DUBILLARD ROLAND (1923-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dramaturge, poète et comédien, Roland Dubillard est né à Paris en 1923. « Voyageur exilé sur notre planète » (Laurent Terzieff), il est l'auteur d'une œuvre à la fois cocasse et inquiétante, à mi-chemin entre Ionesco et Jean Tardieu. C'est d'ailleurs ce dernier, alors qu'il est à la tête du « Club d'essai » de la Radiodiffusion française, qui lui commande en 1947 ses premiers textes, Grégoire et Amédée, que Dubillard interprète en duo avec Philippe de Chérisey. Déjà, le langage est piégé, source inépuisable de drôlerie, de terreur et d'émerveillement.

Roland Dubillard publie ensuite une parodie d'opérette : Si Camille me voyait (1953), l'année même de la création d'En attendant Godot, de Samuel Beckett. Il faut cependant attendre huit ans pour qu'il donne sa première grande pièce métaphysique : Naïves Hirondelles (1961). À travers des jeux de langage et des situations caricaturales, l'auteur met en scène le drame de vieillir sans pouvoir vraiment aimer. La pièce est saluée comme un chef-d'œuvre par deux écrivains très différents : Ionesco et André Roussin.

Avec La Maison d'os (1962), Dubillard porte à son extrême une conception purement métaphysique du théâtre. Il met en scène un vieillard qui va mourir entouré de ses domestiques. La maison dans laquelle il vit ses derniers instants préfigure ce qu'il va devenir : un squelette. Aucune action dramatique. L'auteur admet même qu'on puisse interchanger les scènes.

Les pièces suivantes, Le Jardin aux betteraves (1969), ...Où boivent les vaches (1973) et Les Diablogues (1975), marquent un retour à sa première manière. En 1977, Le Bain de vapeur connaît l'échec. Comme si, après avoir atteint un point extrême avec La Maison d'os, l'auteur se contentait des jeux de langage du Grégoire de ses débuts. Il publie également en 1966 un recueil de poèmes, Je dirai que je suis tombé, qui sont assez proches de Jean Tardieu et de Raymond Queneau, et un journal [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DUBILLARD ROLAND (1923-2011)  » est également traité dans :

LE PRINTEMPS DUBILLARD À PARIS (mises en scène)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 989 mots

Surgi dans la France théâtrale en même temps qu'Adamov ou Beckett, Roland Dubillard aurait dû connaître le même succès, lorsqu'il donna Naïves Hirondelles, en 1961, immédiatement suivi de La Maison d'os (1962). Ce ne fut pas le cas. Trop souvent relégué au rang d'auteur mineur, conduit à créer et à interpréter […] Lire la suite

THÉÂTRES DE LA RIVE GAUCHE

  • Écrit par 
  • Colette GODARD
  •  • 1 979 mots

Alors que, sur la rive droite, le Boulevard visait et obtenait les grosses recettes, alors que prenait forme, avec éclat au T.N.P., plus difficilement en province, un théâtre à vocation populaire, quelques pauvres petites salles, presque toutes situées sur la rive gauche de la Seine, démunies de soutien financier public comme privé, se sont payé le luxe de découvrir presque tout ce qui a compté da […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre ÉNARD, « DUBILLARD ROLAND - (1923-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roland-dubillard/