ROULEAU DE LA GUERRE DES FILS DE LUMIÈRE CONTRE LES FILS DE TÉNÈBRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les grands manuscrits découverts dans la grotte I de Qumrān, se trouvait le Rouleau dit de la guerre des fils de Lumière contre les fils de Ténèbres. Il a 2,90 m de longueur sur 0,16 m de haut, et comprend actuellement dix-neuf colonnes de dix-sept ou dix-huit lignes ; la fin manque. Il ne comporte pas de titre ni de nom d'auteur. Il s'agit d'un règlement militaire en vue de la guerre que les « fils de Lumière », c'est-à-dire les esséniens, doivent mener à la fin des temps contre les « fils de Ténèbres », c'est-à-dire les païens et les mauvais juifs. Ce thème se rencontre dans la Bible, spécialement dans Ézéchiel et dans Daniel. Cette perspective apocalyptique d'un combat eschatologique contre les ennemis de Dieu peut avoir été empruntée aux conceptions mazdéennes, mais elle avait été adoptée par les juifs un siècle avant que ce texte n'ait été rédigé. Elle correspond aux vues dualistes des esséniens, pour lesquels le monde est divisé en deux camps, celui du Bien ou de la Lumière, celui du Mal ou des Ténèbres. La communauté essénienne est l'armée de Dieu destinée aux « combats de Dieu ».

Il ne s'agit pas là d'une simple vue de l'esprit, bien que l'auteur se laisse entraîner en des perspectives quelque peu chimériques. L'ennemi n'est plus, comme dans Ézéchiel, Gog roi de Magog ; il est représenté par les Kittim, qui constituent ici l'armée de Bélial. Ce mot doit permettre de dater l'ouvrage. Il a servi à désigner successivement les gens de Kition, dans l'île de Chypre, les habitants des îles de la Méditerranée, les Macédoniens (I Maccabées, i, 1), enfin les Romains, comme le montre le texte de Daniel (xi, 30, allusion à Popilius Laenas en 168) ainsi compris par les versions grecques et latines. Bien que quelques savants soient restés fidèles à l'interprétation « séleucide », la plupart des spécialistes admettent l'interprétation « romaine », qui concorde d'ailleurs avec l'interprétation du Commentaire d'Habacuc et de l'Écrit de Damas. Sur ce point, les travaux de A. Dupont-Sommer ont bien montré que les Kittim, sacrifiant à leurs enseignes et ayant à leur tête des « commandants », ne pouvaient être que les Romains. L'édition de Y. Yadin (The Scroll of the War of the Sons of Light against the Sons of Darkness, Oxford, 1962) indique parfaitement que le Rouleau s'inspire pour décrire les manœuvres militaires, de l'art de la guerre en honneur dans les légions romaines. On y trouve tous les détails de la mobilisation, des étendards, des trompettes, de la formation en lignes, de l'armement, des manœuvres de l'infanterie et de la cavalerie, etc. Mais l'aspect juif du règlement est très net : les inscriptions sur les étendards, le rôle des prêtres et des lévites, les exhortations et les supplications du grand prêtre avant le combat, les bénédictions et les malédictions durant le combat, les hymnes d'action de grâces après le combat montrent qu'il s'agit bien d'une guerre sainte contre les païens et que ceux-ci sont les Romains. Le Rouleau doit donc dater de l'époque où la haine contre ces derniers avait de profonds motifs, c'est-à-dire après la prise de Jérusalem par Pompée, en ~ 63.

Les esséniens avaient-ils réellement l'intention de livrer ce combat ? Le Commentaire d'Habacuc et les Psaumes de Salomon laissent transparaître la même haine, le même désir de vengeance. Mais les esséniens nous sont présentés par Flavius Josèphe et par Philon d'Alexandrie comme des pacifistes, qui préfèrent mourir martyrs plutôt que de combattre. Le Rouleau ne serait donc qu'un thème de méditation destiné à entretenir dans le cœur des esséniens l'espoir d'une prochaine vengeance. Pourtant, certains détails semblent montrer que ces derniers n'étaient pas aussi pacifistes qu'on l'imagine. Aussi plusieurs savants anglais, en particulier C. Roth et G. R. Driver, ont-ils affirmé que le Rouleau était un véritable règlement écrit avant la grande guerre de 70, à l'usage des esséniens qui en fait étaient des zélotes. Beaucoup d'éléments du dossier empêchent cependant d'admettre cette thèse « zélote », spécialement la différence entre les manœuvres mentionnées par le Rouleau et la guérilla des zélotes. Il est préférable de penser que beaucoup d'esséniens, nourris dans la méditation du Rouleau, ont rejoint les combattants de 70 et se sont mêlés soit aux zélotes proprement dits, à Masada par exemple, soit aux troupes régulières, puisque l'on voit un certain Jean l'Essénien commander les opérations contre les Romains dans le secteur de la côte du Sud-Ouest (Philon, Guerre juive, II, xx, 4). Cette participation aux combats suppose une profonde influence du Rouleau de la guerre, longuement médité par les esséniens. Mais on peut aussi se demander dans quelle mesure le Rouleau n'est pas lui-même l'expression des véritables origines de l'essénisme, né dans une ambiance de combat au cours des guerres maccabéennes. Cette vue, très séduisante, reste une hypothèse.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'Université libre de Bruxelles

Classification

Autres références

«  ROULEAU DE LA GUERRE DES FILS DE LUMIÈRE CONTRE LES FILS DE TÉNÈBRES  » est également traité dans :

ESSÉNIENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 224 mots

La secte juive des esséniens, fondée vers ~ 150 et qui disparaîtra deux siècles plus tard vers 68 après J.-C., a bénéficié d'une connaissance nouvelle avec la découverte, depuis 1947, d'un nombre important de manuscrits recueillis lors des fouilles du Khirbet Qumrān, sur la rive nord-ouest de la mer Morte. Les textes ont ranimé les querelles autour d'une thèse qu'Ernest Renan avait ainsi formulée  […] Lire la suite

QUMRĀN

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 3 548 mots

Dans le chapitre « Une décennie de découvertes »  : […] Les premiers rouleaux furent découverts fortuitement par des bédouins du désert de Juda. Ils apparurent à Bethléem dans le courant de l'hiver de 1947. Dès 1948, le professeur Sukénik en Palestine et l'éminent épigraphiste Albright aux États-Unis, chacun de son côté, les identifièrent comme d'authentiques manuscrits hébraïques du i er  siècle avant J.-C. Après l'armistice de 1949 entre Israéliens e […] Lire la suite

QUMRĀN RÈGLE DE LA COMMUNAUTÉ DE

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 729 mots

La Règle de la communauté , appelée « Manuel de discipline » par les éditeurs, est l'un des premiers grands manuscrits découverts à Qumrān en 1947 (trad. française in A. Dupont-Sommer, Les Écrits esséniens découverts près de la mer Morte , Paris, 1959). Une recension pratiquement intacte en a été trouvée dans la grotte I. Il en existe aussi, venant de la grotte IV, des fragments qui représentent u […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean HADOT, « ROULEAU DE LA GUERRE DES FILS DE LUMIÈRE CONTRE LES FILS DE TÉNÈBRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rouleau-de-la-guerre-des-fils-de-lumiere-contre-les-fils-de-tenebres/