BOTTICELLI SANDRO (1445-1510)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les thèmes néo-platoniciens

L'atelier florentin

Celui-ci, en 1481, part pour Milan où l'appelle Ludovic le More. Botticelli retrouve à Florence son atelier, ses élèves, dont le nombre s'accroît, ses clients qui lui demandent surtout des Madones et des tableaux de dévotion. Ses travaux à Rome lui ont acquis pourtant une nouvelle réputation comme fresquiste : il reçoit, pour le palais de la Seigneurie, la commande d'un décor qu'il n'exécutera pas. Un peu plus tard, Laurent de Médicis le charge de peindre, avec Filippino Lippi et ses anciens compagnons de la Sixtine le Pérugin et Ghirlandaio, une série de compositions mythologiques, aujourd'hui détruites, dans une villa qu'il possédait près de Volterra. Pour juger donc de l'activité de Botticelli fresquiste durant cette période, il nous reste les scènes allégoriques de la villa Lemmi, maintenant au Louvre : une jeune femme recevant les dons de Vénus et des Grâces, un adolescent introduit dans le cercle des Arts libéraux. Pour illustrer ces thèmes néo-platoniciens, Botticelli, infiniment plus libre dans son expression qu'il ne l'était à la Sixtine, retrouve par la sérénité des compositions, par l'accord subtil des couleurs claires, l'atmosphère de grâce et de poésie qui est celle du Printemps. Il revient d'autre part aux compositions mythologiques. Après Mars et Vénus où l'on a vu parfois une allusion aux amours de Julien de Médicis et de Simonetta, il peint Minerve et le Centaure, symbole de la sagesse triomphant de la violence et du désordre : la robe de la déesse est semée d'anneaux surmontés d'un diamant, l'un des emblèmes médicéens. La Naissance de Vénus enfin, exécutée comme Le Printemps pour Lorenzo di Pierfrancesco, illustre un sujet antique bien connu, l'Aphrodite Anadyomène d'Apelle, décrite par Pline, puis par Politien. Botticelli y trouve le point de départ d'une évocation merveilleuse, soutenue par des modulations graphiques d'une virtuosité incomparable. L'attitude de la déesse est celle de la Vénus pudique souvent représentée dans la statuaire antique. Mais Botticelli lui a donné le visage de ses Madones, et celui de ses anges aux zéphyrs qui la poussent vers le rivage.

Minerve domptant Centaure, S. Botticelli

Photographie : Minerve domptant Centaure, S. Botticelli

Sandro Botticelli, «Minerve domptant Centaure», vers 1482. Huile sur bois, 207 cm × 148 cm. Galerie des Offices, Florence. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Vers l'irréalisme

Dans les grands retables qu'il peint à la même époque, l'acuité d'observation, le souci d'un certain réalisme dans l'individualisation des personnages ont cédé peu à peu la place à une stylisation presque maniériste qui vise, semble-t-il, à libérer la représentation de références terrestres trop précises pour la hausser au niveau idéal de la vision mystique. Sur le tableau de La Vierge à l'Enfant entre les deux saints Jean, peint en 1485, le visage de l'Évangéliste est buriné comme celui d'un vieillard dont la vie a été consacrée à l'étude et à la réflexion. Son compagnon, émacié, anguleux, est un ermite surgi du désert. L'année suivante, Botticelli prêtera ses traits au centaure dompté par Minerve, car les êtres qu'il peint deviennent ses propres créations, les habitants de son univers particulier. Dans le Retable de San Barnaba, un peu postérieur, le profil de sainte Catherine est celui d'une jolie Florentine, qui évoque à la fois la Vénus du tableau de Londres et la jeune femme recevant les dons des Grâces, sur la fresque du Louvre. Mais, dans l'ensemble, le tableau indique une évolution : le canon des figures s'allonge, les regards se perdent dans un rêve intérieur.

