SARVĀSTIVĀDIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Membres de la secte bouddhiste du Petit Véhicule, issue de la branche mère des Sthavira, sans doute en ~ 244 ou ~ 243, au cours d'un concile réuni à Pātaliputra, sous le règne d'Asoka. Cette assemblée, qui était présidée par Maudgalyāyana ou par Moggaliputta Tissa, repoussa les thèses nouvelles du sarvāstivāda, lesquelles énonçaient principalement que tout existe (sarvam asti), c'est-à-dire aussi bien le passé que le présent ou le futur, ou, plus précisément, qu'un dharma (chose) donné existe à ces trois époques selon des modalités différentes (par exemple, une femme est à la fois mère et fille). Des docteurs ont proposé diverses explications de cette théorie, tels Dharmatrāta, Ghoshaka, Vasumitra et Buddhadeva. Malgré son appartenance aux trois temps, un dharma est momentané (kshanika), il ne dure qu'un instant.

Les Sarvāstivādin classent les dharma en deux catégories : les dharma conditionnés, au nombre de soixante-douze, et les dharma inconditionnés, au nombre de trois, qui sont l'espace (ākāsha) et les deux sortes de Nirvāna. Ils ont, d'autre part, élaboré une théorie de l'atome (philosophique et mental) et en distinguent trois sortes. En ce qui concerne le Buddha, ils lui reconnaissent trois corps : un corps historique matériel (rūpakāya) ou corps de rétribution (vipākakāya) ; un dharmakāya, fait de dharma conditionnés mais purs ; un grand nombre de nirmānakāya. Avant d'être Buddha, le bodhisattva a poursuivi sa carrière durant trois périodes incalculables (asamkhyeyakalpa) et cent kalpa. Cela ne veut pas dire que les Sarvāstivādin tenaient pour l'existence d'une entité personnelle transmigrant au cours des existences. Il n'existe que des séries psychologiques (de dharma) qui prennent possession (prāpti) de l'acte. Cette possession est momentanée, comme tous les dharma, et engendre aussitôt une nouvelle possession jusqu'au moment où l'acte produit son fruit (vipākaphala).

Outre ces théories, un autre élément avait contribué à séparer les Sthavira et les Sarvāstivādin : le fait qu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SARVASTIVADIN  » est également traité dans :

BOUDDHIQUES CONCILES

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 1 137 mots

Plus que toute autre tradition bouddhique, la tradition concernant les conciles, du moins les premiers d'entre eux, est suspecte. Les sources à ce sujet sont constamment en désaccord, altérées par le merveilleux et l'invraisemblable. Et, surtout, elles ont été manipulées par les diverses écoles qui ont cherché, par là, à s'assurer une ancienneté qu'elles n'avaient pas, ou à authentifier des thèses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conciles-bouddhiques/#i_26960

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Dans le chapitre « Les schismes et les sectes »  : […] La communauté monastique ne demeura unie que pendant un siècle après le Parinirvāṇa, puis elle se divisa en une vingtaine de sectes au cours des cinq ou six siècles qui suivirent. Si vives qu'aient été les querelles aboutissant à ces divisions, les relations demeurèrent en général assez bonnes entre les adhérents de ces divers groupes et ne donnèrent que rarement lieu à des conflits aigus. Le prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-litteratures-et-ecoles-bouddhiques/#i_26960

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des Gupta au XIIe siècle »  : […] La transformation la plus importante du bouddhisme est la formation d'une nouvelle branche qui n'a pas fait disparaître les anciennes écoles, mais a donné une nouvelle histoire à la religion. Il n'y a pas de date de schisme qui en marque la naissance. Il y a constitution progressive de nouvelles orientations, le plus souvent dues à de fortes personnalités. Elle se sont donné le nom de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-indien/#i_26960

DHARMAKĀYA

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 206 mots

Le terme sanskrit dharmakāya signifie « corps de la loi » et apparaît déjà dans les textes les plus anciens du bouddhisme par opposition aux pūtikāya , « corps de pourriture » et aux manomayakāya , « corps spirituels » avec lesquels le Buddha se déplace dans les univers. Le dharmakāya représente alors l'ensemble des doctrines enseignées par le Buddha. Po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dharmakaya/#i_26960

VASUBANDHU (entre IVe et VIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 178 mots

Frère cadet du célèbre maître bouddhiste Asanga, Vasubandhu se distingua d'abord de celui-ci, à en croire la légende, en adhérant au Petit Véhicule (Hīnayāna), dont on dit même qu'il devint un docteur. Il aurait ensuite été converti par son aîné aux doctrines du Grand Véhicule (Mahāyāna) et plus particulièrement à celles de l'école du Vijñānavāda, dont Asanga passe pour être le fondateur. Après sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vasubandhu/#i_26960

Pour citer l’article

Jean-Christian COPPIETERS, « SARVĀSTIVĀDIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarvastivadin/