PRODI ROMANO (1939- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique italien. Premier ministre (1996-1998 ; 2006-2008) et président de la Commission européenne (1999-2004).

Né en 1939, près de Reggio-Emilia (Émilie-Romagne), dans une terre dominée dès les lendemains de la libération de l'Italie par le Parti communiste, ce fils d'ingénieur effectue ses études à Bologne. Après un passage à la London Schools of Economics, il devient professeur d'économie. Son activité universitaire l'amène à enseigner à Harvard et à diriger le prestigieux Centre d'économie industrielle (Nomisma) de Bologne. Sa parfaite connaissance des problèmes du secteur de l'économie publique et sa fréquentation de l'aile gauche de la Démocratie chrétienne contribuent à sa nomination, pour quelques mois, au poste de ministre de l'Industrie dans l'un des gouvernements de Giulio Andreotti, en 1978-1979. Les Italiens apprennent à le connaître à partir de 1982, lorsqu'il dirige le holding public de l'I.R.I. (Institut pour la reconstruction industrielle). En sept ans, il assainit, restructure, privatise en partie et licencie du personnel. Il reprend du service en 1993, mais démissionne l'année suivante quand le centre droit, emmené par le magnat de la télévision Silvio Berlusconi, s'empare du pouvoir. Ce technocrate entre alors en politique.

L'Italie est en pleine tourmente. La défiance envers la politique s'accroît, la plupart des partis politiques traditionnels s'effondrent tandis que d'autres éclosent. Une partie des centristes et la gauche, qui a subi une déroute historique en 1994, sont prêts à se liguer pour abattre Silvio Berlusconi. Le nouveau mode de scrutin, adopté en 1993, à la fois majoritaire et proportionnel, et la personnalisation croissante de la compétition électorale incitent à former des coalitions bipolaires et à chercher des leaders. En février 1995, Romano Prodi propose sa candidature : il réussit à fédérer les modérés et la gauche, notamment le Parti démocratique de la gauche (P.D.S., ex-communiste) dans un regroupement dit de L'Olivier, soutenu de l'extérieur par les communistes. En avril 1996, au terme d'une campagne de proximité, cet homme probe, responsable, calme, rassurant, qui n'a pas hésité à annoncer des sacrifices, emporte de peu les élections législatives. Son gouvernement déclare rapidement vouloir respecter les critères du traité de Maastricht et réaffirmer la présence de l'Italie sur la scène internationale. Les programmes d'austérité se succèdent afin de juguler l'inflation, de combler le déficit public et d'entamer la réduction de la dette. Prodi reçoit le soutien du patronat, des syndicats et de la majeure partie de la gauche qu'il entend, selon ses propres termes, « décongeler ». Car ce catholique, souvent comparé à Jacques Delors, souhaite dépasser les frontières de la gauche : au cours de l'été de 1998, il adhère à la théorie de la « troisième voie » proposée par Tony Blair. Au final, l'Italie, grâce à un effort collectif, déjoue tous les pronostics et participe au lancement de l'euro. Le président du Conseil n'a guère le temps de savourer son succès. En octobre 1998, le Parti de la Refondation communiste qui, depuis les premiers jours, n'a cessé d'exercer une forte pression, fait tomber son gouvernement après 876 jours d'exercice.

Romano Prodi bénéficie rapidement d'une autre conjoncture favorable. En mars 1999, la démission de la Commission européenne laisse vacant le siège de Jacques Santer, son président : Romano Prodi présente un profil idéal pour lui succéder. Tant pour les Européens, car il rassure aussi bien la gauche et le centre qu'une partie de la droite, que pour les responsables politiques transalpins, contents de placer l'un des leurs à Bruxelles et de se débarrasser d'un concurrent. Pourtant, Romano Prodi joue sur les deux tableaux. En Italie, il a fondé son propre mouvement, Les Démocrates, et prétend continuer à jouer un rôle de premier plan dans la vie publique. Dans le même temps, il veut faire de la Commission le vrai gouvernement de l'Europe, revigorer son image et s'attaquer aux nombreux chantiers de l'avenir. Sous sa présidence, la monnaie unique, l’euro, est adoptée et dix pays, dont huit de l’ancienne Europe communiste, entrent dans l’Union européenne (U.E.). À la fin de son mandat, en 2004, Prodi retourne à la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire et de sociologie politique à Sciences Po, Paris

Classification

Autres références

«  PRODI ROMANO (1939- )  » est également traité dans :

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 399 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La seconde législature de Silvio Berlusconi  »  : […] Alors que L'Olivier semble avoir admis à l'avance sa défaite, la campagne électorale est dominée par l'omniprésence de Silvio Berlusconi, qui recourt aux techniques de marketing les plus affûtées (tour de la péninsule en bateau, utilisation de la télévision, affichage généralisé, édition d'un livre sur sa vie tiré à 15 millions d'exemplaires, etc.). Le 8 mai 2001, devant les caméras de la R.A.I., […] Lire la suite

ITALIE, économie

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX, 
  • Siro LOMBARDINI, 
  • Janine MENET-GENTY
  •  • 13 163 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Europe »  : […] Beaucoup d'Italiens ont espéré une solution européenne : le pays étant fortement décentralisé et l'autonomie des vingt régions relativement forte, la création d'une Europe des régions permettrait d'éviter la coupure traditionnelle Nord-Sud. La Lombardie, le Piémont, la Ligurie, l'Émilie-Romagne sont au niveau des Länder d'Allemagne, de l'Île-de-France et du Benelux pour le PIB et le niveau de pouv […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc LAZAR, « PRODI ROMANO (1939- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/romano-prodi/