seule forme sous l […] Lire la suite

POLITISATION

  • Écrit par 
  • Christophe VOILLIOT
  •  • 985 mots

En proposant un schéma de l’apprentissage de la politique dans les campagnes françaises (« La Descente de la politique vers les masses »), dans La République au village , ouvrage paru en 1970, et une chronologie centrée sur la révolution de 1848, l’historien Maurice Agulhon a initié en France un riche débat historiographique que recouvre, au moins partiellement, la notion de politisation. En enco […] Lire la suite

PROFESSIONS SOCIOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel EYMERI-DOUZANS
  •  • 3 415 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La sociologie anglo-américaine des professions  »  : […] C'est durant l'entre-deux-guerres que les universitaires de Grande-Bretagne, puis des États-Unis, ont donné naissance à une tradition de recherches consacrée à cet objet particulier, dont on peut dresser un portrait idéal type en mêlant aux définitions canoniques données dans les articles d'Abraham Flexner (1915) et de Harold L. Wilensky (1964) les apports plus récents d'Eliot Freidson (1986) et d […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DE L'ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Henri LEHALLE
  •  • 1 023 mots

Dans le chapitre « Les adolescents entre eux »  : […] Au moment de l’adolescence, les groupes de pairs ont principalement deux fonctions : une fonction de soutien qui se manifeste dans les relations amicales et une fonction d’expérimentation et d’exploration qui peut aller jusqu’à tester la réaction des autorités. Mais les interactions entre adolescents ne sont pas toujours idylliques. La socialisation avec les pairs ne s’oppose pas fondamentalement […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard LAHIRE, « SOCIALISATION, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisation-sociologie/