IENG THIRITH (1932-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Femme politique cambodgienne, Ieng Thirith fut une figure centrale du régime khmer rouge de Pol Pot (1975-1979). À ce titre, elle est considérée comme coresponsable de la mort de plus d’un million de personnes.

Khieu Thirith est née le 10 mars 1932 dans la province de Battambang dans l’ouest du Cambodge, alors en Indochine française. Issue de la haute société cambodgienne – son père est juge –, elle fait ses études au lycée Sisowath de Phnom Penh, où elle rencontre Ieng Sary. Elle part ensuite pour Paris où elle étudie la littérature anglaise à la Sorbonne. Là, elle se marie en 1951 avec Ieng Sary à la mairie du XVe arrondissement et fréquente avec son mari les cercles anticolonialistes. En 1956, ils participent tous deux à la création de l’Union des étudiants khmers. Après leur retour au Cambodge, en 1957, Ieng Thirith et son époux exercent comme enseignants et rejoignent le mouvement révolutionnaire khmer rouge. Ils passent plus de dix ans avec les forces de la guérilla, cachés dans la jungle, jusqu’au renversement de Norodom Sihanouk en 1975 et l’établissement du Kampuchea démocratique, dirigé par Pol Pot. Ieng Thirith est la belle-sœur du dirigeant, qui est marié avec sa sœur Khieu Ponnary. Elle devient ministre des Affaires sociales du régime khmer rouge tandis que son mari, Ieng Sary, est nommé vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères.

Quand le régime s’effondre, en 1979, ils se réfugient dans le maquis à la frontière thaïlandaise, à Pailin. Cependant, en 1996, Ieng Sary se rallie, contre toute attente, au gouvernement et se voit garantir l’immunité. Le couple vit tranquillement à Phnom Penh jusqu’en 2007, date à laquelle tous deux sont arrêtés. Ieng Thirith est inculpée en 2010 pour génocide, crimes contre l’humanité et violations graves des conventions de Genève de 1949 par un tribunal spécial parrainé par l’O.N.U., les Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens. Atteinte de démence progressive, Ieng Thirith est déclarée inapte à être jugée en 2012. Le tribunal la remet alors en liberté, mais la place sous contrôle judiciaire. Elle meurt le 22 août 2015 à Pailin.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  IENG THIRITH (1932-2015)  » est également traité dans :

IENG SARY (1925-2013)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  •  • 385 mots

Homme politique cambodgien, Ieng Sary fut vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Kampuchea démocratique de 1975 à 1979, sous le régime des Khmers rouges dirigé par Pol Pot, son beau-frère. À ce titre, il fut accusé d'être un des responsables de la mort de plus d'un million de personnes. Ieng Sary, de son vrai nom Kim Trang, naît le 24 octobre 1925, dans la province de Tra Nin […] Lire la suite

Les derniers événements

7 août 2014 Cambodge. Condamnation des derniers dirigeants khmers rouges

Ieng Sari est décédé en 2013, et son épouse Ieng Thirith a été déclarée inapte à être jugée.  […] Lire la suite

14-21 décembre 2009 Cambodge. Inculpation de génocide contre quatre anciens dirigeants Khmers rouges

Ieng Thirith, ex-ministre des Affaires sociales et épouse de Ieng Sary, est à son tour inculpée de génocide. Ces quatre derniers anciens dirigeants khmers rouges encore en vie sont détenus et devraient être jugés en 2011.  […] Lire la suite

12-19 novembre 2007 Cambodge. Arrestation d'anciens dirigeants khmers rouges

Ieng Sary et son épouse Ieng Thirith. Ieng Sary était vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du régime khmer rouge, Ieng Thirith était ministre des Affaires sociales. Tous deux sont accusés de crimes contre l'humanité. Condamné à mort par contumace après la chute du régime de Pol Pot, Ieng Sary avait été gracié en septembre 1996  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« IENG THIRITH - (1932-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thirith-ieng/