SÉLÉNIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sources et utilisations. Toxicité

Le sélénium a constitué un sous-produit de l'acide sulfurique tant que celui-ci a été obtenu par le procédé des chambres de plomb. Maintenant, il provient essentiellement des boues anodiques obtenues lors de l'affinage électrolytique du cuivre qui contiennent aussi Te, Cu, Pb, Au, Ag, etc. Ces boues peuvent être soumises à un traitement oxydant par voie sèche (grillage en milieu alcalin) ou par voie humide (action de H2SO4 concentré bouillant). Le dioxyde de sélénium distille. Recueilli dans un système de Cottrell, il est ensuite réduit par action de SO2. Un autre procédé consiste à transformer Se et Te en sélénite et tellurite alcalins par action de la soude à chaud. Après mise en solution aqueuse on précipite successivement le dioxyde de tellure hydraté, par neutralisation, à l'aide d'acide sulfurique, puis le sélénium, par décomposition de l'acide sélénieux restant au moyen de SO2.

Les propriétés électriques du sélénium, notamment l'accroissement de sa conductivité quand il est exposé à la lumière, sont mises à profit dans les cellules photoélectriques photoconductrices, dans les photopiles (effet photoélectrique), les redresseurs de courant alternatif (redresseur fer-sélénium), la xérographie pour la reproduction de documents et les plaques au sélénium utilisées en radiographie. Il est aussi utilisé comme colorant rouge des verres et des céramiques et comme élément d'appoint dans certains aciers, pour diminuer la sensibilité à la corrosion et augmenter la résistance aux chocs thermiques. Enfin, il pourrait entrer dans la composition d'écrans destinés à recueillir les images fournies par des sources d'infrarouge.

Le sélénium solide est relativement inoffensif. En revanche, les vapeurs de sélénium et le séléniure d'hydrogène sont fortement toxiques. Les sélénites et les séléniates solubles ainsi que les dérivés organiques doivent entre autres être manipulés avec précaution. La dose maximale de sélénium ou de composés du sélénium généralement tolérée dans l'air est de 0,1 mg/m3.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de chimie physique et inorganique et de physico-chimie du solide à l'université de Limoges

Classification


Autres références

«  SÉLÉNIUM  » est également traité dans :

CADMIUM

  • Écrit par 
  • Alexandre TRICOT
  •  • 8 048 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Pigments de cadmium »  : […] Un mot sur le sélénium qui joue un rôle important dans l'association de ses sulfures avec ceux du cadmium. Par une coïncidence historique pour le moins assez inattendue, c'est Jöns Jacob Berzelius, chimiste suédois, un des savants précurseurs de la chimie moderne, qui, en 1817, découvrit cet élément dans les chambres de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cadmium/#i_19954

CARLSON CHESTER FLOYD (1906-1968)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 425 mots
  •  • 1 média

est très différent de la photographie : on recouvre un tambour pouvant tourner sur lui-même d'une couche de sélénium positivement chargé et on focalise sur cette surface l'image d'un document à reproduire. Le sélénium étant photoconducteur, la lumière rend électriquement neutres ses ions sauf sur les parties sombres de l'image projetée. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chester-floyd-carlson/#i_19954

MATIÈRE (physique) - État solide

  • Écrit par 
  • Daniel CALÉCKI
  •  • 8 606 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les solides covalents »  : […] Avec des atomes de sélénium, qui contiennent six électrons de valence, on peut établir deux liaisons covalentes. Les atomes de sélénium se lient ainsi les uns aux autres et se retrouvent situés sur une hélice. Pour construire un cristal, il faut encore imaginer que les hélices s'empilent parallèlement les unes aux autres en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matiere-physique-etat-solide/#i_19954

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Rôle des oligoéléments indispensables »  : […] métalloprotéine à nickel. Chez les animaux et l'homme, le molybdène est présent dans la xanthine oxydase (métabolisme de l'acide urique) et l'aldéhyde oxydase. Le sélénium est un constituant, à l'état de sélénocystéine, de la peroxydase du glutathion, protéine enzymatique dont l'activité assure la protection des érythrocytes contre l'eau oxygénée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oligoelements/#i_19954

TELLURE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 380 mots

Symbole chimique : Te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tellure/#i_19954

VITREUX ÉTAT

  • Écrit par 
  • Jean FLAHAUT
  •  • 5 094 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure des verres »  : […] nous limitant aux verres binaires – mais le phénomène est semblable dans les verres de compositions plus complexes –, nous prendrons l'exemple des verres formés par le sélénium et l'arsenic. On peut obtenir des verres pour toute composition allant de Se pur à As0,6 Se0,4, et englobant donc les composés définis As2Se3 et AsSe (soit As […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-vitreux/#i_19954

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GAUDREAU, « SÉLÉNIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/selenium/