SILENCE, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le silence représente une valeur temporelle qui permet, en musique tonale, de séparer et de différencier des sons afin de mettre en exergue leurs relations (cf. tableau Les valeurs et les silences de l'article notation musicale). Pause ou ponctuation, le silence sera longtemps utilisé comme un des moyens expressifs dont dispose le compositeur, sans pour autant atteindre en importance celle de la dynamique, du timbre, de l'harmonie ou de la mélodie.

Il faudra attendre Claude Debussy pour qu'à l'aube du xxe siècle le silence devienne un paramètre à part entière de la composition musicale. Anton von Webern et Edgar Varèse s'en serviront ensuite avec une conscience accrue. De même John Cage, qui, détournant cette notion dans sa pièce 4'33'' (« donnée » pour la première fois à Woodstock le 29 août 1952, par David Tudor), où le pianiste reste assis face à son instrument sans jouer une seule note durant ce laps de temps, fera ressortir le fait que le silence est toujours pollué par des sons ambiants imprévisibles, dénués de toute intention musicale.

Par la suite, des compositeurs héritiers de cultures non européennes comme les Français Nguyen-Thien Dao (d'origine vietnamienne), Yoshihisa Taïra (d'origine japonaise) ou Ahmed Essyad (d'origine marocaine), ou encore l'Allemand Isang Yun (d'origine coréenne) introduiront dans leurs musiques des silences structurels, aux résonances philosophiques et métaphysiques, qui transcendent la simple valeur temporelle de ce paramètre.

—  Alain FÉRON

Écrit par :

  • : compositeur, critique, musicologue, producteur de radio

Classification


Autres références

«  SILENCE, musique  » est également traité dans :

CAGE JOHN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 669 mots

5 septembre 1912 John Milton Cage, Jr., naît à Los Angeles. 1938 John Cage entame ses recherches sur le piano préparé à la Cornish School of the Arts de Seattle. 1939 John Cage compose Imaginary Landscape n o  1 , qui constit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cage-reperes-chronologiques/#i_40880

NOTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Mireille HELFFER, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 5 222 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les signes »  : […] La portée, constituée de cinq lignes horizontales parallèles, permet de situer les douze notes de la gamme chromatique les unes par rapport aux autres. Leur hauteur est déterminée par la clé figurant à l'extrémité de la portée. Des sept clés existantes, seules quatre sont encore en usage ( sol , ut 1 re , ut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-musicale/#i_40880

PAUSE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 108 mots

Signe musical correspondant à un silence dont la durée équivaut à celle d'une ronde. C'est un trait gras qui est placé au-dessous de la quatrième ligne de la portée. La demi-pause est une figure qui correspond au silence dont la durée équivaut à celle d'une blanche. Le trait qui la signifie se place au-dessus de la troisième ligne de la portée. Cependant, lorsqu'il y a plusieurs voix inscrites sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pause-musique/#i_40880

RYTHME, musique

  • Écrit par 
  • Nicole LACHARTRE
  •  • 5 566 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le rythme, un ordre dans le temps »  : […] On a vu, dans les premiers exemples de cette étude, le rythme apparaître par la différenciation plus ou moins subtile des durées, et de leur distribution, et par l'accentuation. Ce sont là, en effet, ses domaines spécifiques, mais il est si essentiellement lié aux autres composantes de la musique qu'on peut généraliser la notion de rythme et l'appliquer à un mode d'occupation du temps auquel parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rythme-musique/#i_40880

SCIARRINO SALVATORE (1947- )

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 354 mots

Après les disparitions de Donatoni en 2000 et de Berio en 2003, Sciarrino est devenu le plus important des compositeurs italiens en activité. Son œuvre figure parmi les plus originales de la fin du xx e  siècle et du début du xxi e  : il existe véritablement un « son Sciarrino », immédiatement ide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvatore-sciarrino/#i_40880

SOUPIR, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 46 mots

Le signe ᴓE représente graphiquement le soupir, qui équivaut à un silence correspondant à la durée d'une noire. Le double d'un soupir, la demi-pause, équivaut à une blanche, le demi-soupir à une croche, et le quart de soupir à une double-croche. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soupir-musique/#i_40880

THÈME, musique

  • Écrit par 
  • Sophie COMET
  •  • 1 036 mots

Un thème est un motif mélodique ou rythmique ou mélodico-rythmique, parfois harmonique, suffisamment typé pour être facilement reconnaissable, et suffisamment riche pour être développé, varié, transposé ou transformé. Ce terme fut précédé de bien d'autres vocables au cours de l'histoire : cantus ( firmus ), ténor ou teneur, phrase, idée musicale, sujet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theme-musique/#i_40880

WEBERN ANTON VON

  • Écrit par 
  • Jean-Yves BOSSEUR
  •  • 2 439 mots

Dans le chapitre « Naissance d'une pensée sérielle »  : […] L'épuration se radicalise dans les Six Pièces pour grand orchestre, opus 6, et les Quatre Pièces pour violon et piano, opus 7. Le choix de « petites formes » n'est pas sans évoquer certaines formes d'art oriental, notamment le haikai japonais. Webern semble prendre plus nettement ses distances vis-à-vis de Schönberg ; à partir de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anton-von-webern/#i_40880

Pour citer l’article

Alain FÉRON, « SILENCE, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/silence-musique/