SAMURAI ou SAMOURAÏ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Guerriers du Japon ancien. En vieux japonais, les hommes d'armes étaient appelés mononofu. Après la réorganisation du pouvoir impérial sur les modèles continentaux, apparaît, au plus tard au viiie siècle, le mot bushi, d'origine chinoise, pour désigner les fonctionnaires militaires. À partir de cette époque, des groupes de bushi se forment partout au Japon, rassemblant soit des fonctionnaires qui se sont fixés dans les provinces, soit leurs descendants, soit des notables locaux armés. Parallèlement, les gardes de la cour impériale et de la haute noblesse ont été désignés sous le vocable de saburai ou samurai, du mot verbal saburō, « rester auprès de » ou « être au service de ». L'idée de subordination au seigneur était donc à l'origine plus forte dans l'emploi du mot samurai que dans celui de bushi. Quand les grandes guerres civiles ont commencé, à partir du ixe siècle, les commandants des armées belligérantes ainsi que les gardes des empereurs étaient des bushi. Et lorsque le shōgun prend le pouvoir, à la fin du xiie siècle, on le qualifie de buke : la maison militaire, la famille militaire. C'est ainsi que naît le gouvernement des buke, de la noblesse militaire. Sous Muromachi, les détenteurs de fiefs sont appelés daimyō, indépendamment de leurs fonctions ou de leurs titres de noblesse. Enfin, lorsque les Tokugawa prennent le pouvoir, au xviie siècle, ils organisent une société de noblesse militaire très policée. La distinction est déjà rigoureusement faite entre les sujets autorisés à porter les deux sabres, l'un court, l'autre long, et ceux qui n'y sont pas autorisés : les premiers sont bushi, titulaires d'un titre de noblesse, si modeste soit-il ; ceux qui étaient seulement habilités à porter le sabre court étaient à la limite de l'état de bushi. En revanche, ceux qui appartenaient à la haute noblesse, les daimyō notamment, étaient devenus les buke. Dans le langage populaire, le mot samurai s'appliquait sans distinction à tous ceux qui portaient le sabre.

Samouraï, F. Beato

Samouraï, F. Beato

photographie

Un samouraï , au Japon (vers 1867). Photographie de Felice Beato. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Paul AKAMATSU

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAMURAI ou SAMOURAÏ  » est également traité dans :

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Nouveautés et renaissances »  : […] Le bouddhisme restait cependant une religion monacale, aux dogmes abstrus, rédigés dans une langue à part, et aux pratiques longues et prenantes. Les trois principaux mouvements apparus à l' époque de Kamakura seront chacun à sa manière une simplification, une réponse plus aisée aux préoccupations religieuses non seulement du peuple et de la noblesse, mais aussi d'une grande partie des moines. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/#i_26232

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « La régence des Hōjō et les Mongols »  : […] La succession de Yoritomo échut à la famille {Hōjō}, descendant de Taira no Sadamori et dont le chef, sous le titre de shikken (régent) de Kamakura, gouvernera en fait le Japon de 1200 à 1333, c'est-à-dire à peu près toute l'époque dite de Kamakura ( Kamakura jidai ). Ce passage du pouvoir aux mains de Hōjō Tokimasa (1138-1215), dont Yoritomo avait épou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_26232

Pour citer l’article

Paul AKAMATSU, « SAMURAI ou SAMOURAÏ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/samurai-samourai/