IENG SARY (1925-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique cambodgien, Ieng Sary fut vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Kampuchea démocratique de 1975 à 1979, sous le régime des Khmers rouges dirigé par Pol Pot, son beau-frère. À ce titre, il fut accusé d'être un des responsables de la mort de plus d'un million de personnes.

Ieng Sary, de son vrai nom Kim Trang, naît le 24 octobre 1925, dans la province de Tra Ninh, au Vietnam, alors en Indochine française. Il fait ses études avec Saloth Sar (qui adopte par la suite le nom de Pol Pot) à Phnom Penh, puis à Paris, à l'Institut d'études politiques. Il adhère alors au Parti communiste français et épouse Khieu Thirith, dont la sœur se mariera plus tard avec Pol Pot. De retour au Cambodge, il enseigne l'histoire tout en poursuivant son parcours révolutionnaire. Après la prise du pouvoir par les Khmers rouges en 1975, Ieng Sary use de ses nouvelles fonctions gouvernementales et de son image d'intellectuel respecté pour persuader des membres de l'élite nationale exilés de rentrer au Cambodge, où ils sont arrêtés, torturés et souvent assassinés. Lorsque l'intervention vietnamienne chasse les Khmers rouges en 1979, Ieng Sary s'enfuit en Thaïlande puis en Chine, avant de s'installer en 1982 à Pailin, dans l'ouest du pays, près de la frontière thaïlandaise, un réduit resté sous le contrôle des Khmers rouges après la chute du régime. Contre toute attente, il fait défection en 1996, avec plus d'un millier de soldats rebelles à ses ordres, et négocie avec le roi Norodom Sihanouk, qui lui accorde l'amnistie. En 2006, un tribunal spécial chargé, sous supervision de l'O.N.U., de juger les responsables des crimes perpétrés sous le régime des Khmers rouges est installé. Ieng Sary et son épouse sont arrêtés en novembre 2007, ainsi que plusieurs autres dirigeants khmers rouges. Ils sont accusés de crimes contre l'humanité. Le tribunal ajoute pour celui qu'on appelait aussi « Frère numéro trois » des Khmers rouges l'inculpation pour génocide en 2009. Ieng Sary est toujours en détention, dans l'attente de son procès, lorsqu'il meurt le 14 mars 2013, dans un hôpital de Phnom Penh.

—  Melinda C. SHEPHERD

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IENG SARY (1925-2013)  » est également traité dans :

IENG THIRITH (1932-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 387 mots

Femme politique cambodgienne, Ieng Thirith fut une figure centrale du régime khmer rouge de Pol Pot (1975-1979). À ce titre, elle est considérée comme coresponsable de la mort de plus d’un million de personnes. Khieu Thirith est née le 10 mars 1932 dans la province de Battambang dans l’ouest du Cambodge, alors en Indochine française. Issue de la haute société cambodgienne – son père est juge –, el […] Lire la suite

Les derniers événements

Cambodge. Condamnation de l'ancien tortionnaire khmer rouge « Douch ». 26 juillet 2010

l'humanité ». Douch, qui interjette appel, est le premier responsable du régime de Pol Pot, en place de 1975 à 1979, à être jugé. Quatre autres personnalités du régime doivent également l'être: l'ancien président Khieu Samphan, l'ancien numéro deux du régime Nuon Chea, l'ancien ministre des Affaires étrangères Ieng Sary et son épouse Ieng Thirith. […] Lire la suite

Cambodge. Inculpation de génocide contre quatre anciens dirigeants Khmers rouges. 14-21 décembre 2009

notifie à Ieng Sary, l'ancien ministre des Affaires étrangères de Pol Pot, qu'il est aussi accusé de génocide. Le 18, l'ancien chef de l'État du régime des Khmers rouges Khieu Samphan, déjà poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, est inculpé de génocide. Défendu notamment […] Lire la suite

Cambodge. Poursuite du procès des Khmers rouges. 2-16 septembre 2009

, Khieu Samphan, ex-président, Ieng Sary, ex-ministre des Affaires étrangères et son épouse. Les autorités cambodgiennes réagissent violemment et refusent que les juges s'emparent de ces dossiers, arguant que cela ouvrirait la voie à une nouvelle guerre civile. Le déroulement du procès est menacé […] Lire la suite

Cambodge. Arrestation d'anciens dirigeants khmers rouges. 12-19 novembre 2007

Le 12, la police du tribunal chargé, sous supervision de l'O.N.U., de juger les responsables des crimes perpétrés sous le régime des Khmers rouges de 1975 à 1979 arrête à leur domicile de Phnom Penh Ieng Sary et son épouse Ieng Thirith. Ieng Sary était vice-Premier ministre et ministre […] Lire la suite

Cambodge. Arrestation annoncée de Pol Pot. 11-20 juin 1997

dirigeant du régime khmer, Ieng Sary, en septembre 1996. Ieng Sary et ses hommes, qui ont fondé le Mouvement national uni démocratique, gèrent depuis cette date, de façon quasi autonome, la région des camps de Pailin et Phnom Malaï, dans l'ouest du pays. Le 14, Norodom Ranariddh annonce que Son Sen a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Melinda C. SHEPHERD, « IENG SARY - (1925-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sary-ieng/