SANDEAU LÉONARD SILVAIN JULIEN dit JULES (1811-1883)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Aubusson en 1811. En 1818, ses parents s'installent à La Châtre et l'inscrivent en 1825 au lycée de Bourges, qu'il quittera pour Paris en 1828.

Là, il fréquente les milieux artistes et bohèmes, et se montre « aimable et léger comme le colibri des savanes parfumées » (George Sand, 1er déc. 1830). C'est chez lui que la baronne Dudevant vient se réfugier en 1831 : de leur collaboration naîtront l'année même, sous la signature de Jules Sand, une nouvelle, La Prima Donna, et Rose et Blanche, ou la comédienne et la religieuse, roman disparate, incohérent et mélodramatique. Entre les deux apprentis écrivains, la rupture sera pénible (nov. 1832-janv. 1833) et leur tristesse réciproque transparaîtra dans Cyprien (nouvelle, 1833) et dans Lélia. Sandeau part pour un long voyage en Italie.

À son retour, il publie (à la fin de 1834) Madame de Sommerville, salué alors comme un roman intime et simple, en réaction aux récits romantiques et à la littérature frénétique. Balzac le soutient dans ces débuts de romancier, l'héberge et pense le prendre pour secrétaire ; en cette qualité, il compose une biographie imaginaire, préface aux Œuvres complètes d'Horace de Saint-Aubin (pseudonyme de Balzac). Mais la personnalité d'un tel patron l'écrase, et le romancier ne tient pas ses promesses, donnant Marianna (1839), roman à clef d'une écriture souvent alambiquée, où il est Henri, et George Sand Marianna, et Les Revenants, recueil de nouvelles déjà publiées et entremêlées à la production d'Arsène Houssaye. Au Docteur Herbeau (1842) succède, en 1847, Mademoiselle de La Seiglière, qui illustre le conflit entre les restes d'Ancien Régime et la nouvelle société. Il reprend ce thème dans Valcreuse, peinture de la vieille aristocratie vendéenne sous son aspect le plus sympathique, et dans Sacs et parchemins (1851), histoire de ces bourgeois parvenus avides de s'allier aux vieilles familles légitimistes ruinées et troquant des sacs d'argent contre des parchem [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SANDEAU LÉONARD SILVAIN JULIEN dit JULES (1811-1883)  » est également traité dans :

AUGIER ÉMILE (1820-1889)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 382 mots

Représentant avec Dumas fils de la comédie sérieuse, Émile Augier est de ceux qui analysent avec lucidité les mœurs de leur époque. Après avoir passé son baccalauréat en philosophie, il entre chez un avoué mais sent que sa vocation est ailleurs. Admirateur et disciple de François Ponsard, partisan de « l'école du bon sens » en réaction contre le drame romantique, il écrit une première pièce en ver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-augier/#i_39580

SAND GEORGE (1804-1876)

  • Écrit par 
  • Georges LUBIN
  •  • 1 350 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance de George Sand »  : […] Premier roman en collaboration avec son amant Jules Sandeau : Rose et Blanche , maladroit mais intéressant début. Les suivants, elle les signera seule, du pseudonyme George Sand : c'est Indiana (1832), qu'une rumeur admirative accueille, Valentine (1832), dont les descriptions enchantent Chateaubriand. George Sand fait bien froncer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-sand/#i_39580

Pour citer l’article

Patrice DUBOC, « SANDEAU LÉONARD SILVAIN JULIEN dit JULES - (1811-1883) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sandeau-leonard-silvain-julien-dit-jules/