SOVIÉTIQUE SCIENCE-FICTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le folklore slave, qui fait volontiers siennes les mythologies orientales, et l'héritage byzantin, soumis à l'influence intermittente de l'Occident, telles sont les sources où puisent les courants séculaires de la littérature russe — le merveilleux et l'utopie. Souvent séparés, ils se fondent dans la légende de Kitèj, la ville des justes cachée au fond des eaux. Le fantastique rationalisé, lui, s'affirme avec force au milieu du xviiie siècle, accompagnant le Staatsroman classiciste et ses variantes radicales ou conservatrices, utopiques ou anti-utopiques (V. Trediakovski, A. Soumarokov, M. Kheraskov, A. Chtcherbatov, A. Radichtchev) ; Le Nouveau Voyage (1784) de V. Levchine, alliant la description d'un État idéal (lunaire) à la critique sociale et à la vulgarisation scientifique, est déjà de la science-fiction. Le xixe siècle romantique libère l'imaginaire ; à côté du fantastique, dont Gogol est le maître, la science-fiction « explose » sous la plume de V. Küchelbecker, A. Senkovski, F. Boulgarine, A. Veltman et surtout V. Odoïevski (Les Nuits russes, 1820-1844 ; L'Année 4338, 1840). Elle trouve ses procédés modernes entre les voyages dans le temps et les extrapolations sociales et technologiques. Mais le radicalisme positiviste en vogue va accuser l'imaginaire de fuir la réalité. Par un mouvement inverse, l'utopie s'infiltre dans le récit social, dans la satire, pour donner des livres retentissants de Tchernychevski, Dostoïevski, Saltykov-Chtchedrine. Mais il faudra attendre la révolution du symbolisme pour que la science-fiction s'épanouisse. Ses modèles sont Verne, Flammarion, Wells, mais aussi Odoïevski, Dostoïevski, l'apocalyptique V. Soloviev et N. Fedorov, ce penseur étonnant dont le projet soumet l'univers à la volonté humaine et abolit la mort. Fedorov influencera notamment les rêves de K. Tsiolkovski — le père de l'astronautique russe —, l'œuvre du symboliste V. Brioussov, celle du futuriste V. Khlebnikov, inventeur d'une langue « stellaire ». Les romans « martiens » de A. Bogdanov (L'Étoile rouge, 1908 ; L'Ingénieur Menni, 1913) présentent sa synthèse du fédorovisme, du taylorisme et du marxisme.

Konstantin Edouardovitch Tsiolkovski

Photographie : Konstantin Edouardovitch Tsiolkovski

Le savant russe Konstantin Tsiolkovski (1857-1935) est le premier théoricien de l'astronautique. Véritable précurseur, il expose dès le début du XXe siècle le principe de la propulsion par réaction. Tsiolkovski est aussi l'auteur d'ouvrages de science-fiction. Convaincu que « l'humanité... 

Crédits : Tass-Sovfoto

Afficher

L'année 1917 sonne la venue d'une ère nouvelle. Le Proletkult exalte l'homme nouveau taylorisé. Les poètes paysans chantent Kitèj retrouvé (mais leur joie ne survivra pas au communisme de guerre). Le roman utopique fait partie de la nouvelle littérature. Des récits paraissent en grand nombre, qui racontent le monde à venir après l'écrasement final du capitalisme. La science-fiction prête tous ses moyens à ce genre didactique et récréatif, illustré par les romans de A. N. Tolstoï (Aelita, 1922) et de A. Béliaev, le « Jules Verne russe ». Mais des auteurs majeurs mettent en doute l'utopie et le système qui la réalise : E. Zamiatine (Nous autres, 1920), M. Boulgakov (Cœur de chien, 1925), A. Platonov (Tchévengour, 1927). Ces œuvres n'ont pas été publiées en U.R.S.S. avant les années 1980. Dès 1931, l'utopie est, elle aussi, condamnée ; dépassant la « réalité » idéologique, elle n'a pas sa place dans la littérature du réalisme socialiste. Seule survit la science-fiction vaguement technologique pour enfants. Les choses ne changent qu'avec le Dégel : l'utopie de I. Efremov (La Nébuleuse d'Andromède, 1956) ouvre le jeu. On publie la science-fiction occidentale. Pendant une quinzaine d'années, dans le cadre de la science-fiction, on expérimente la satire, l'anti-utopie, l'utopie libérée du diktat idéologique, le roman métaphysique et mystique. Le Cercle de lumière (1965) de A. Gromova, L'Escargot sur la pente (1966), La Troïka (1968), Les Mutants du brouillard (1968) de A. et B. Strougatski, L'Heure du taureau (1970) d'Efremov, La Sculpture (1970) de G. Gor, les récits de I. Varchavski, A. Charov, V. Savtchenko, comptent parmi les œuvres les plus importantes dans la littérature soviétique des années 1960-1970. Cette « nouvelle science-fiction » se réfère à la tradition de Zamiatine, Fedorov, Dostoïevski, et s'interroge sur l'histoire, sur les rapports entre l'individu et la société, l'homme et la nature, l'homme et l'univers. Une telle interrogation donne la réplique au courant fantastique et anti-utopique du Samizdat (A. Siniavski, I. Daniel, N. Bokov, A. Zinoviev et les frères Strugatski). Mais l'i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SOVIÉTIQUE SCIENCE-FICTION  » est également traité dans :

EFREMOV IVAN ANTONOVITCH (1907-1972)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 488 mots

Paléontologiste et écrivain soviétique. Efremov commença ses études à Leningrad après la Première Guerre mondiale sous la direction de l'académicien P. Souchkine (1922). À partir de 1929, il fut collaborateur technique au Musée de géologie de Leningrad et y termina ses études à l'Institut des mines (1935). Il obtint son doctorat ès sciences en 1940. Il succéda à son maître comme directeur des labo […] Lire la suite

Pour citer l’article

Leonid HELLER, « SOVIÉTIQUE SCIENCE-FICTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/science-fiction-sovietique/