SALLUSTE (env. 87-35 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « Conjuration de Catilina »

Dans le prologue de la Conjuration de Catilina, Salluste se justifie d'écrire des ouvrages historiques, exaltant la prééminence de l'esprit sur le corps. On décèle l'influence du stoïcisme romain sur la distinction établie ici entre ce qui relève de la mortalité et ce qui est impérissable. Dans ces développements, peut-être influencés par Posidonius, qui venait juste de disparaître, se reconnaît l'effort des Romains de ce temps pour comprendre, en raison, le cours de l'histoire. La Conjuration de Catilina fut pour Salluste l'exemple qui permit une réflexion sur les causes qui ont provoqué la dégradation du vieil esprit romain. La nature, le caractère, la psychologie du Catilina ne sont que des causes occasionnelles ; ce qu'est le personnage n'est que l'effet de causes plus générales, qui résident dans l'évolution économique et spirituelle de l'État romain (dans cette analyse, Salluste se souvient de Platon, mais aussi, sans doute, du De republica de Cicéron). Catilina, produit de cette évolution historique, cristallise autour de lui ceux des Romains qui lui ressemblent, pris, comme lui, dans une frénésie d'argent et d'ambition. Dans cette perspective, les individus comptent moins que les types psychologiques. Salluste est déjà (comme le sera Tacite) le peintre de groupes politiques. Cela explique – mieux qu'une hostilité systématique – pourquoi la figure de Cicéron n'est pas mise en grand relief dans le récit. L'action du consul est jugée, pourtant, avec équité. Le Catilina n'est à aucun degré un pamphlet. Salluste reste parfaitement objectif. On regrette souvent (c'est un point de vue de l'historiographie moderne) que la chronologie des faits ne soit pas fixée avec précision. Toutefois, autant qu'on peut la reconstituer d'après d'autres témoignages, elle est exacte ou du moins elle n'a subi aucune déformation volontaire.

Le moment le plus dramatique du traité est le récit de la séance du Sénat, lorsque la conjuration fut enfin démasquée, et, dans cette séance, le sommet est évidemment le long discours que Salluste prête à César, et où [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  SALLUSTE (env. 87-35 av. J.-C.)  » est également traité dans :

CICÉRON ET CATILINA - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 465 mots

— 106 Naissance de Cicéron à Arpinum dans une famille de l'ordre équestre. — 81 Durant la proscription de Sylla, le jeune Catilina se fait remarquer en traquant les condamnés à travers toute l'Italie, empochant la récompense lorsqu'il ramène leur tête à Rome. — 80 Procès de Roscius d'Amérie, qui rend Cicéron célèbr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciceron-et-catilina-reperes-chronologiques/#i_39319

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une cité qui se défait »  : […] Au début du i er  siècle avant J.-C., la montée de l'éloquence et de la prose avait d'abord quelque peu relégué la poésie au second plan. Elle était abandonnée à des « amateurs », qui pratiquaient les petits genres, comme l'épigramme autour de Q. Lutatius Catulus, un grand personnage dont nous possédons une pièce fugitive, en l'honneur d'un jeune […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature/#i_39319

Pour citer l’article

Pierre GRIMAL, « SALLUSTE (env. 87-35 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/salluste/