SĀDHU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot sanskrit sādhu, qui signifie « saint », « excellent », et qui dérive peut-être de siddha, « celui qui détient un siddhi (pouvoir miraculeux) », sert à désigner les hindous qui font vœu de renoncer à la société. La classe des sādhus comprend des saints authentiques appartenant à différentes croyances, mais aussi des hommes (occasionnellement des femmes) qui ont abandonné leur famille pour se consacrer exclusivement à une discipline spirituelle et corporelle, des ermites, et même des magiciens et des diseurs de bonne aventure dont l'intention religieuse est parfois douteuse. Le terme svāmin (ou swami) s'applique habituellement à l'ascète initié à un ordre religieux déterminé et plus particulièrement, depuis quelques années, aux moines de la Mission de Rāâmakṛishṇa. Le sādhu shivaïte est généralement désigné par le terme de sannyāsin ou de dashnāmi sannyâsin, tandis que le moine vishnouite est souvent appelé vairāgin. L'ascète qui se soumet à la discipline consacrée du yoga dans le but d'atteindre son idéal spirituel est un yogin, ou yogi. Les ascètes jaïns sont fréquemment appelés muni, tandis que les moines qui suivent les enseignements de Bouddha sont des bhikku.

Sadhu

Sadhu

Photographie

Sadhu jouant de la flûte dans un temple de Katmandou. 

Crédits : Dave Stamboulis/ Moment Editorial/ Getty Images

Afficher

Les sādhus, qui dans l'Inde moderne se comptent par millions, peuvent vivre dans des communautés monastiques (matha) qui sont généralement la propriété d'un ordre particulier, errer seuls ou en petits groupes à travers le pays, ou s'isoler dans des grottes ou de petites cabanes. N'ayant plus d'identité légale, et portant un nom nouveau qu'ils ont reçu de leur guru ou choisi eux-mêmes, ils ne travaillent pas et font d'ordinaire vœu de pauvreté et de célibat ; beaucoup (les munis) font vœu de silence ; ils mendient leur nourriture, l'acceptent de n'importe qui. Leurs vêtements — certains sādhus, toutefois, sont nus — diffèrent selon la secte à laquelle ils appartiennent et consistent en général en une simple pièce d'étoffe, sans couture, de couleur safran (plus rarement blanche). Les sādhus ne se rasent plus, comme font les gens [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  SADHU  » est également traité dans :

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme indien »  : […] Les origines de l'ascétisme en Inde sont très anciennes. Le Ṛgveda ( xv e  s. av. J.-C.) mentionne déjà diverses catégories d'ascètes : keśin (« chevelus »), yati (« disciplinés »), vrātya (« qui ont fait un vœu »), muni (« silencieux  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ascese-et-ascetisme/#i_32607

BHIKṢU

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 94 mots

Nom donné à ceux des hindous qui, pour obtenir la délivrance ( moksha , [ ṃoksa ], c'est-à-dire le « salut »), décident de renoncer au monde et se doivent de ne plus rien posséder qu'un bâton pour s'aider dans leur marche et un bol pour recueillir les aumônes. On les nomme encore sâdhus ( sādhu  : « saint »), samnyâsins ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bhiksu/#i_32607

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le renoncement et la société séculière »  : […] La société séculière s'efforcera d'apprivoiser ce monachisme sauvage, en l'institutionnalisant à la faveur de la théorie des quatre āśrama  : comme on s'en aperçoit à partir de la Sv́etāśvatara Upaniṣad , dans le Mahābhārata , et plus strictement dans les traités juridiques ( Dharmaśāstra) , notamment les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monachisme/#i_32607

MOUSSON

  • Écrit par 
  • René CHABOUD, 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 6 608 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La mousson dans le cycle des fêtes »  : […] En toute orthodoxie brahmanique, on ne saurait célébrer de mariage pendant la mousson. En effet, Vishnou est le protecteur des jeunes mariés et la hariśayanī, le départ du dieu pour un sommeil de quatre mois, marque le début d'une période de retraite et de remise en cause. Le temps des nouveaux départs ne viendra qu'en novembre. Bien entendu, le sommeil de Vishnou n'est autre chose qu'une traducti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mousson/#i_32607

SAINTETÉ

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Yves CONGAR, 
  • Louis GARDET, 
  • Françoise MALLISON
  • , Universalis
  •  • 7 167 mots

Dans le chapitre « L'hindouisme »  : […] Il est peu de pays au monde où la sainteté soit aussi prisée et populaire qu'en Inde. Que ce soient les sādhu traditionnels de toute robe et de toute obédience qui parcourent le sous-continent, véritables colporteurs des nouvelles sous leur livrée d'ascète et de yogi, que ce soient de brillants intellectuels, réformateurs néo-hindous, philosophes et chefs d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saintete/#i_32607

SAṂNYĀSIN ou SANNYĀSIN

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 551 mots

Au cœur de la tradition brahmanique classique (depuis le ~ viii e  s. et jusqu'à nos jours) se trouve l'idée que l'existence n'est rien, si on la réfère à l'essence. Le monde des phénomènes n'est pas dépourvu d'être propre (comme le pensent les bouddhistes), puisqu'il est soutenu par le Principe (le brahman ), dont il est iss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samnyasin-sannyasin/#i_32607

Pour citer l’article

« SĀDHU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sadhu/