Pour Le Couronnement de la Vierge, peint sans doute vers 1488, pour l'autel de la corporation des orfèvres à Saint-Marc, Botticelli adopte une composition plus dépouillée : quelques éléments de paysage remplacent à l'arrière-plan la puissante architecture des tableaux de San Barnaba ; les attitudes des quatre saints, celles de la Vierge et de Dieu le Père sont devenues conventionnelles. L'émotion, l'effusion de spiritualité que lui inspire le sujet s'épanouissent dans la ronde des anges, dans le tourbillon qui emporte les silhouettes dansantes, soulève les draperies, éparpille les fleurs multicolores sous les rayons dorés de la gloire céleste.

Les prédelles accompagnant les grandes compositions religieuses offrent une simplicité de conception, une vivacité expressive qui subsistent malgré l'intervention fréquente des élèves. La prédelle du tableau de San Barnaba associe la fine grisaille d'un Christ au tombeau à des petites scènes esquissées en quelques traits et rehaussées de tons vifs : la Vision de saint Augustin, Salomé portant la tête de saint Jean et la Mort de saint Ignace.

Parallèlement à ces tableaux d'autel, les tondi de la Vierge reflètent la même évolution vers un lyrisme de plus en plus abstrait auquel s'ajoute un sentiment de mélancolie douloureuse, dont les Madones peintes au début de sa carrière offraient un premier accent. La Vierge du Magnificat (1482) est une harmonie parfaite de rythmes, de lignes et de couleurs, qui crée une atmosphère de spiritualité intense dans l'espace défini par la forme circulaire du tableau. Un paysage serein occupe le fond de la composition. Dans la Vierge à la grenade (1487), la signification profonde de la composition est donnée par le fruit symbolique évoquant la Passion du Christ. Le sentiment mystique s'exalte tandis que la densité des couleurs s'exprime dans un ruissellement d'or.

Botticelli et les arts mineurs

Botticelli consacre une partie de son activité aux arts mineurs. Il réalise des décors de tentures par des assemblages de tissus : c'est ainsi qu'il avait réalisé l'étendard de Julien en 1475. Selon Vasari, il aurait exécuté aussi un baldaquin pour l'église d'Or' San Michele et donné des modèles pour une croix processionnelle brodée. Les artisans, marqueteurs, ciseleurs, recherchent ses dessins. Mais c'est surtout dans la gravure florentine du temps, spécialement à la fin du siècle, qu'on trouve la marque de son influence.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Vierge à l'Enfant avec deux anges, F. Lippi

Vierge à l'Enfant avec deux anges, F. Lippi
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Adoration des mages, S. Botticelli

L'Adoration des mages, S. Botticelli
Crédits : Rabatti - Domingie/ AKG

photographie

Le Printemps, S. Botticelli, détail: Vénus

Le Printemps, S. Botticelli, détail: Vénus
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Minerve domptant Centaure, S. Botticelli

Minerve domptant Centaure, S. Botticelli
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOTTICELLI SANDRO (1445-1510)  » est également traité dans :

APELLE (IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 448 mots

Dans le chapitre « Retrouver la « grâce » d'Apelle »  : […] Ces passages constants du champ rhétorique à celui des arts ne pouvaient que donner envie aux artistes de se mesurer à Apelle, c'est-à-dire peindre en concurrence avec des textes. Dans cette perspective, la série des œuvres d'Apelle mentionnée par Pline a pu servir de réserve de sujets. Apelle excellait dans tous les genres. Le premier des portraitistes officiels, il était le seul autorisé à repr […] Lire la suite

ENSEIGNEMENT DE L'ART

  • Écrit par 
  • Annie VERGER
  •  • 16 047 mots

Dans le chapitre « De l'apprentissage à l'enseignement de l'art »  : […] On a souvent insisté sur la coupure entre les deux étapes historiques de la formation artistique, l'une subordonnée aux exigences de la pratique artisanale, fondées sur la transmission d'un héritage technique, l'autre, élaborée par les artistes eux-mêmes, pour revendiquer un statut identique à celui des poètes et des mathématiciens. Cependant, il n'est pas certain que cette opposition, due en gra […] Lire la suite

