ROME SEPT COLLINES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nombre de villes se sont établies dans des sites géographiques élevés ou particuliers, qui non seulement leur assurent une manière de protection naturelle, mais encore les placent sous l'autorité bienveillante et rassurante des divinités. Les collines à l'abri desquelles Rome s'est développée forment une sorte d'amphithéâtre à l'est dont le Tibre à l'ouest occuperait la scène ; elles sont au nombre de sept : Aventin, Palatin, Capitole, Quirinal, Viminal, Esquilin et Cœlius (ou Caelius). Elles culminent entre 46 et 69 mètres. C'est au contact de ces sept collines, inspirées par les dieux et les génies, ou sur leurs sommets que Rome, au moment de sa fondation officielle et légendaire par Romulus et Rémus en ~ 753, entre dans l'histoire. Le plus ancien hameau a été découvert sur l'Aventin, autrefois couvert de bois, avec de nombreuses sources ; et c'est là que Rémus consulta les dieux pour savoir qui de lui ou de son frère Romulus régnerait un jour. Sur le Palatin, qui deviendra le domaine privilégié des empereurs et de leur cour, les bergers romains faisaient paître à l'origine leurs troupeaux, et c'est l'un d'entre eux qui découvrit la Louve allaitant les Jumeaux ; c'est aussi autour du Palatin que Romulus trace l'enceinte de la ville, en creusant un sillon avec sa charrue. Sur l'Esquilin et sur le Cœlius, d'autres villages sont bâtis. Dès les premiers temps de la Rome royale, les villages du Palatin, de l'Esquilin et du Cœlius forment une confédération appelée Septimontium (les sept sommets des trois collines) tandis que, à leur tour, le Quirinal, le Viminal et le Capitole se couvrent de hameaux. Les Étrusques occupent le Latium et le site de Rome, et fondent, à partir de ces villages dispersés sur six collines, une véritable ville, unifiée et cohérente, qui s'étend jusqu'à l'Aventin.

Hauts lieux de la politique, des conflits sociaux, des cérémonies religieuses ou des fêtes païennes, ces collines sont chargées d'histoires, fabuleuses ou vraies, glorieuses et tragiques, à tel point que deux de ces collines sont passées dans des adages encore employés aujourd'hui : « Il n'y a pas loin du Capitole à la roche Tarpéienne » et « se retirer sur l'Aventin ».

—  Joël SCHMIDT

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification


Autres références

«  ROME SEPT COLLINES DE  » est également traité dans :

PALATIN, Rome, archéologie

  • Écrit par 
  • Manuel ROYO
  •  • 3 889 mots

Dans le chapitre « Le Palatin primitif et républicain »  : […] Des traditions légendaires, dont quelques-unes sont rapportées par Virgile ( Énéide , VIII), font état d'une occupation du Palatin avant la prétendue fondation de Romulus. Pour certains auteurs antiques, le nom de la colline viendrait de Palès, divinité italique des troupeaux, dont la fête, le 21 avril, coïncide étrangement avec celui de la fondation de Rome. Pour d'autres, des immigrés grecs, d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palatin-rome-archeologie/#i_42389

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Les origines

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 5 635 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie de la Rome primitive »  : […] Quelle réalité recouvre ce récit haut en couleur qui donne à la Rome des origines l'apparence d'une cité en plein essor et commençant à exercer sa domination sur le Latium ? L'archéologie et l'histoire religieuse et politique conduisent à tracer un tableau bien différent de ces débuts romains. Le Latium était occupé, dès le début du I er  millénaire avant J.-C., par des tribus latines qui s'étaien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-les-origines/#i_42389

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « ROME SEPT COLLINES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sept-collines-de-rome/