ESSAIS FLORENTINS, Aby Warburg - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 207 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un recueil d'études novatrices et programmatiques »  : […] Les Essais florentins sont des travaux publiés en allemand entre 1893 et 1920. Les premiers portent sur les célèbres tableaux mythologiques de Botticelli, Le Printemps et La Naissance de Vénus , que Warburg soumet à un triple éclairage : par la recherche de leurs sources littéraires antiques et modernes (Homère, Ovide ou Claudien revus par Politien ou Alberti) et de leurs modèles plastiques (rel […] Lire la suite

GOÛT, esthétique

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Renaissance : histoire de l'art et histoire du goût »  : […] À partir de la Renaissance, il est plus facile de connaître les prédilections qui s'affirment dans telle ou telle région de France ou d'Italie, celles des petites cours et celles qu'imposent le pape ou le roi. Le Parfait Courtisan (1528), de Balthazar Castiglione, révèle ce qu'étaient l'idéal et le goût d'un milieu raffiné entre tous, celui d'Urbino : le succès de l'ouvrage hors d'Italie indique […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les inventions du xve siècle »  : […] Ce n'est pas un hasard si la perspective devient un point fondamental de la recherche théorique et de l'expérience pratique. Elle conserve sa valeur mystique : le point de convergence situé à l'infini, ou bien l'œil du spectateur, d'où part un autre réseau de lignes, constituent certainement une capacité créatrice. La difficulté majeure consistant à établir une dégradation correcte des lignes para […] Lire la suite

LIPPI FILIPPINO (1457-1504)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 390 mots
  •  • 3 médias

Fils de Filippo, Filippino Lippi travailla près de Botticelli. Ses œuvres de jeunesse, regroupées naguère par Bernard Berenson sous le nom du fictif Amico di Sandro, sont, en effet, très proches de celles de son maître, par leur charme et leur délicatesse nerveuse : Vierge à l'Enfant tenant un livre , au musée de Berlin ; Histoire d'Esther représentée sur des panneaux de cassoni (coffres de maria […] Lire la suite

NU

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 2 141 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le nu féminin »  : […] Après des préludes grotesques qui accentuaient l'aspect de la fécondité, le nu féminin se place sur un plan idéal bien plus tard que le nu masculin, à partir du iv e  siècle avant J.-C. Kenneth Clark a distingué deux types de Vénus, le végétal et le cristallin, qui correspondent à la Venus naturalis et à la Venus cœlestis  ; mais la Vénus pudique (dans l'attitude de la Vénus Médicis) réapparaît da […] Lire la suite

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 564 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « La Florence de Laurent le Magnifique »  : […] La grande époque de Florence c'est, selon la tradition historiographique, celle de Laurent de Médicis (1449-1492). Maître « magnifique » d'une cité pacifiée, poète et politique, il se voue aux arts et aux études humanistes, formé par Cristoforo Landino, Marsile Ficin et Leon Battista Alberti (1404-1472). Ce dernier, principalement architecte, mais aussi humaniste complet, laissa des traités qui c […] Lire la suite

VÉNUS, iconographie

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 869 mots
  •  • 4 médias

Déesse de la beauté et de l'amour, Vénus, l'Aphrodite grecque , apparaît dans un grand nombre d'épisodes mythologiques. Elle est aussi l'un des personnages les plus aimés des artistes de toutes les époques. Selon les scènes évoquées, on la voit seule ou mêlée à d'autres figures, mais les scènes où on la rencontre sont presque toujours relatives à la séduction, au plaisir et à la jeunesse, idées li […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « BOTTICELLI SANDRO - (1445-1510) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sandro-botticelli/